Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’anthropologie religieuse européenne – CARE

Pierre-Antoine Fabre
p. 571-572

Texte intégral

Pierre-Antoine Fabre, directeur d’études

Sacralités et saintetés : liturgie et temps religieux en Occident (XVIe-XIXe siècles)

1Le séminaire du Centre d’anthropologie religieuse européenne a poursuivi cette année ses travaux sur l’histoire des réformes liturgiques dans l’Europe post-tridentine. Selon l’orientation épistémologique de ce séminaire à travers les différents objets auxquels il s’est attaché dans ces dix dernières années (les pèlerinages modernes, les cultes reliquaires modernes), on a cherché à construire une histoire de semi-longue durée, depuis le XVIe siècle et les décisions de réforme tridentine jusqu’à l’application tardive de ces réformes, dans la France gallicane en particulier, en faisant apparaître une temporalité irréductible aux ruptures chronologiques inspirées par les seules historiographies politiques nationales, et en repérant de lentes transformations. L’objet des réformes liturgiques est de ce point de vue particulièrement complexe, puisque la réforme se définit elle-même comme le contraire d’une transformation, comme un retour ou une restauration, et que la lente pénétration de la liturgie romaine dans les diocèses d’Europe (et d’Amérique) transforme d’autant plus discrètement les pratiques qu’elle ne se revendique que comme leur observation.

2Catherine Maire (CNRS) a donné une série de résultats de la vaste enquête qu’elle a conduite aux Archives du Saint Office depuis sa récente réouverture sur « Les consulteurs du Saint Office face au bréviaire parisien de 1736 et à Monseigneur Vintimille », auteur de ce bréviaire, évêque jansénisant auquel est paradoxalement confiée la tâche d’élaborer ce bréviaire, avec des mobiles complexes dont C. Maire s’est efforcée de reconstituer la trame. Christine Gouzi (Université de Dijon) s’est parallèlement intéressée à l’iconographie conçue pour ce bréviaire par François Boucher. Bernard Dompnier, Daniel Odon-Hurel et Cécile Rigaux ont présenté les conclusions d’un colloque récent sur les Cérémoniaux dans la France moderne, qui a en particulier mis en évidence les hétérogénéités régionales françaises du point de vue des pratiques liturgiques, et la spécificité, région par région, voire ville par ville, des rapports de force entre traditions liturgiques locales et reprise romaine de la tradition catholique. Les exposés de Vincent Petit (Université de Besançon) sur les querelles bisontines au XIXe siècle, et de Christian Grosse (Université de Genève), qui a fortement mis en évidence les choix différenciés de Lausanne et de Neuchatel au sein des liturgies réformées ont contribué à éclairer cette géographie multiple, au-delà donc des seuls territoires catholiques. Une intervention d’Albert Piette (Université d’Amiens) sur le « Religieux ordinaire » et les perspectives d’une approche ethnologique du fait liturgique (relayant l’intervention de Bernard Cheroneau l’année précédente) a complété ce parcours.

3Le séminaire s’est achevé sur une journée d’études organisée en coopération avec le séminaire de Pierre Antoine Fabre (« Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne, XVIe-XVIIIe siècle »), consacrée à l’accueil d’un ensemble de « Recherches actuelles sur la célébration des nouveaux saints à l’époque moderne », avec la participation de Gérard Neveu, Martine Boiteux, Elisa Andretta, Bernadette Majorana, Cécile Vincent-Cassy et Charlotte de Castelnau, qui ont répondu, à partir de lieux différents (pour des figures toujours célébrées quelque part alors qu’elles sont en droit de toutes parts, comme saintetés universelles), à la question : quelles cérémonies invente-t-on dans les grandes villes d’Europe et d’Amérique au XVIIe siècle pour célébrer, avec de nouvelles canonisations, le nouveau règne de l’Église romaine sur le peuple des saints et des béats ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Antoine Fabre, « Centre d’anthropologie religieuse européenne – CARE », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 571-572.

Référence électronique

Pierre-Antoine Fabre, « Centre d’anthropologie religieuse européenne – CARE », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18471

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals