Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire sociale et démographie

Démographie

Hervé Le Bras
p. 147-149

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Hervé Le Bras, directeur d’études

1La première partie du séminaire avait pour titre « une histoire de l’égalité ». En regard des nombreux travaux consacrés aux inégalités et à leurs mesures, l’égalité si souvent au centre de la philosophie politique n’a pas fait l’objet d’une recherche historique systématique. Nous avons mis en correspondance plusieurs domaines, politique, anthropologique, économique, mathématique, linguistique. Nous nous sommes par exemple demandés, grâce au travail de Cajori quand le signe « = » était apparu et quels étaient ses prédécesseurs, quelle avait pu être la relation entre les cas d’égalité des triangles et l’égalité citoyenne ou le partage des héritages. Nous avons commencé par les travaux d’anthropologues et particulièrement par Penser au singulier d’Éric de Dampierre car l’égalité ne se définit pas initialement par rapport aux inégalités mais par rapport à la différence. Dans de nombreuses sociétés anciennes, il est difficile de penser l’équivalence de deux personnes ou de deux objets. Un exposé d’Irène Tamba, directeur d’études, sur « Le pluriel dans les langues » a montré que cette difficulté se reflétait dans la manière dont de nombreuses langues construisent le pluriel ou plutôt les pluriels. Le séminaire a ensuite porté sur un double aspect de l’œuvre d’Aristote, les Catégories qui ont été relues et replacées dans l’œuvre (entre la Rhétorique et les Analytiques) et la Politique où Aristote spécifie finement l’égalité citoyenne (commander et être commandé tour à tour) tout en justifiant le maintien à l’écart des femmes et des esclaves. La question de l’esclavage étant actuellement au centre de nombreux débats, notamment sur la mémoire, nous avons exploré les pistes qui le rendaient pensable par un philosophe tel qu’Aristote, et nous nous sommes posé la même question à l’occasion d’un exposé détaillé de Pierre Hébrard sur le Code noir car, plus près de nous qu’Aristote, Voltaire n’a pas désavoué l’esclavage aux Antilles. Il ne s’agissait pas de porter un jugement moral mais de comprendre comment l’impensable d’aujourd’hui était pensable à d’autres époques par des personnes au moins aussi intelligentes et cultivées que nous le sommes. Nous avons poursuivi la recherche par l’œuvre clé qui introduit la conception moderne de l’égalité, le Léviathan d’Hobbes et nous nous sommes intéressés à ses antécédents, notamment dans les Six livres de la République de Bodin et dans les institutions de Florence et de Venise à la Renaissance. Cette première partie du séminaire s’est terminée par une relecture de la Théorie de la justice de Rawls, en insistant sur la règle « au bénéfice du plus défavorisé » qui introduit la possibilité de l’inégalité, et par une discussion des travaux récents d’Amartya Sen sur la mesure des inégalités. Signalons à ce propos une remarque intéressante de Sen : « une mesure ne peut pas être plus précise que le concept qu’elle représente ». Cette remarque s’applique à la question de l’égalité et des inégalités, mais aussi aux mesures et enquêtes faites « pour voir ».

2La seconde partie du séminaire portait sur « Espace et population ». Elle a été d’abord contaminée par les questions politiques posées dans la première partie puisque la première séance a accueilli une conférence de Ludger Schwarte, professeur à l’université de Bâle et directeur d’études invité, sur « Espace et politique : la démographie directe est possible ». Il ne s’agissait pas d’entrer dans la campagne présidentielle mais de discuter des dispositifs architecturaux qui de l’agora aux travaux récents d’architectes berlinois, cherchent les moyens d’instaurer une démocratie du débat public et donc un accès égalitaire à la parole publique. La question de l’égalité s’est aussi déplacée du côté de l’ethnicité avec l’exposé d’Elena Philippova, directrice de recherches à l’Institut d’ethnologie de Moscou et aussi directeur invitée qui nous a détaillé le système des catégories ethniques en Russie et en URSS. Les élections approchant, j’ai consacré les dernières séances du séminaire à la géographie électorale conçue non comme une alternative mais comme une dimension transverse à la sociologie électorale. Cette dernière valorise les caractéristiques individuelles (âge, CS, sexe, niveau de formation) tandis que la première exprime des relations sociales, des liens qui s’installent, perdurent et se transforment en bloc. L’analyse en direct des résultats électoraux de la présidentielle et des législatives au niveau le plus fin (communes et circonscriptions) a permis de vérifier une fois encore cette qualité de la géographie électorale. Elle a posé aussi en direct plusieurs questions délicates de représentation cartographique pour redonner aux villes une visibilité suffisante sur les cartes (anamorphoses, adjonctions de cercles, extraction des communes urbaines, lissages et lignes de niveau).

Publications

  • Entre deux pôles : la démographie entre sciences et politiques, Paris, Aux lieux d’être, 2006, 128 p.
  • Les 4 mystères de la population française, Paris, Odile Jacob, 2007, 306 p.
  • « Morphologie des migrations au XXe siècle », dans Histoire des familles, de la démographie et des comportements, sous la dir. de J.-P Poussou et I. Robin-Romero, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2007, p. 159-182.
  • « Demographische Entwicklungauf lokaler Ebene in Frankreich », dans Demographie und Stadtentwicklung, Ludwigsburg, Wüstenrotstiftung, 2006, p. 37-55.
  • « Des concepts aux mots, des mots aux mythes : l’exemple de la pyramide des âges », dans Les sciences sociales en mutation, Paris, Éd. Sciences humaines, 2007, p. 265-283.
  • « L’impossible statistique des migrations », Nouveaux regards, 35, oct.-déc. 2006, p. 32-36.
  • « Il n’y a pas d’invasion étrangère en France », Habitat et société, 43, septembre 2006, p. 60-64.
  • « Fécondité », « Mortalité », « Malthusianisme », « Population », dans Dictionnaire des sciences humaines, sous la dir. de S. Mesure et P. Savidan, Paris, PUF, 2006.
  • « Immigration et intégration : le prétexte ethnique », Les Cahiers rationalistes, 582, mai-juin 2006, p. 6-21.
  • « Évaluer les évaluateurs », La Recherche, 402, 2006, p. 97.
  • Avec J.-R Demoule, « Débat sur les migrations », Archéopages, 18, janvier-mars 2007, p. 44-52.
  • « Diversité des mœurs en France : passé régional et présent urbain », dans Être Français hier, aujourd’hui et demain, sous la dir. de M. Wieviorka, Paris, Éd. de l’Aube, 2007, p. 58-79.
  • « Catégories ethniques », La Recherche, 406, mars 2007, p. 97.
  • « Finesse et géométrie des élections », La Recherche, 410, juillet-août 2007, p. 117.
  • « Statistique citoyenne », La Recherche, 408, mai 2007, p. 97.
  • « Tempéraments, classes sociales et centralité en Île-de-France », Pouvoirs locaux, 73, II, 2007, p. 67-71.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Bras, « Démographie », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 147-149.

Référence électronique

Hervé Le Bras, « Démographie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18574

Haut de page

Auteur

Hervé Le Bras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals