Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

« Diasporas » et identifications transétatiques

Stéphane Dufoix
p. 543-544

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Stéphane Dufoix, maître de conférences à l’Université Paris-X

1L’objectif que s’était donné cet enseignement était de fournir un cadre pour comprendre et expliquer la prolifération contemporaine du terme de « diaspora » pour décrire nombre de phénomènes pensés comme particulièrement actuels, qu’il s’agisse du transnationalisme ou de la mondialisation de certaines identités. Pour ce faire, il paraissait nécessaire de tenir ensemble le mot et l’idée pour tenter de comprendre et d’expliquer comment un mot ancien (diaspora) et une idée ancienne (la possibilité de maintenir ou de fonder une identité par-delà la distance et la discontinuité du territoire de cette identité) ont progressivement, et séparément, quitté le domaine du religieux (juifs, catholiques, protestants) pour, à nouveau rassemblés, former un cadre susceptible d’être appliqué à une quasi-infinité de situations.

2Le déroulement quelque peu chaotique du second semestre, ainsi que l’organisation qui avait été décidée avec Jean-Loup Amselle – trois interventions de sa part dans mon cours, trois de la mienne dans le sien – a eu pour conséquence de « couper » le rythme initialement prévu. Tous les aspects envisagés n’ont pu être analysés en détail. C’est ainsi que la dimension de la mondialisation et des nouvelles technologies de l’information et de la communication a été sans doute trop passée sous silence, au profit d’une insistance plus grande sur trois grands points que je présente ci-après.

3J’ai tout d’abord écarté quelques lieux communs concernant l’émergence du terme, notamment le fait qu’il serait la traduction en grec du mot hébreu « galut » (exil) ainsi que son utilisation dans la langue grecque pour décrire la colonisation hellénique en Méditerranée. M’appuyant sur les premières occurrences du terme dans la Bible des Septante, j’ai montré que son sens est alors non seulement religieux, mais aussi eschatologique. La menace de la dispersion par Dieu n’acquiert une réalité qu’avec l’interprétation faite par la pensée rabbinique de la destruction du Second temple de Jérusalem en 70 ap. J.-C. À partir de là, « diaspora » et « galut » se rejoignent. Pourtant, l’expérience juive n’est pas réductible à cette conception de « diaspora » et doit au contraire être scindée en plusieurs conceptions que l’on retrouve dans les usages non juifs du terme.

4À partir des années 1960 émerge, à partir de multiples facteurs politiques (création de l’État d’Israël en 1948, processus de décolonisation, lutte pour les droits civiques aux États-Unis), intellectuels (naissance du post-structuralisme au milieu des années 1960) et socioculturels (les mobilisations afro-américaines sur la revalorisation de l’histoire et de la culture « noire » ou « africaine »), une vision positive du terme de « diaspora » qui entre en concurrence avec la vision classique l’associant à un châtiment et à une situation pathologique. Au sein des Cultural Studies, « diaspora » devient même l’un des mots moteurs de la postmodernité.

5Enfin, l’émergence au cours des années 1980 de l’idée de « mondialisation » et le développement parallèle des nouvelles techniques de l’Information et de la communication ont fourni, à partir du début des années 1990, un cadre « réel » dans lequel pouvait s’actualiser le renoncement à l’idée de retour au profit d’une gestion de la co-présence. C’est ainsi que progressivement, le terme devient une arme politique efficace, soit dans la main des États désireux de rassembler leurs populations expatriées sous un label reconnu, soit aux mains des associations représentatives de ces populations désireuses de recomposer avec le pays des liens qui ne soient pas médiatisés par le retour physique obligatoire. Pour explorer cette dimension ont notamment été analysés des cas précis de politique publique : Inde, Australie, Russie, Italie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Dufoix, «  « Diasporas » et identifications transétatiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 543-544.

Référence électronique

Stéphane Dufoix, «  « Diasporas » et identifications transétatiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18422

Haut de page

Auteur

Stéphane Dufoix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals