Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire des sciences de la Vie et de la Terre

Claudine Cohen
p. 158-160

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Cohen, maître de conférences

Les philosophes dans la caverne : regards philosophiques sur l’art paléolithique

1« Lascaux, pareille à ces cités englouties qui reviennent à nous, pour mieux nous surprendre dans notre rêve du monde », écrit Malraux dans la dernière page de ses Antimémoires (1967). Relevé, décrit, interprété par des scientifiques (anthropologues, archéologues, médecins, linguistes...) depuis un siècle et demi, l’art paléolithique a aussi, depuis sa découverte, fait l’objet de multiples regards et commentaires de la part d’historiens de l’art, de peintres, de poètes et de philosophes : ce sont ces « rêves du monde » suscités par l’art préhistorique qu’a explorés cette année le séminaire. Si le mythe platonicien de la caverne éclaire certaines de ces lectures (voir notamment les développements de Davis Lewis-Williams dans The Cave in the Mind, 2004, qui utilisent et « appliquent » le mythe platonicien pour une interprétation générale chamanique de l’art pariétal paléolithique), d’autres lectures philosophiques ont été projetées sur l’art paléolithique et ses significations.

2Jean-Louis Schefer, dans Questions d’art paléolithique (1999) revient, pour la récuser, sur la notion d’un paradigme magique ou religieux longtemps prévalent dans l’interprétation de l’art préhistorique. En effet, depuis l’aube du XXe siècle, les analyses de Salomon Reinach sur les origines du totémisme animal influencent profondément les lectures de l’art paléolithique, notamment les interprétations de l’abbé Breuil. Deux textes de Georges Bataille, Lascaux et la naissance l’art (1955) puis Les larmes d’Eros (1961), inspirés à leur tour par Breuil, soulignent l’importance de cette émergence du religieux et de la prise de conscience simultanée de la sexualité et de la mort pour la naissance d’un psychisme véritablement humain : la philosophie bataillienne de la transgression imprègne sa lecture de Lascaux et de l’art paléolithique en général.

3Dans le dernier texte de Merleau Ponty, L’Œil et l’esprit (1962) l’analyse de la perception de l’art paléolithique illustre sa philosophie du sens et de l’inter-subjectivité. La lecture des animaux peints sur la paroi de Lascaux rappelle l’aphorisme de Cézanne : « la nature est à l’intérieur » ; « qualité, lumière, couleur, profondeur, qui sont là-bas devant nous, n’y sont que parce qu’elles éveillent un écho dans notre corps, parce qu’il leur fait accueil ».

4Les « Cinq poèmes sur Lascaux » réunis dans La parole en archipel (1952-1960) de René Char, livrent sa vision des figures paléolithiques comme témoignage d’une harmonie perdue de l’homme avec la nature, en contrepoint avec la destruction actuelle de la nature et les désastres du XXe siècle :

« L’âge du renne, c’est-à-dire l’âge du souffle. Ô vitre, ô givre, nature conquise, dedans fleurie, dehors détruite !
Insouciants, nous exaltons et contrecarrons justement la nature et les hommes. Cependant, terreur, au-dessus de notre tête, le soleil entre dans le signe de ses ennemis » (« Transir », La Parole en archipel, Gallimard, 1986, p. 31).

5La notion d’origine attachée à l’art paléolithique (voir par exemple Walter Benjamin, « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée » 1936), se trouve abondamment discutée. Elle est critiquée dans un article d’Adorno intitulé « Théories on the Origin of Art » (1955) – critique plus largement développée dans l’œuvre de Max Raphaël, historien de l’art allemand émigré aux États-Unis entre 1940 et 1952, qui propose dans Palaeolithic Art (1945) un profond renouvellement des cadres philosophiques pour penser la signification de l’art paléolithique. Son œuvre méthodologique et interprétative, inspirée par la pensée marxiste, s’efforce de mettre en rapport les figurations avec le contexte matériel de subsistance des hommes de ce temps ; en introduisant la notion de « composition » à l’œuvre dans la disposition des figures, il propose d’autre part une approche profondément renouvelée du relevé et de la signification de l’art pariétal, qui inspirera les archéologues français de la seconde moitié du siècle tels que Annette Laming-Emperaire et André Leroi-Gourhan.

6Ce séminaire exploitait notamment les résultats d’une recherche portant sur les archives de Max Raphaël, au cours d’un séjour en tant que Getty Scholar (septembre 2006-mars 2007) au Getty Research Institute for the History of Art and Humanities (Los Angeles, Californie)

Publications

  • Un Néandertalien dans le métro, Paris, Seuil, 2007, 162 p.
  • Avec D. Thouard, M. Bertozzi, A. Debru, L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Lille, Presses du Septentrion, 2007, 263 p.
  • « Les hommes de Néandertal : histoire des idées et des découvertes », dans Les Néandertaliens, biologie et cultures, sous la dir. de B. Vandermeersch et B. Maureille, Éd. du CTHS (« Documents préhistoriques », 23) Paris, 2007, p. 15-31.
  • « De la trace au tracé. Les empreintes humaines préhistoriques », dans L’interprétation des indices..., op. cit., p. 211-225.
  • « Préface » à Reconstituer la vie au Paléolithique supérieur : méthodes et enquêtes en préhistoire, sous la dir. de s. a. de Beaune, Éd. du cnrs, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Cohen, « Histoire des sciences de la Vie et de la Terre », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 158-160.

Référence électronique

Claudine Cohen, « Histoire des sciences de la Vie et de la Terre », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18582

Haut de page

Auteur

Claudine Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals