Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre Maurice-Halbwachs – CMH

Marion Selz et Marie Jaisson
p. 598-600

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre Maurice-Halbwachs – CMH
Haut de page

Texte intégral

Marion Selz, ingénieur de recherche au CNRS

Modélisation et méthodes statistiques en sciences sociales

1D’une façon générale ce séminaire privilégie les débats autour de l’utilisation des statistiques, l’exposé des difficultés pour mettre à plat les désaccords, les comprendre et essayer d’en tirer quelque chose.

2Cette année plusieurs interventions ont porté sur des exemples d’application utilisant des méthodes encore peu éprouvées pour mesurer des effets de contextes. En effet des chercheurs de plus en plus nombreux cherchent à étudier l’impact du lieu de résidence sur plusieurs facteurs : par exemple la santé ou l’accès à l’emploi. Marc Le Vaillant (CREGAS-Inserm) a présenté une méthode de décomposition des effets et son application à l’efficience du système hospitalier public ; cette application fait suite à l’analyse des phénomènes de discrimination vis-à-vis de l’emploi et du travail utilisant la même méthode présentée l’année dernière par O. Joseph et S. Lemière du Cereq. Il a ainsi mis en évidence un effet de contexte relatif à l’Île-de-France. Basile Chaix (Inserm) a montré comment il mesurait l’impact du contexte de la résidence sur la santé, notamment sur la morbidité cardiovasculaire. Dans un cas comme dans l’autre les intervenants ont insisté sur les précautions à prendre pour interpréter les résultats.

3Les exposés de Jacques Poitevineau (LAM/LCPE UMR 7604 CNRS), et de Charles-Albert Lehalle (ENS Cachan) et Maxime Parodi (OFCE) se sont intéressés à l’Interprétation des résultats des tests statistiques ; le premier a décrit d’une façon générale les difficultés, les pièges des tests les plus connus ainsi que leurs limites et a mis en garde contre les mauvaises utilisations qui en sont souvent faites ; il a donné des indications sur la bonne façon de faire ; les seconds ont proposé une stratégie non paramétrique pour évaluer une modélisation statistique dans le cadre d’une comparaison entre deux populations.

4Certains progrès technologiques provoquent des changements importants dans les conditions d’enquêtes : les enquêtes par téléphone sont bien souvent préférées aux enquêtes en face à face, évitant certains problèmes : coût, durée du terrain, digicodes, contrôle du terrain et base de sondage plus faciles ; mais elles posent de nouveaux problèmes liés à la diminution de l’équipement des personnes en téléphones fixes au profit des mobiles ; François Beck (OFDT), Arnaud Gautier (INPES), Stéphane Marder (Atoo) en ont parlé, notamment lorsqu’elles ont lieu auprès de populations sensibles. Bernard Zarca (CNRS-OSC) a indiqué les questions méthodologiques posées par la réalisation d’une enquête extensive sur Internet : les problèmes évoqués ont porté en particulier sur la constitution de l’échantillon, la prise de contact et la relance des enquêtés, la mise sur le site du questionnaire, le suivi de l’enquête et les relations avec les enquêtés.

5Philippe Cibois (Université de Versailles-Saint-Quentin) a présenté le logiciel de dépouillement d’enquêtes Trideux qu’il a réalisé, et, exemples à l’appui, l’utilisation que l’on peut en faire pour traiter le vocabulaire des questions ouvertes ou d’entretiens.

6À l’occasion du changement de méthode du recensement qui n’est plus totalement exhaustif mais fait en partie par sondage, Françoise Dupont (Insee) a présenté la nouvelle méthode ; elle a montré certains avantages, comme la possibilité de produire chaque année les populations légales et des statistiques détaillées, mais aussi les problèmes et difficultés qui sont posés lors de certaines utilisations comme par exemple lors d’études de migrations ou de mobilités.

Marie Jaisson, maître de conférences à l’Université de Tours

Études halbwachsjennes

7Ce séminaire s’est ouvert cette année alors que Laboratoire d’analyse secondaire et des méthodes appliquées à la sociologie (Lasmas, EHESS-CNRS) devenait le Centre Maurice-Halbwachs en rejoignant le Campus Paris-Jourdan. Au cours des séances sont présentées et discutées des recherches qui touchent aujourd’hui, à un titre ou à un autre, des domaines de première importance dans l’œuvre de Maurice Halbwachs (1877-1945) : la sociologie de la ville et des groupes sociaux, la sociologie économique et la démographie, la psychologie collective et les études de mémoire collective, les rapprochements et les confrontations de la sociologie avec la philosophie, l’histoire et les mathématiques. Ainsi Johan Heilbron, sociologue au CNRS et titulaire de la chaire Norbert Elias à l’Université Erasmus à Rotterdam, a traité des rapports entre positivisme et sociologie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Marc Barbut a discuté des ambiguïtés présentes dans les travaux portant sur les comparaisons des inégalités depuis la fin du XIXe siècle et des controverses qu’elles ont suscitées tout au long du XXe siècle. Serge Paugam a présenté son livre, Les formes élémentaires de la pauvreté (PUF, 2005). Éric Brian, directeur d’études et la titulaire ont exposé des éléments tirés de leur recherche en cours sur la proportion des sexes à la naissance, travaux qui font suite à la réédition du texte de Maurice Halbwachs, Le Point de vue du nombre, publié dans le tome VII de l’Encyclopédie française en 1936 (Éditions de l’Ined, 2005). Enfin, Bertrand Müller, historien à l’université de Lausanne, éditeur de la correspondance de Marc Bloch et Lucien Febvre, a discuté la conception de la mémoire chez Marc Bloch, au cœur du dialogue entre la « nouvelle histoire » et la « sociologie dur-kheimienne » pendant l’entre-deux-guerres. Le séminaire a été prolongé par le colloque « Dialogue avec la sociologie de Maurice Halbwachs. À l’occasion du 60e anniversaire de sa disparition », organisé par le Centre Maurice-Halbwachs avec le soutien de l’EHESS, de la Fédération Jourdan-ENS, du CNRS et de l’INED. Il s’est tenu sur le Campus Paris-Jourdan en décembre 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Selz et Marie Jaisson, « Centre Maurice-Halbwachs – CMH », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 598-600.

Référence électronique

Marion Selz et Marie Jaisson, « Centre Maurice-Halbwachs – CMH », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18511

Haut de page

Auteurs

Marion Selz

Articles du même auteur

Marie Jaisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals