Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des sciences

Histoire de la psychologie et de la psychopathologie

Jacqueline Carroy
p. 160-161

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacqueline Carroy, directrice d’études

Les savoirs du psychisme entre science et littérature

1Au premier semestre, dans un atelier de lecture de textes plus spécifiquement consacré aux étudiants de master, je me suis proposé d’articuler une histoire des concepts et des pratiques touchant au psychisme. Je me suis demandée comment se sont édifiées, pour reprendre un terme contemporain, des disciplines « psy » qui se sont revendiquées à des titres divers comme scientifiques, et quelles relations complexes elles ont entretenues avec la médecine et la philosophie, et, plus généralement, avec des savoirs antérieurs ou contemporains.

2Au second semestre, je me suis intéressée aux rapports entre littérature et psychopathologie, étudiant des circulations, des emprunts et des points de rencontre entre des savoirs et des récits qualifiés de « psychologiques » aussi bien dans le domaine littéraire que scientifique, à partir de quelques dossiers historiques.

3J’ai mis ainsi en exergue les rapports entre science des rêves et littérature à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Comment les romanciers font-ils rêver leurs personnages sur le modèle des psychologues ? J’ai développé l’exemple de Proust qui me semble être tributaire de la science des rêves du siècle précédent en mettant notamment l’accent sur les rapports entre le rêve et des états analogues tels que la folie ou la prise de drogue. Mais il en subvertit aussi ironiquement les attendus en parlant par exemple de « ce bienfaisant accès d’aliénation mentale qu’est le sommeil » dans Le côté de Guermantes.

4Durant quelques séances, avec Marc Renneville, nous avons poursuivi une recherche sur une affaire criminelle célèbre jugée en 1888, l’affaire Chambige, dans laquelle l’accusé était un jeune littérateur psychologue. Son crime, qui pouvait relever d’une psychologie tout à la fois littéraire et pathologique, inspira des analyses à des romanciers (Maurice Barrès et Anatole France) aussi bien qu’à des savants (Gabriel Tarde et Hippolyte Bernheim). Nous avons étudié les romans, dont Le disciple de Paul Bourget est le plus connu, qui se firent l’écho de cette affaire. Celle-ci avait révélé et aiguisé de multiples manières des conflits mais aussi des connivences et des recouvrements entre science et littérature.

5Plusieurs exposés ont, au cours de l’année, apporté des éclairages sur certains des thèmes abordés au second semestre, ou, plus généralement, sur l’histoire de la psychologie et de la psychiatrie : Hervé Guillemain (Université du Mans) : « Le diable à la Salpêtrière ou le "jeu" du possédé et de l’exorciste. À propos du cas "Achille" de Pierre Janet » ; Clément Fromentin (Centre hospitalier Sainte-Anne) : « L’entretien psychiatrique dans l’entre-deux-guerres : technique – enjeux – écritures » ; Sophie Spandonis (Université Paris-IV) : « La "littérature des assassins" (1880-1895) au carrefour de Lombroso, de Dostoïevski et du fait divers, ou comment la fiction dialogue avec les approches du fait criminel contemporaines » ; Judith Lyon-Caen : « Littérature et criminalité : autour de l’affaire Morisset (1881) ».

Publications

  • « Nocturnal. Antoine Charma et ses rêves », dans Être et se connaître au XIXe siècle. Littérature et sciences humaines, sous la dir. de J. E. Jackson, J. Rigoli, D. Sangsue (EDS), Genève, Metropolis, 2006, p. 85-117.
  • « "Restituons à Platon ce qui appartient à Platon !" Un psychologue de profession en 1864 en France ? », Psychologues et psychologies, 2006, 191, p. 5-7.
  • « Savants rêveurs et rêveurs savants : Freud lecteur de la science française des rêves », Psychiatrie, Sciences humaines, Neurosciences, 2007, 5, 2, p. 97-108.
  • Avec R. Plas, « L’historiographie et l’épistémologie des premiers psychologues de langue française. Autour de l’Avant-propos et de l’Introduction de L’Année psychologique (1894-1895) », dans Pour comprendre le XIXe. Histoire et philosophie des sciences à la fin du siècle, sous la dir. de J.-C. Pont, L. Freland, F. Padovani, L. Slavinskaia, Florence, Leo S. Olschki Editore, 2007, p. 405-422.
  • Avec R. Plas, « Réflexions historiques sur les cultures de la psychologie », 6 décembre 2004, Centre Georges Canguilhem, Université Paris 7-Denis Diderot ; http://centre-http://canguilhem.net/​archives-1/​annee-2004-2005/​quest-ce-que-la-psychologie-aujourdhui-1/contribution-de-jean-francois-braunstein/.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 160-161.

Référence électronique

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18583

Haut de page

Auteur

Jacqueline Carroy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals