Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Sociohistoire

Gérard Noiriel
p. 142

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Gérard Noiriel, directeur d’études

Introduction à la sociohistoire

1Nous avons poursuivi le travail commencé au cours des années précédentes et qui a pour objet d’élaborer une synthèse des recherches regroupées depuis une quinzaine d’années sous le label « sociohistoire ». La première partie du séminaire a présenté les principaux éléments qui entrent dans la définition de la sociohistoire. On a rappelé que ce domaine de recherche se situait au croisement des principes fondateurs de l’histoire et de la sociologie. L’histoire a émergé comme discipline scientifique en mettant en évidence l’historicité du monde dans lequel évoluent les vivants. La sociologie s’est autonomisée en se concentrant sur l’analyse du lien social, c’est-à-dire des relations (directes et indirectes) que les individus nouent entre eux au cours de leurs activités quotidiennes. La sociohistoire combine les apports de ces deux disciplines pour fournir des outils adaptés à la résolution de problèmes empiriques précis.

2Dans la deuxième partie du séminaire, nous avons rapidement présenté la genèse de ce nouveau domaine d’étude, en retraçant l’histoire des rapports entre historiens et sociologues depuis le XIXe siècle. La troisième partie a été consacrée à la présentation des travaux les plus significatifs, réalisés dans les domaines économique, politique et culturel. Plusieurs conférenciers ont été invités à présenter leurs recherches dans le cadre du séminaire. Nicolas Mariot (CNRS) a montré la fécondité heuristique de la sociohistoire pour l’étude de l’opinion publique, Sylvain Laurens (Université de Limoges) a centré son intervention sur la sociohistoire de l’immigration et Mamadou Diouf (Université du Michigan) a exposé le problème de la citoyenneté au Sénégal à l’époque coloniale.

3J’ai présenté les problématiques et les chantiers empiriques de la sociohistoire dans de nombreux séminaires et conférences, notamment lors d’un colloque organisé par la Maison française d’Oxford (juin 2006) et au cours d’un séjour en Chine (novembre 2006).

Publications

  • Immigration, antisémitisme et racisme (XIXe-XXe siècle). Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007, 717 p.
  • « Colonialism, immigration and power relations », Qualitative Sociology, 29, 1, 2006, p. 105-110.
  • Avec N. Offenstadt, « Histoire et politique : autour d’un débat et de certains usages » Nouvelles Fondations, 2, 2006, p. 65-75.
  • « Préface », dans Nos ancêtres les chibanis ! Portraits d’Algériens arrivés en France pendant les Trente Glorieuses, sous la dir. de S. Kassa, Paris, Autrement, 2006, p. 10-15.
  • « Préface », dans Le Creuset français. Histoire de l’immigration, XIXe-XXe siècle, G. Noiriel, Paris, Seuil, nouv. éd., 2006, p. I-XI.
  • « Les intellectuels et la politique aujourd’hui », Parcours, Les cahiers du GREP 33-34, 2006, p. 141-166.
  • « Les intellectuels dans la République », Contretemps, 15, 2006, p. 32-52.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Noiriel, « Sociohistoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 142.

Référence électronique

Gérard Noiriel, « Sociohistoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18569

Haut de page

Auteur

Gérard Noiriel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals