Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo
p. 169-170

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

1La plus grande partie du séminaire a été consacrée aux processus de patrimonialisation des figures historiques dans l’Afrique du Sud de l’après-apartheid, dans une perspective d’histoire sociale et culturelle, qui intègre également les stratégies des partis politiques, les modes de gouvernement et les débats intellectuels et politiques sur le contenu du passé « national », sur sa signification et sur ses diverses utilisations. Nous nous sommes appuyés sur la figure de Pixley kalsaka Seme (1861-1951), unanimement reconnu comme celui qui a conçu l’idée de créer un « South African native congress », devenu par la suite l’« African national congress » (ANC), et comme celui qui a pris l’initiative d’en convoquer l’assemblée constitutive en 1912. Le personnage de Seme présente un intérêt multiple dans la mesure où sa formation intellectuelle et son itinéraire politique lui confèrent au moins trois enracinements, où se trouvent mêlés les ingrédients (la souffrance due à l’oppression, la gloire puisée dans le combat contre l’oppression), participant à la fabrication des héros dans l’Afrique contemporaine : d’abord, un enracinement dans cette Afrique australe de la fin du XIXe siècle, tressaillant encore des bouleversements suscités trois générations plus tôt par l’émergence de l’État zulu, bouleversée déjà par les premiers pas du capitalisme minier et retournée en tous sens par le travail désordonné des missions chrétiennes rivales ; ensuite, le long séjour à l’étranger, jalonné de brillantes performances universitaires, aux États-Unis (1898-1906) et en Grande-Bretagne (1906-1910), qui l’inscrit en très bonne place dans les réseaux naissants du panafricanisme, dont il est devenu l’un des héros au moment des indépendances africaines sous l’impulsion du Ghanéen Kwame Nkrumah, qui avait découvert ce personnage politique dans les États-Unis des années 1930, le même panafricanisme qui redécouvre, à la fin du XXe siècle, sa problématique de « renaissance africaine », remise à la mode par le Sud-Africain Thabo Mbeki ; enfin, un dernier (ré)enracinement en Afrique du Sud où, après avoir réussi dans son projet de rassembler les « élites » africaines dans un grand parti, il est devenu le président plus que contesté de l’ANC (1930-1937). Nous nous sommes également attachés à examiner les enjeux de mémoire et les conflits mémoriels en Afrique du Sud où, depuis plusieurs décennies, bien avant l’effondrement politique de l’apartheid à la fin des années 1980, s’affrontent au moins trois « formations mémorielles » – la boer/afrikaner, la britannique, l’« africaine » – traversées, chacune, par des clivages et des antagonismes parfois violents, comme veut le suggérer le concept de « formation mémorielle » préféré à celui de « mémoire ». Nous avons aussi examiné comment, en procédant à l’institutionnalisation de héros issus de ses propres rangs, l’ANC, au pouvoir depuis 1991, n’en a pas pour autant apaisé les conflits mémoriels, aussi bien au sein du parti devenu dominant qu’à l’échelle de la « nation arc-en-ciel », métaphore heureuse qui suggère autant les proximités et les différences que la douceur de l’harmonie et la netteté des dissemblances.

2Outre les séances animées par les doctorants (Giulia Bonacci, Valérie Razzanti), le séminaire a entendu et discuté les interventions d’enseignants invités : Donatien Dibwe dia Mwembu (Université de Lubumbashi) sur les enjeux de mémoire au Katanga (République démocratique du Congo) ; Rivoelisoa Ratsiorimihamina (Université d’Antsiranana) sur l’analyse de mythes relatifs à l’histoire de Madagascar, en s’appuyant sur la réception de l’histoire du « Libertalia » (1728-2003) racontée par Daniel Defoe ; Didier Galibert (Université de La Réunion) sur la formation de l’identité nationale à Madagascar en relation avec le processus de décolonisation (1947-1960) et avec les péripéties d’une histoire politique heurtée (1960-2006) ; Johan Lagae (Université de Gand), sur l’architecture coloniale et la gestion du patrimoine colonial urbain dans les villes de l’Afrique centrale.

Publications

  • Africa Negra. Historia e Civilizaçoes. Do século XIX aos nossos dias, t. II, Lisbonne, Ediçoes Colibri, 2007, 626 p.
  • Le mouvement panafricaniste au vingtième siècle. Recueil de textes, Paris, Organisation internationale de la francophonie, 2007, 644 p. (ouvrage collectif).
  • « Brazzaville (capitale et mythe de) » et « Brazzaville (conférence de) », dans Dictionnaire de Gaulle, sous la dir. de C. Andrieu, P. Braud et G. Piketty, Paris, Robert Laffont (« Bouquins »), 2006, p. 147-150.
  • « Afrique préchrétienne », « Afrique : mythologies comparées », « Colonisation : Afrique », dans Dictionnaire mondial des images, sous la dir. de L. Gervereau, Paris, Éd. Nouveau Monde, 2006, p. 31-33, p. 33-35, p. 235-238.
  • « Le patrimoine urbain, un outil de développement pour l’Afrique », dans Villes africaines et patrimoine (Sommet « Africités III », Yaouné, Cameroun, 2-6 décembre 2003), Paris, Unesco, 2006, p. 8-13.
  • Postface « Un XXIe siècle "africain" ? », dans Les 100 clés de l’Afrique, P. Leymarie et T. Perret, Paris, Hachette Littératures/RFI, 2006, p. 501-504.
  • « Préface » à L’Université dans le devenir de l’Afrique. Un demi-siècle de présence au Congo-Zaïre, sous la dir. de I. Ndaywel è Nziem, Paris-Bruxelles, L’Harmattan-CUD, 2007, p. 9-16.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 169-170.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18592

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals