Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Linguistique, sémantique

La part langagière du travail : théories et analyses

Josiane Boutet
p. 560-561

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Josiane Boutet, professeur à l’Université Paris-VII

1L’approche linguistique des situations de travail constitue un domaine relativement nouveau au sein des sciences du langage. Différentes approches théoriques et méthodologiques sont possibles qui toutes, en tous les cas, mettent au premier plan l’analyse des interactions verbales socialement situées. Nous avons privilégié les méthodes et les techniques de la sociolinguistique, mobilisant principalement les notions issues de l’ethnographie de la communication ou de l’interactionnisme symbolique.

2Différentes conceptions du langage sont présentes dans les sciences humaines et sociales et, en particulier en sociologie, une vision de nature « représentationnelle » du langage est souvent présente. Critiquant cette conception, nous proposons un modèle à la fois énonciatif et fondamentalement dynamique de l’activité de langage caractérisé par un ensemble de tensions : tension entre les différentes instructions pour l’interprétation ; entre les langues naturelles (comprises comme des contraintes arbitraires) et les expériences singulières ; entre les genres et les pratiques langagières, etc. Ce modèle nous permet d’établir un ensemble de ressemblances non triviales entre ces deux praxis humaines que sont l’activité de langage et l’activité de travail.

3Les évolutions contemporaines du travail et la profonde restructuration du contenu même du travail ont fait émerger une dimension symbolique de cette activité, tant dans les activités de lecture, d’écriture que de communication orale entre salariés. C’est en ce sens que j’ai proposé de parler de « la part langagière du travail ». Cette sémiotisation du travail peut s’observer dans de très nombreuses situations et elle est caractéristique des différents métiers des services. Différents corpus, faits à la fois d’observation de l’activité et d’enregistrement des verbalisations, ont été étudiés afin de mettre en évidence cette composante sémiotique de l’activité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Boutet, « La part langagière du travail : théories et analyses », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 560-561.

Référence électronique

Josiane Boutet, « La part langagière du travail : théories et analyses », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18452

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals