Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Textiles et sociétés

Sophie Desrosiers
p. 164-165

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sophie Desrosiers, maître de conférences

Les objets comme source : les textiles. Études de cas

1Le séminaire montrait à la fois une continuité avec les années précédentes lorsque nous avons examiné les modalités de transferts de techniques entre Orient et Occident, et une nouvelle orientation par la mise en perspective de recherches en cours par des collègues de diverses disciplines sur des aires géographiques et à des périodes chronologiques très variées.

2Les différences entre les soieries importées de Chine et celles produites à la fin de l’Antiquité et pendant le haut Moyen Âge au Moyen-Orient permettent de comprendre les mécanismes d’imitation et de création à l’œuvre lorsque le transfert de technique a pour support des artefacts dépourvus de toute information sur les outils et les savoir-faire qui ont permis leur production. Un phénomène similaire d’invention à partir d’une imitation s’est également produit au XIe siècle avec les fameux samits incisés dont les décors monochromes presque invisibles ont été transformés par la mise au point de la technique du lampas. Cette invention s’est très rapidement diffusée vers l’Occident et a joué un rôle fondamental pour les débuts du tissage de la soie en Italie du nord au XIIIe siècle. Ce second développement a fait l’objet d’une intervention au XVIe colloque international d’art roman d’Issoire « La couleur dans les arts précieux à l’époque romane » (octobre 2006).

3Par ailleurs, trois archéologues - Catherine Bréniquet (Université Bordeaux-III), Maxence Bailly (Université de Provence), et Corinne Debaine-Francfort (CNRS-MAE Nanterre) - nous ont montré de quelle façon on pouvait aborder le champ du textile dans des régions où le matériel organique s’est mal conservé (Mésopotamie ancienne et Europe occidentale à la fin du néolithique) ou, au contraire, a été retrouvé en abondance dans un contexte funéraire très riche (momies du désert du Taklamakan, seconde moitié du 1er millénaire av. J.-C, Xinjiang, Chine). Dans le premier cas, de nouvelles lectures de l’iconographie de la glyptique protodynastique ou bien de l’art rupestre et des décors céramiques tendent à souligner l’importance économique et sociale, et très probablement rituelle, de certaines productions textiles. Parallèlement, ces recherches démontrent que la rareté des témoins d’une activité ne présume en rien de la banalité de celle-ci. Dans le second cas, la découverte de momies habillées en très bon état de conservation apporte de nombreux détails sur le vêtement, la qualité des étoffes employées et leurs décors, les différences de genre et de statut social, les rituels funéraires et d’une certaine façon la mode locale.

4Enfin, deux ethnologues – Ingrid Hall (doctorante à Paris-X) et Rosalia Martinez (ethnomusicologue, Paris-X) – ont dévoilé la richesse des matériaux collectés au Pérou et en Bolivie sur l’agriculture et la musique, et les connexions qu’elles ont pu établir entre ces deux domaines et celui de la production textile. Les analogies nombreuses sur lesquelles nous avons déjà insisté par ailleurs entre textiles et sociétés andines ont trouvé ici des extensions, d’une part dans les labours creusant des sillons comme les fils d’un métier à tisser et, d’autre part dans l’esthétique musicale dont les caractéristiques se retrouvent dans l’esthétique textile de deux communautés indigènes géographiquement proches mais ici opposées. Le thème des analogies entre la production textile et d’autres activités dans la zone andine a été repris lors d’une table ronde organisée avec Ingrid Hall et François Sigaut sur « L’exemplarité des techniques américaines » en mai 2007 à la MAE. Cette réunion a donné lieu à des échanges particulièrement intéressants avec des collègues travaillant dans d’autres régions et/ou dans le cadre d’autres disciplines.

Publication

5• Avec I. Bédat, « Vêtements liturgiques et textiles découverts dans six tombes du narthex », dans Saint-Mexme de Chinon Ve-XXe siècle, sous la dir. de E. Lorans, Paris, CTHS, 2006, p. 352-391.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Desrosiers, « Textiles et sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 164-165.

Référence électronique

Sophie Desrosiers, « Textiles et sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18587

Haut de page

Auteur

Sophie Desrosiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals