Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Programme de recherches interdisciplinaires Études britanniques – PRIEB

Laura Lee Downs
p. 608-610

Texte intégral

Laura Lee Downs, directrice d’études

Qu’est-ce que la Britishness ?

1Notre séminaire a souhaité réfléchir à la nature de cet ensemble, qu’il a fallu d’emblée définir, dans sa dimension européenne au moins, comme « britannique et irlandais ». Depuis le milieu des années 1970 et surtout le début des années 1980, suite à publication de deux articles de John Pocock sur la « New British History », la question de la Britishness occupe une place centrale dans les débats historiographique et politique de nos voisins. Parce que l’histoire britannique, mais aussi son historiographie, se situe à la rencontre de trois cercles distincts d’influence et de solidarité – l’Europe, le Commonwealth, les États-Unis – la réflexion sur la construction des identités nationales y a été particulièrement poussée. En fait, l’interrogation sur la nature politique de l’objet engage les études britanniques et irlandaises sur un double terrain : celui de la réflexion autour de la notion d’aires culturelles, employée pour rendre compte de l’expérience européenne et de l’expérience coloniale, et celui de la critique généralisée de l’appareil conceptuel des sciences politiques contemporaines, autour des notions d’État, de nation, de souveraineté, entre autres.

2Notre séminaire a donc croisé les questionnements disciplinaires sur la notion de Britishness afin de nourrir une réflexion plus large sur l’objet « îles britanniques » et sur l’historiographie récente qui interroge cet objet. Cette année, nous avons organisé notre séminaire autour de trois axes principaux : gouvernementalité et politique, travail et protection sociale, et histoire des savoirs. La plupart des séances ont été consacrées au premier thème, avec notamment une série d’interventions autour des problèmes de gouvernementalité dans l’Empire britannique : Antoine Mioche (Université de Versailles-Saint-Quentin) : « Empire, nationalité britannique et territoire » ; Benoît de L’Estoile (CNRS, GTMS et ENS) : « Une politique de la différence : anthropologie et gouvernement colonial dans l’entre-deux-guerres » ; Véronique Dimier (Université libre de Bruxelles) : « La construction d’une bureaucratie coloniale : la figure du District Officer/gentleman ». Deux journées d’études ont permis d’approfondir la question : « Sex and Social Justice at Home and in the Empire : The New Feminists in Great Britain, 1919-1945 », autour de Susan Pederson (Columbia University). Discutantes : Elizabeth Gaudin (Paris-VII), Laura Lee Downs, Anne Hugon (Université Grenoble-II), Emmanuelle Sibeud (Paris-VIII) ; et « Decolonization, French and British style », autour de l’œuvre de Fred Cooper (New York University), discutants : Emmanuelle Saada, Isabelle Merle (CNRS), Jean-Frédéric Schaub.

3Nous n’avons pas négligé pour autant les questions de gouvernementalité spécifiques à la métropole tout au long de son évolution historique : Alain Boureau : « La loi du royaume : Les moines, le droit et la construction de la nation anglaise (XIe-XIIIe siècle) » ; Renaud Morieux : « La Manche au XVIIIe siècle : La construction d’une frontière franco-anglaise » ; James Smyth et Alain McKinley : « The decline of capital punishment in nineteenth-century Scotland and England : a comparative study » ; Romain Garbaye (Université Paris-IV) : « Minorités ethniques et représentation politique dans les villes britanniques et françaises : stratégies politiques et logiques institutionnelles ». Une troisième journée d’études nous a permis de mettre en question l’idée d’un conservatisme britannique modéré et « mainstream » : « Fascism disguised ? : Conservatism and the Extreme Right in Interwar Britain », avec Kevin Passmore (Cardiff University) : « Fascism and Conservatism in Britain : A European perspective » ; Dan Stone (Royal Holloway) : « The Place of Race Theory in British Fascism » ; et Clarisse Berthezène (Paris-VII) : « Conservatism, Medievalism and English Fascism » (discutants : Marc-Olivier Baruch et Pierre Rosanvallon, et Philippe Vervaecke, Université Lille-III).

4Dans notre deuxième thème, travail et protection sociale, ont figuré trois interventions traitant de trois époques différentes : Garthine Walker (Université de Cardiff) : « Infanticide in Wales and England from the 16th to the 18th centuries » ; Fabrice Bensimon (Université Paris-X) : « Migrants et migrations entre la Grande-Bretagne et la France au milieu du XIXe siècle » ; et Laura Lee Downs « Milieu social ou milieu familial ? Theories and practices of childrearing among the popular classes in twentieth-century France and Britain : the case of evacuation (1939-1945) ».

5Enfin, l’histoire des savoirs a également retenu notre attention avec tout d’abord un état des lieux proposé par Kevin Passmore : (Université de Cardiff) : « The impact of post-structuralism in British historiography, 1980-2005 ». Ensuite, nous nous sommes arrêtés sur deux études de cas : Stéphane van Damme (Maison de France d’Oxford – Paris-VII) : « L’émergence des savoirs écossais à la fin du XIXe siècle » ; et Becky Conekin (Fashion Arts Institute of London) : « The Festival of Britain and the re-casting of British identity in a post-colonial context (1951) ».

6Devant le succès de nos journées d’études, organisées en partenariat avec Paris-VII, nous avons décidé d’adopter une formule légèrement différente pour l’année 2006-2007, à savoir, des séances de quatre heures une fois par mois sous forme de table ronde avec plusieurs intervenants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, « Programme de recherches interdisciplinaires Études britanniques – PRIEB », Annuaire de l’EHESS,  | 2007, 608-610.

Référence électronique

Laura Lee Downs, « Programme de recherches interdisciplinaires Études britanniques – PRIEB », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2007, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18530

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals