Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie – CA

Agnès Fine, Marlène Albert-Llorca, Annie Paradis et Christine Mennesson
p. 569-571

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre d’anthropologie – CA
Haut de page

Texte intégral

Agnès Fine, directrice d’études
Annie Paradis, ingénieur d’études à l’Université Toulouse-II
Christine Mennesson, maître de conférences à l’Université Toulouse-III

La dimension sexuée de la vie sociale : musiques et danses

1Séminaire interdisciplinaire « Genre » de l’École doctorale TESC de l’Université Toulouse-II, organisé avec le Centre d’anthropologie.

2Lire, écrire, parler, chanter, jouer de la musique, danser, autant d’actes de communication le plus souvent sexués. Quelles sont l’histoire et la signification de ces partages entre les sexes, très différents selon les sociétés et les époques ? Cette année, deux journées ont poursuivi la réflexion sur la musique commencée l’année dernière, la troisième, animée par Christine Mennesson, a été centrée sur la danse. Historiens, anthropologues, sociologues, musicologues, littéraires et spécialistes de la danse ont présenté leurs recherches, et débattu avec un large public composé de chercheurs, d’enseignants, de doctorants ainsi que de musicologues et musiciens.

3La première journée a commencé par un exposé synthétique de Françoise Escal (directrice d’études), sur les femmes et la composition musicale depuis l’époque moderne, tandis que Caroline Giron (archiviste) nous a donné la primeur de l’analyse d’un dossier exceptionnel, encore inexploité, concernant à la fin du XVIIIe siècle deux jeunes filles qui s’étaient enfuies de l’ospedale de Venise où elles avaient été formées à la musique depuis l’enfance. Ce dossier très riche nous renseigne sur l’excellence de la formation musicale de ces jeunes filles dans ces institutions, leur statut et leur devenir personnel. Cet exposé sera publié en 2007 dans le numéro 25 de Clio, Histoire, Femmes et Sociétés. L’après-midi était centrée sur « musique et rites de passage » avec un exposé de Gérard Toffin (directeur de recherche, CNRS) sur « Masculin/féminin et musique de tambours au Népal » et de Catherine Monnot (doctorante), qui a analysé la place de la musique dans la formation des jeunes filles, depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours.

4La matinée de la deuxième journée a été centrée sur la musique savante occidentale avec l’exposé de Jésus Aguila (professeur de musicologie à l’Université Toulouse-II), qui a présenté un exposé nourri d’illustrations musicales, intitulé « Du corps de la femme à l’œuvre musicale dans la musique contemporaine », suivi d’un exposé d’Annie Paradis (anthropologue), sur la signification des vocalises de la Reine de la Nuit dans La Flûte enchantée de Mozart.

5L’après-midi était centrée sur l’ethnographie des pratiques musicales sur deux terrains européens. Jean-Jacques Casteret (ethnomusicologue, Institut d’études occitanes de Pau) a présenté le chant polyphonique basque : « L’appel du sauvage. De l’église au café. Ethnomusicologie du chant polyphonique dans les Pyrénées occidentales ». Puis Mylène Hernandez (doctorante), a analysé les chants de deuil à Monsanto (Portugal) qu’elle a filmés et enregistrés (« Femmes endeuillées et chants de silence. La recommandation des Âmes à Monsanto ».)

6Au cours de la dernière journée qui portait sur la danse, Pierre-Emmanuel Sorignet (maître de conférences à l’Université Toulouse-III) et Florence Bourneton (doctorante en sociologie), se sont tous les deux intéressés aux trajectoires masculines et féminines en danse contemporaine et aux reconversions professionnelles. Au cours de l’après midi, avec la réflexion de Eva Ordonez-Flores sur la danse flamenca et celle de Sylvia Faure sur le hip hop, il a été question de la manière dont filles et garçons s’approprient des modes d’expression gestuels spécifiques.

7L’exploration de ce thème devrait être poursuivie en 2007.

Marlène Albert-Llorca, professeur à l’Université Toulouse-II

Savoirs et usages de la Nature

8Créé pendant l’année 2004-2005, le séminaire s’est donné deux objectifs : réfléchir sur les nouveaux paradigmes qui émergent des travaux anthropologiques effectués dans les dernières années ; permettre aux chercheurs (en exercice ou en formation ; ethnologues ou relevant d’autres secteurs disciplinaires) d’exposer leurs travaux empiriques et d’en débattre. À la fin de l’année universitaire 2005, les participants avaient décidé de poursuivre, en 2005-2006, la réflexion entamée dans les mois précédents (à partir, en particulier, des travaux récents de Philippe Descola) sur les catégories de sauvage et de domestique et, plus particulièrement, sur la question de savoir s’il est pertinent de les opposer.

9Cette question a été abordée dans le domaine européen – par Maryse Carraretto, docteur en ethnologie, à partir d’une enquête sur les jardins de montagne en Cerdagne ; Marlène Albert-Llorca sur les cueillettes d’edelweiss dans la vallée d’Ossau ; Anne-Marie Martin, réalisatrice du film Entre deux feux sur la pratique actuelle de l’écobuage dans les Pyrénées – et dans des sociétés non européennes. Yveline Deverin, géographe, a ainsi montré qu’en pays Mosi (Burkina Faso), sauvage et domestique sont pensés à la fois comme distincts et complémentaires ; Marine Carrin, quant à elle, a fait état de la complexité des représentations et usages de la forêt chez les Santal, en Inde : domaine des dieux et des ascètes, cet espace est également associé aux femmes qui ont joué un rôle actif dans les mouvements de défense de ce monde végétal, actuellement menacé de disparaître.

10Dans la dernière séance du séminaire, David Pennin, botaniste du Parc national des Pyrénées, a présenté ses réflexions sur un thème situé un peu en marge de la thématique centrale de l’année mais tout à fait stimulant : les modalités de l’exploration botanique des Pyrénées et, plus particulièrement, la constitution de ce qu’il propose d’appeler les « hauts lieux de la botanique », entendons, les endroits de la chaîne privilégiés par les botanistes.

Annie Paradis, ingénieur d’études à l’Université Toulouse-II

Anthropologie de la musique

11Il s’est agi, comme les années précédentes, de questionner la musique à partir de ses marges : parole, bruit, ou silence. A été ainsi continuée d’une part une réflexion collective autour des rapports entre la musique et la forge, notamment à partir des allégories médiévales de la musique, d’autre part par le biais des terrains de chacun : voix de « silence » des femmes à Monsanto (Portugal), voix « bruyante » de l’orgue dans l’église, « charivari » de la mascarade en Pays Basque, présence d’une « contre-musique » dans les opéras mozartiens, « musique de l’enclume » dans la Tétralogie wagnérienne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine, Marlène Albert-Llorca, Annie Paradis et Christine Mennesson, « Centre d’anthropologie – CA », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 569-571.

Référence électronique

Agnès Fine, Marlène Albert-Llorca, Annie Paradis et Christine Mennesson, « Centre d’anthropologie – CA », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18468

Haut de page

Auteurs

Agnès Fine

Articles du même auteur

Marlène Albert-Llorca

Articles du même auteur

Annie Paradis

Articles du même auteur

Christine Mennesson

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals