Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire des techniques

Technologies numériques et société (1968-2007)

Marin Dacos et Pierre Mounier
p. 166-167

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marin Dacos, professeur agrégé
Pierre Mounier, professeur certifié à l’ENS-LSH, Lyon

Technologies numériques et société. Une approche par les communautés

1Ce séminaire a interrogé les interactions entre technologies numériques et société, depuis la théorie de la commutation de paquets jusqu’à nos jours, sans exclure, ponctuellement, une dimension prospective. Le séminaire a alterné histoire des pratiques et approche pratique des usages. Le développement numérique des sociétés contemporaines recompose le rapport des individus aux groupes, au temps et à l’écrit. Émergent en particulier des modalités d’échange, de collaboration et de création inédites. À travers les notions de « communautés en ligne », « communautés virtuelles », « logiciels communautaires », les communautés semblent avoir pris une importance considérable comme figure du collectif dans les environnements numériques. Les deux premières séances ont été l’occasion de réflexions initiales théoriques, notamment à travers l’intervention de Serge Proulx, sociologue spécialiste des médias, de la communication et des usages des technologies, professeur à l’École des médias de l’UQAM. Il est venu présenter ses recherches sur « L’action des groupes associatifs à l’ère du numérique » et son ouvrage Communautés virtuelles. Penser et agir en réseau, qu’il a codirigé avec Louise Poissant et Michel Sénécal.

2Gwendal Simon, maître de conférences à l’ENST-Bretagne, a entamé les études de cas en présentant l’histoire de Gnutella. Gnutella fut le précurseur des systèmes d’échanges de fichiers qui, depuis 2000, ont bouleversé l’industrie musicale. Au-delà des débats passionnels qui entourent ces logiciels, les processus d’innovation spontanés et ouverts qui ont permis le développement de Gnutella sont remarquables et révèlent la puissance de communautés en réseau. Gérard Loiseau, ingénieur de recherches au CNRS, a proposé une autre étude de cas en abordant une figure spécifique de l’utilisation d’Internet dans les municipalités. Il s’agissait de proposer une réflexion commune sur la présence embryonnaire d’un espace public inédit dans les collectivités locales. Cet espace d’échanges politiques provient de la combinaison de paroles enchevêtrées énoncées par des communautés associatives au sein même du dispositif numérique régi par la municipalité. Françoise Massit-Folléa, enseignante chercheure en sciences de l’information et de la communication à l’ENS-LSH, a présenté ses recherches sur le Sommet mondial sur la société de l’information dans une communication ayant pour titre « Le caucus civil society-internet governance au SMSI, des acteurs politiques entre le virtuel et le réel ». Elle a été pendant trois ans conseiller au département « Nouvelles technologies pour la société » du ministère délégué à l’Enseignement supérieur et à la Recherche. Observatrice attentive des stratégies mises en œuvre au cours du Sommet mondial de la société de l’information elle a apporté un éclairage sur la manière dont les acteurs de la société civile s’insèrent dans le jeu institutionnel de la gouvernance de l’Internet. La conclusion a été apportée par Olivier Trédan, doctorant (Université de Rennes-I) dont la thèse porte sur l’émergence de nouvelles pratiques éditoriales autour de l’usage des blogs, et Florence Le Cam, maître de conférences (Université de Rennes-I), qui vient de coordonner les numéros de la revue Réseaux consacrés à l’autopublication et aux blogs (n° 137-138, vol. 24). Leur perspective historique a permis de proposer une lecture diachronique des blogs, dont une périodisation en trois temps a été proposée 1) le temps des pionniers et l’hétérogénéité des pratiques ; 2) du groupe des pairs à l’émergence d’une « culture » ; 3) des univers de sens, révélateurs de nouvelles pratiques sociales ?

3À l’issue de ce séminaire, il est apparu important de prolonger les réflexions dans deux directions complémentaires. La première, d’ordre pédagogique, consiste à prendre en compte la relative faiblesse du vocabulaire et des pratiques du numérique auprès des étudiants, même lorsqu’ils sont avancés et étudient le numérique. Cela devrait passer par des ateliers plus concrets, permettant de ne pas disposer d’une appréhension des usages du numérique plus précise, moins abstraite et plus rigoureuse. La seconde, d’ordre scientifique, consiste à considérer l’approche historique comme excessivement précieuse et comme susceptible de prendre un recul indispensable, pour des objets « immédiats » et en reconfiguration permanente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marin Dacos et Pierre Mounier, « Technologies numériques et société (1968-2007) », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 166-167.

Référence électronique

Marin Dacos et Pierre Mounier, « Technologies numériques et société (1968-2007) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18588

Haut de page

Auteurs

Marin Dacos

Articles du même auteur

Pierre Mounier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals