Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Problèmes généraux

Histoire des institutions, XVIIIe-XIXe siècles

Sabina Loriga
p. 145-146

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sabina Loriga, maître de conférences

1. Histoire et biographie (avec Michèle Leclerc-Olive, chargée de recherche du CNRS)

1Au cours de cette année, nous avons continué notre réflexion sur la manière dont les phénomènes sociaux imprègnent le parcours de vie de tout individu, ainsi que le récit de celui-ci. En effet, d’une façon ou d’une autre, lorsque nous nous concentrons sur l’existence concrète d’un individu, nous établissons, de manière plus ou moins consciente, des éléments et des tournants significatifs de sa vie. Quels sont les critères que nous utilisons pour évaluer le poids d’événements historiques, de pratiques sociales, de relations émotionnelles ? Pour aborder cette question, nous nous sommes appuyés, en particulier, sur la réflexion de Wilhelm Dilthey et de George Mead. Ensuite, nous avons pu revenir sur ce thème à travers trois contributions : Philippe Gaboriau (Shadyc, Marseille) a présenté son enquête sur l’univers d’une ouvrière de la chaussure, dans la France rurale du XXe siècle (« Illusion biographique et jeux d’échelles d’analyses ») ; Omar Acha (Université de Buenos Aires) a analysé la biographie du politicien et historien argentin Rodolfo Puiggrós ; et Stefano Bory (CEMS) a discuté l’approche biographique utilisé dans sa recherche sur la contraction des horizons temporels dans un groupe de jeunes entre vingt-cinq et trente-cinq ans, dans le Mezzogiorno de l’Italie contemporaine (« Le temps enfui : stratégies identitaires des jeunes adultes du Sud italien »).

2. Temps, mémoires, histoire (avec Olivier Abel, professeur à la Faculté libre de théologie protestante de Paris, Enrico Castelli Gattinara, professeur à l’Université La Sapienza de Rome, David Schreiber, professeur agrégé à l’École normale supérieure, Isabelle Ullern-Weité, enseignant-chercheur au CERL-EPHE et à la Faculté des lettres de l’ICP)

2Depuis six ans, nous animons un séminaire visant à tisser un dialogue entre les philosophes et les historiens. Notre réflexion commune a commencé en décembre 2000, lorsque nous avons organisé un colloque autour du livre de Paul Ricœur, Mémoire, histoire, oubli. Ensuite, nous avons approfondi ce dialogue, dans la conviction que le passé ne concerne pas seulement les historiens, et ne peut pas être un objet monopolisé par eux, et qu’il est indispensable d’interroger ensemble la dimension éthique du rapport au passé car c’est une condition du lien social et, en même temps, du dissensus civique.

3Dans cette perspective, cette année nous avons ouvert une réflexion sur les responsabilités politiques de la pensée. Il s’agit d’une question extrêmement délicate, surgie, dans les années précédentes, à travers la lecture parallèle de Burckhardt et de Nietzsche. Est-il possible et souhaitable, pour un historien ou un philosophe, de garder une attitude étrangère à la politique ou bien de s’engager en première personne dans les batailles politiques de sa propre société ? Est-ce qu’il a, sur ce point, des contraintes différentes que celles du romancier ? Nous avons commencé à aborder ces questions, qui touchent inévitablement la relation entre la biographie et l’œuvre, en réfléchissant sur les notions d’« engagement », « désengagement », « embarquement » (cf. Albert Camus). C’est dans cette perspective, que nous avons privilégié deux entrées. D’une part, nous avons examiné l’attitude envers le politique de quelques grands penseurs, comme Georg Simmel, Martin Heidegger et Karl Barth. D’autre part, nous nous sommes interrogés sur les effets de la pensée sur la longue période, à travers la réception de l’œuvre de Rousseau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabina Loriga, « Histoire des institutions, XVIIIe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 145-146.

Référence électronique

Sabina Loriga, « Histoire des institutions, XVIIIe-XIXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18572

Haut de page

Auteur

Sabina Loriga

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals