Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’histoire du domaine turc – CHDT

Nathalie Clayer, Méropi Anastassiadou-Dumont, Alexandre Popovic, Constant Hamès et Bernard Lory
p. 582-586

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Nathalie Clayer, directrice de recherche au CNRS
Bernard Lory, maître de conférences à l’INaLCO

Les sociétés balkaniques de l’Empire ottoman aux États-nations. Religion, pouvoir et construction étatique.

1Les conférences avaient pour objet d’étudier et de réévaluer les relations entre religion, pouvoir et construction étatique dans le Sud-Est européen aux XIXe et XXe siècles. Ces interventions, centrées soit sur des situations spécifiques, soit sur des cas de groupes religieux minoritaires, ont montré, que comme pour les pays d’Europe occidentale, il faut remettre en question des paradigmes comme celui de la sécularisation liée à la modernisation ou encore celui du nationalisme se substituant à la religion. D’autre part les contextes locaux et régionaux, ainsi que les rapports politiques et sociaux apparaissent déterminants.

2Ainsi, la situation de guerre au début du XXe siècle permet-elle à l’Église bulgare, dont les relations avec le pouvoir politique apparaissent complexes, malgré le statut de religion d’État accordé à l’orthodoxie, de se replacer au cœur de la nation et de lancer une campagne de conversion des Pomaques (musulmans bulgarophones), dans laquelle, toutefois, les autorités politiques, religieuses et militaires – nationales et locales – n’ont pas toutes la même attitude. On a vu également, qu’au XIXe et au début du XXe siècle, le mont Athos, malgré son statut particulier, n’est pas isolé des développements politiques qui se produisent dans le Sud-Est européen : outre les enjeux financiers qui viennent s’immiscer dans la vie des monastères, le mont Athos subit les enjeux des constructions nationales balkaniques et des intérêts de la Russie dans la région, devenant lui-même un enjeu politique. Mais, à la crise politique se superposera une crise religieuse en 1912-1913.

3Les rapports entre religion et nationalisme sont d’ailleurs plus complexes qu’on ne l’admet généralement. L’étude de la petite minorité formée par les catholiques des Cyclades, présentée par Oliver Schulz, a permis de mettre en évidence la complexité des rapports entre religion, statut social et mobilisation nationaliste grecque. Dans le cas roumain présenté par Stéphanie Mahieu, on voit aussi les tensions existant entre le rôle historique de l’Église gréco-catholique dans la construction nationale, l’identité régionale transylvaine et la norme « roumain = orthodoxe » qui tend à s’imposer. Il en va de même entre le bektachisme (une confrérie mystique musulmane) et le nationalisme albanais. L’élaboration d’une loi sur les communautés religieuses dans l’Albanie de l’entre-deux-guerres déclenche une polémique sur le statut du bektachisme (d’abord reconnu de jure indépendant, puis seulement de facto) par rapport à l’Islam sunnite. Le « rôle du catholicisme dans la construction nationale albanaise » a également été revisité : on a mis en évidence l’utilisation de l’albanisme par le clergé franciscain dans les années 1920-1930 pour faire face à la politique de laïcisation de l’école et à la sécularisation des élites.

4On a également étudié les tentatives d’établissement de concordat de la Yougoslavie et de l’Albanie avec le Vatican. En Yougoslavie, la crise qui éclate à ce sujet est révélatrice des rapports entre État et Église orthodoxe serbe, tandis qu’en Albanie, l’échec révèle les relations complexes entre le haut clergé catholique, l’État albanais qui cherche à contrôler les communautés religieuses, le Vatican et les autorités politiques italiennes.

5Enfin, Mickael Wilmart a montré comment l’athéisme d’État du régime communiste albanais a conduit à la construction scientifique (historique et folkloriste) d’un discours sur la religion, centré autour du thème de « l’indifférence » du peuple albanais vis-à-vis de la religion. Avec la ré-autorisation des cultes et la chute du régime communiste, le concept d’indifférence fait place à celui de tolérance, comme un régulateur des nouveaux rapports de force entre communautés religieuses, mais aussi entre l’État et les communautés religieuses, voire comme un élément de valorisation de l’État albanais vis-à-vis de l’extérieur.

Méropi Anastassiadou-Dumont, chargée de recherche au CNRS

Famille, mobilité sociale, patrimoines dans l’Empire ottoman et la Turquie républicaine. Le cas des Grecs d’Istanbul

6Deuxième année de ce séminaire mensuel, mis en place en novembre 2004, avec pour objectif de décrire les modes de construction identitaire et d’intégration sociale des communautés non musulmanes en terres d’islam aux XIXe et XXe siècles. La communauté grecque orthodoxe d’Istanbul a constitué, cette année aussi, le principal objet d’étude.

7Après avoir examiné, l’année précédente, les aspects socio-économiques de ce groupe ethnico-confessionnel (tels que la démographie, l’insertion des migrants d’origine rurale dans la société urbaine, la constitution de patrimoines immobiliers, les œuvres caritatives et scolaires), nous nous sommes surtout intéressés, au cours de l’année 2005-2006, aux stratégies de l’affirmation identitaire et aux moyens mobilisés pour la préservation des marques essentielles de l’identité collective.

8Une séance a été ainsi consacrée aux fêtes, perçues comme « bouées » de l’identité ethnico-confessionnelle dans l’espace ottoman et post-ottoman. Autre thème exploré au cours de l’année : la part qui revient aux idéaux nationaux dans le processus de construction identitaire. Là, encore, l’exemple des communautés grecques orthodoxes de l’Empire des sultans est pertinent dans la mesure où celles-ci sont forcément concernées par la fondation, en 1830, de l’État-nation hellénique. Nous avons en particulier cherché à cerner le rôle qu’a eu à jouer dans ce domaine le clergé des paroisses orthodoxes d’Istanbul, c’est-à-dire les popes de quartier, en contact quotidien avec les membres de la communauté. Dans le cadre de ce même axe thématique, lors d’une séance intitulée « Hommes et femmes de lettres dans la construction des identités nationales. Figures de proue de la communauté grecque d’Istanbul », Johann Strauss (Université Marc Bloch, Strasbourg) a replacé les intellectuels grecs de Constantinople dans le milieu érudit de la capitale ottomane au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, tandis que Efi Canner (Université d’Athènes) a présenté une recherche biographique en cours concernant S. Aliberti, femme de lettres, institutrice et auteur de nombreux ouvrages.

9Troisième axe thématique enfin : la mémoire en tant qu’ingrédient identitaire. S’agissant des Grecs d’Istanbul, comment mémoire collective et mémoire historique se sont-elles construites et dans quelle mesure ont-elles contribué à préserver l’identité culturelle ? Afin de dégager quelques premiers éléments de réponse, nous nous sommes penchés sur le rapport entre identité minoritaire et certains biens patrimoniaux, en examinant notamment le cas des cimetières orthodoxes dans l’Istanbul d’aujourd’hui.

Alexandre Popovic, directeur de recherche émérite au CNRS
Constant Hamès, chargé de recherche au CNRS

Histoire moderne et contemporaine des musulmans balkaniques. La magie chez les musulmans balkaniques

10Nous avons commencé cette année un travail de longue haleine, qui consiste à faire une analyse détaillée d’une étude tout à fait capitale pour la compréhension des coutumes et pratiques magiques chez les populations musulmanes et non musulmanes, du Kosovo et de la Macédoine ex-yougoslaves, au cours des dernières décennies du XIXe et du premier quart du XXe siècle. Il s’agit d’un petit volume d’une centaine de pages, publié à Skoplje en 1925, dont les deux tiers sont entièrement consacrés à la magie, mais qui, curieusement, a été très peu utilisé. On le doit à l’historien et turcologue Gliša Elezović (1879-1960). Toutefois, une grande partie des informations qu’il renferme, notamment celles concernant la magie chez les populations musulmanes de ces régions (Turcs, Albanais, Gitans, musulmans slavophones, etc.), ainsi que celles portant sur le monde arabe et ottoman, proviennent en fait d’un ami de l’auteur, à savoir du Cheikh Saduddin « Sirri » (1864-1936), qui dirigeait à cette époque le tekke des derviches rifâ’is de Skoplje. On a pu analyser au cours de cette année environ un cinquième de l’ouvrage : d’abord l’introduction où il est question de la « science » de la magie en général ; du rôle des cheikhs et des derviches dans « l’art » de la magie, le tout selon une vision très personnelle de l’auteur ; de la divination et de la guérison, ainsi que d’une catégorie particulière de pratique magique, à savoir la « bayanyé » (un rituel accompagné d’incantations), de la confection des talismans, etc. Puis, on a entamé l’étude des premiers chapitres concernant différents pratiques et rituels magiques, tels que le « djafr », le « raml », le « fa’l », les « khawâss », etc. À côté de l’analyse détaillée du texte original serbo-croate, on a confronté, aussi souvent que possible, ces données aux résultats des travaux des principaux spécialistes qui ont abordé ces sujets.

Réflexions théoriques sur la magie à partir de matériaux ethnographiques comparés, balkaniques et autres

11Dans son ouvrage de référence sur la magie dans les Balkans, Garcevic mentionne parmi ses sources bibliographiques l’ouvrage Shams al-Ma’ârif d’al-Bûnî. S’agissant d’un ouvrage et d’un auteur majeurs pour l’étude des pratiques magiques d’inspiration islamique, au-delà même des Balkans, l’année a été consacrée à la découverte de cet auteur méconnu, voire inconnu en dehors de son nom, et à l’exploration de l’histoire et de la diffusion de son ouvrage Shams al-ma’ârif dont le contenu n’a cessé d’évoluer, au point de tripler de volume entre le XIVe et le XVIIe siècle, si l’on se réfère aux manuscrits conservés à la BNF ! On a donc travaillé sur trois dimensions des relations auteur-ouvrage :

  1. on a apporté des précisions nouvelles, basées sur des sources fort variées, permettant d’approcher – non de résoudre – les données de la biographie d’al-Bûnî, entre Afrique du Nord et Égypte, entre malikisme et shi’isme, entre mysticisme et magie ;
  2. on a opéré des comparaisons d’ensemble et parfois de détail entre les multiples textes catalogués sous le titre Shams al-ma’ârif, pour tenter de dégager un probable texte originel et un écheveau d’ajouts ou de compilations postérieurs. Ont été mis à contribution les textes manuscrits – de différentes longueurs et époques – les textes lithographiés, d’importance capitale pour toutes les reproductions hors texte, et les éditions imprimées récentes, très nombreuses et le plus souvent médiocres ;
  3. on a effectué une analyse interne de l’ouvrage, dans ses différentes versions, pour détecter tous les indices datés, le statut des personnages cités, les références bibliographiques de même que les variantes, les lacunes et autres différences significatives.

12L’ensemble des analyses et conclusions fait l’objet d’un ouvrage en cours d’écriture, qui publiera en même temps une traduction française sous forme d’anthologie de cet ouvrage si important, accessible uniquement en arabe ou autres langues islamiques (urdu par exemple).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Clayer, Méropi Anastassiadou-Dumont, Alexandre Popovic, Constant Hamès et Bernard Lory, « Centre d’histoire du domaine turc – CHDT », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 582-586.

Référence électronique

Nathalie Clayer, Méropi Anastassiadou-Dumont, Alexandre Popovic, Constant Hamès et Bernard Lory, « Centre d’histoire du domaine turc – CHDT », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18489

Haut de page

Auteurs

Nathalie Clayer

Articles du même auteur

Méropi Anastassiadou-Dumont

Articles du même auteur

Alexandre Popovic

Articles du même auteur

Constant Hamès

Articles du même auteur

Bernard Lory

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals