Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

La philanthropie américaine en France (1914-1960)

Ludovic Tournès
p. 529-530

Texte intégral

Ludovic Tournès, maître de conférences à l’Université de Rouen

1La politique internationale des organisations philanthropiques américaines est un champ riche et complexe, que l’on a abordé ici à travers les actions entreprises en France par la fondation Rockefeller entre la Première Guerre mondiale et les années 1960. L’année 2005-2006 a été consacrée à l’analyse de ces initiatives très diverses. La première est l’organisation d’une campagne antituberculeuse entre 1917 et 1922, qui se poursuit par la participation, au cours des années suivantes, à la politique nationale de la santé publique mise en place en France, notamment par le biais de l’aide à l’Office national d’hygiène sociale, organisme créé en 1924 et rattaché au ministère de l’Hygiène, de l’assistance et de la prévoyance sociale. Dans le même temps, la fondation Rockefeller s’intéresse à l’introduction de la recherche scientifique dans le cursus de formation des médecins ; un des signes les plus visibles de cette implication réside dans le financement de la construction de la nouvelle faculté de médecine de Lyon, ouverte en 1930. D’autre part, la Rockefeller participe à l’émergence d’une politique de la recherche dans le domaine biomédical dès l’entre-deux-guerres, que ce soit à travers le financement de laboratoires, d’instituts pluridisciplinaires (Institut Henri-Poincaré, Institut Rotschild), de chercheurs individuels ou d’équipes croisant les méthodes des mathématiques, de la physique, de la médecine et de la biologie (Boris Ephrussi, Emmanuel Fauré-Frémiet, René Wurmser, Jacques Monod...), ou encore à travers son dialogue avec les pionniers français de la politique de recherche qui mène à la création du CNRS en 1939 (Jean Perrin, André Mayer, Henri Laugier,...). Enfin, les sciences sociales constituent le dernier champ d’intervention majeur de la Rockefeller, à travers le soutien, à partir de 1932, à de nombreux instituts d’université ou para-universitaires (Institut scientifique de recherches économiques et sociales, Centre d’étude de politique étrangère, Centre de documentation sociale, Institut d’ethnologie, Institut français de Damas, Institut de Géographie, Institut de droit comparé, Commission des recherches collectives de l’Encyclopédie française, Comité français pour l’étude scientifique des populations). C’est dans ces lieux que prend forme une recomposition institutionnelle et intellectuelle des sciences sociales qui se poursuit après 1945, et dans laquelle la Rockefeller continue de s’impliquer par le biais du financement du Centre d’études de politique étrangère, d’instituts d’étude de la conjoncture économique, de la VIe section de l’ΕΡΗΕ, ou encore du Centre d’études et de recherches internationales de la FNSP. La dimension institutionnelle de ces financements, déjà partiellement connue, a été approfondie par l’étude d’itinéraires intellectuels, mais aussi par l’analyse de la notion de coordination des sciences sociales qui émerge au cours des années trente chez les universitaires français.

2De ces actions sans lien apparent entre elles se dégage la globalité d’un projet philanthropique visant à mobiliser tous les savoirs scientifiques pour élaborer une connaissance totale de l’homme, tant au niveau individuel que collectif, et tant aux États-Unis que dans le monde. Il s’en dégage également la spécificité de la méthode Rockefeller, dont les piliers fondamentaux sont : l’utilisation systématique des outils scientifiques ; une logique rationalisatrice et centralisatrice ; une présence continue sur le terrain pendant plus de quarante ans (si l’on excepte la période 1940-1944) ; un travail de réseau, de contacts et de négociations intense mené auprès des acteurs locaux, qui permet à la fondation de se faire reconnaître comme une partenaire à part entière. Le travail de l’année a enfin permis de préciser la nature des Interactions qui s’opèrent entre cette organisation américaine et le paysage intellectuel et administratif français où elle intervient : bien plus qu’à un phénomène d’exportation-américanisation, c’est à une construction croisée que l’on assiste, dans laquelle la Rockefeller n’est jamais en position démiurgique, mais s’insère la plupart du temps dans des processus déjà engagés avant son arrivée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Tournès, « La philanthropie américaine en France (1914-1960) », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 529-530.

Référence électronique

Ludovic Tournès, « La philanthropie américaine en France (1914-1960) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18396

Haut de page

Auteur

Ludovic Tournès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals