Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Géographie

Géographie culturelle

Augustin Berque
p. 119-121

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Augustin Berque, directeur d’études

1. Paysage et habitat soutenable

2. La soutenabilité de l’habitat en Asie orientale

3. Poétique de l’habiter

1Paysage et habitat soutenable. Ce séminaire pour doctorants (onze séances) a consisté en exposés de doctorants, suivis de discussions.

2La soutenabilité de l’habitat en Asie orientale. Au cours de ce séminaire hebdomadaire, organisé dans le fil du programme-cadre « L’habitat insoutenable » (2001-2010), ont été examinés les antécédents des motivations qui, au Japon, ont conduit à l’émergence de l’urbain diffus. Cette forme d’habitat se caractérise par son insoutenabilité, à la fois parce que non durable au plan écologique (hypermotorisation, surconsommation des ressources naturelles...), injustifiable au plan éthique (inégalités croissantes...) et inacceptable au plan esthétique (mitage et désorganisation des paysages...). Il s’est agi principalement de la diffusion du paradigme de la cabane de l’ermite, emprunté à la littérature chinoise à l’époque Heian, et qui est notamment à l’origine du modèle esthétique de la cabane à thé. Celui-ci, qui s’établit à l’époque Muromachi, a profondément influencé l’habitation japonaise moderne. La logique générale de ce mouvement aura été d’exalter l’habitation individuelle au sein de la nature. C’est ce que symbolise, entre autres, le tokobashira, cette colonne qui jouxte l’alcôve du tokonoma, cœur symbolique de la maison suburbaine d’aujourd’hui : affectant un aspect naturel par sa forme irrégulière, le tokobashira incarne le paradigme érémitique qui fut codifié voici plus de quinze siècles par la poésie chinoise des Six Dynastie, époque où fut inventée la notion de paysage. C’est proprement une « colonne érémitique », aussi surprenant que cela paraisse dans les banlieues opulentes du Japon contemporain.

3La poétique de l’habiter. Ce séminaire mensuel était organisé en collaboration avec Philippe Bonnin (CNRS, IPRAUS) et Alessia de Biase (École d’architecture de Paris-Belleville). Chacune des sept séances accueillait un conférencier différent, sur une gamme de thèmes allant de l’aménagement du fleuve Tarim (au Taklamakan) au rêve de ceux qui inventèrent l’ordinateur : mécaniser l’intelligence. Un concours (remporté par une photographie de Caroline Aider) a été organisé pour la couverture de l’ouvrage collectif L’habiter dans sa poétique première, actes du colloque de même titre organisé en septembre 2006 à Cerisy-la-Salle, à paraître aux éditions Donner Lieu sous la direction des trois organisateurs du séminaire.

4Deux professeurs étrangers ont été invités pour un mois respectivement : Nishimura Yukio (Université de Tokyo) qui a donné en mars quatre conférences sur le paysage urbain au Japon et en Asie orientale, et Zhang Xiaolei (Institut d’écologie et de géographie du Xinjiang), qui a donné en mai quatre conférences sur le thème du développement durable au Xinjiang.

Publications

  • Avec P. Bonnin et C. Ghorra-Gobin, dir., La ville insoutenable, Paris, Belin, 2006, 366 p.
  • Dir., Mouvance II. Du jardin au territoire, soixante-dix mots pour le paysage, Paris, Éd. de La Villette, 2006, 120 p.
  • « Kindai kosumosu sôshitsu no naka de no fûkei » (La décosmisation moderne et le paysage), Kikan machizukuri, 10, 2006, p. 93-97.
  • « Kotoba no roten. Haiku to nihongo no tokusei ni tsuite » (Le point de rosée de la parole. Haiku et particularités de la langue japonaise), Wakei, 32, 2006, p. 1-17.
  • « Fûdosei ni tatta rinri to kôkyôsei » (La médiance comme fondement de l’éthique et de l’espace public), dans Kôkyôsei : gainen no kentô, kankyô mondai wo megutte (L’espace public : concept et application à la question environnementale), sous la dir. de Kobayashi Masaya, Chiba daigaku shakai bunka kagaku kenkyûka, Kenkyû puroje-kuto hôkokusho, 87, 2006, p. 3-26.
  • « Saibôgu no sumai no kikaigaku » (Mécanique de l’habitation de Cyborg, dans Gijutsu to shintai. Nihon « kindaika » no shisô (Corps et technique. La pensée de la « modernisation » au Japon), sous la dir. de Kioka Nobuo et Suzuki Masami, Kyôto, Minerva shobô, 2006, p. 343-366.
  • « Dekaruto tetsugaku no chôkoku » (Au-delà du cartésianisme), dans Sasuteinaburu na mirai wo dezain suru chie (Savoir aménager un avenir soutenable), sous la dir. de Hattori Keirô, Tokyo, Kajima shuppankai, 2006, p. 241 -258.
  • « Kunlun, la montagne cosmique », L’Alpe, 32, printemps 2006, p. 78-82.
  • « À la recherche de la source aux fleurs de pêcher » (histoire orientale de l’urbain hors les murs), dans La ville insoutenable, op. cit., p. 237-250.
  • « Comments on Prof. Dr. Ervin Laszlo’s paper », dans World Life Culture Forum, Life thought and global sallim (livelihood) movement, Séoul, Gyeong’gi Cultural foundation, 2006, p. 83-88.
  • « Being toward death, being toward life, and the Earth », dans World Life Culture Forum, ibid., p. 263-278.
  • « Rozan kara mita Kyoto » (Le mont Lu vu de Kyôto), Toshi kenkyû Kyôto, XIX, 2006, p. 38-50.
  • « Les limites de l’écoumène », dans De la limite, Marseille, Parenthèses, 2006, p. 94-111.
  • « Paysage », dans Le Dictionnaire des sciences humaines, sous la dir. de S. Mesure et P. Savidan, Paris, PUF, 2006, p. 856-858.
  • « Le ciel, la terre et le don des langues », dans Céliane, un courant de plaisir, sous la dir. de Legrand, Paris, Textuel, 2006, p. 69-70.
  • « Taidan : Fast fûdo no soto ni koso tayô na sekai ga aru » (Dialogue : Bien des mondes sont possibles en dehors du fast fûdo), dans Datsu fast fûdo sengen. Shôtengai wo sukue ! (Le manifeste anti fast fûdo. Au secours des rues commerçantes), sous la dir. de Miura Atsushi, Tokyo, Yôsensha, 2006, p. 273-297.
  • « Fûdosei ni tatta rinri to kôkyôsei » (La médiance comme fondement de l’éthique et de l’espace public), dans Kôkyôsei kenkyû, III, 2, septembre 2006, p. 8-46.
  • « Point de parole et paysage dans le haïku », Revue des sciences humaines, 282, 2,
  • 2006, p. 29-40.
  • « Cosmofania y paisaje moderno » (Cosmophanie et paysage moderne), dans Paisaje y pensamiento, sous la dir. de, J. Maderuelo, Madrid, Abada Editores, 2006, p. 187-207.
  • « Écoumène », dans Dictionnaire des mondialisations, sous la dir. de C. Ghorra-Gobin, Paris, Armand Colin, 2006, p. 128-131.
  • « Vers une mésologie – au-delà du topos ontologique moderne – », dans Les sciences sociales en mutation, sous la dir. de M. Wiewiorka, Auxerre, Éd. Sciences humaines, 2007, p. 149-154.
  • « Du concept d’être humain chez Watsuji au-delà du topos ontologique moderne », dans Diversité culturelle et valeurs transversales : un dialogue Est-Ouest sur la dynamique entre le spirituel et le temporel, Paris, Unesco, 2007, p. 141 -147.
  • « C comme cosmologie », dans Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine XX/XXI : L’Espace anthropologique, Paris, Éd. du Patrimoine, mars 2007, p. 56-59.
  • « Cosmofania » et « Matriz », dans Land&Scape Series : Landscape + 100 palabras para habitarlo, sous la dir. de D. Colafranceschi (dir.) Barcelone, Editorial Gustavo Gili, 2007, p. 43-44 et p. 124-126.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 119-121.

Référence électronique

Augustin Berque, « Géographie culturelle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18554

Haut de page

Auteur

Augustin Berque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals