Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne

Christian Lamouroux
p. 192-194

Texte intégral

Christian Lamouroux, directeur d’études

Bureaucrates, artisans et marchands : le travail non agricole dans la Chine médiévale

1Le séminaire a poursuivi l’enquête menée sur l’expérience commune d’extériorité au travail agricole que partageaient les bureaucrates, les marchands et les artisans sous les Song. Nous sommes repartis de la multiplication, dans les années 1070, des contributions fiscales en monnaie. Celles-ci ont tendu à détacher le statut de corvéable du service effectué, et à professionnaliser certains services. Dans ce nouveau contexte, le gouvernement était naturellement conduit à encadrer les activités de tous ses agents – employés, gérants ou artisans des ateliers publics –, en suivant des procédures fonctionnelles et techniques analogues : tenue de livres, signature des pièces, évaluation de la conformité aux modèles et contrôle des performances, système de notation et de promotion annuelle.

2Parallèlement à l’attention portée à l’encadrement administratif, plusieurs séances ont été consacrées à l’idéologie de l’intégration sociale, qui permettait à travers le discours sur les « Quatre peuples » – officiers, paysans, artisans et marchands – de souligner la complémentarité des intelligences et des compétences. Pour un auteur comme Chen Shunyu (1026-1076), les compétences à travers lesquelles se révèle l’intelligence dépendent de la maîtrise de savoirs techniques et de savoir-faire qui s’acquièrent dans un milieu professionnel ou social donné. Pourtant, la faiblesse de sa rhétorique moralisante, qui entend régler l’activité artisanale par une consommation frugale et vertueuse, révèle le désarroi de l’auteur face à l’impact économique de la consommation urbaine sur tout artisan. Or, c’est bien grâce à l’existence de cette consommation urbaine que Fan Zhongyan (989-1052) a pu concevoir de stimuler le travail productif pour redistribuer les richesses destinées à secourir la population. Depuis les travaux de Hu Jichuang, et plus récemment de Ye Tan ou de Lin Wenxun, nous savons qu’il faut replacer cette approche de la redistribution des richesses dans un débat plus large sur l’intelligence et les compétences des classes riches de la société. Nous avons rappelé les principaux arguments en faveur de l’hégémonie de cette catégorie sociale : les intérêts fiscaux de l’État bien sûr, mais surtout l’engagement éthique des élites à assister l’État dans ses obligations à l’échelle locale, ainsi que leur intelligence à déceler des ressources dans le travail et les compétences d’autrui.

3Afin d’aborder plus concrètement ce lien entre travail et compétences, entre activité morale et bénéfices économiques, nous avons choisi un exemple de travail spécialisé associant directement lettrés, artisans et marchands : l’industrie du livre et les métiers de l’impression. L’argumentation présente dans des correspondances d’auteurs ou dans les premiers cartouches imprimés, censés garantir le droit des éditeurs, révèle un double enjeu : intellectuel, lorsque sont formulées les craintes de plagiat ou de mauvaise édition, et économique, lorsqu’est mise en avant la protection de droits, grâce à laquelle est garantie une juste rémunération. La définition des malversations qui portent atteinte autant à l’activité intellectuelle qu’aux intérêts des auteurs et des maisons d’édition fait ainsi intervenir la notion de travail, dans le double sens de création intellectuelle et de production de l’objet. Grâce à la lecture d’une longue préface, on a pu repérer certaines des conditions dans lesquelles les lettrés ont été amenés à prendre conscience qu’ils appartenaient à un milieu professionnel. C’est en particulier dans le cadre des académies (shuyuan) que ce milieu a construit des règles propres à encadrer les multiples activités lettrées : assurer la collecte des manuscrits et leur édition, rechercher des moyens financiers et publier des ouvrages de qualité, mais également réformer le travail pédagogique en normalisant la lecture, la compilation et la rédaction des textes, une préoccupation essentielle pour un des maîtres les plus engagés dans le mouvement des académies, Zhu Xi (1130-1200). Constitutive de l’action, cette codification des pratiques intellectuelles n’est pourtant qu’un des versants de la professionnalisation des lettrés. Certains d’entre eux s’organisaient également pour répondre à une demande croissante d’oeuvres de pensée qui s’intégraient plus aux échanges marchands qu’elles ne répondaient à une démarche intellectuelle. Deux aspects ont retenu notre attention : la rétribution même d’une activité liée à la poésie chantée ou à la peinture et la calligraphie ; les phénomènes de consommation culturelle d’un public, dont la demande était suffisamment diversifiée pour permettre aux lettrés qui menaient ces activités d’en vivre. Les mises en garde des classicistes semblent dès lors inséparables de la professionnalisation des lettrés.

4Deux exposés ont été assurés dans le cadre des séminaires collectifs AMO 01 et AMO 02 : « Précédents et idéologie de l’histoire dans la Chine prémoderne » et « Un modèle spatial du territoire national : les macrorégions de G.W. Skinner ».

Publications

  • « Militaires et bureaucrates aux confins du Gansu-Qinghai à la fin du XIe siècle », Extrême-Orient, Extrême-Occident, 28, 2006, p. 95-125.
  • « Histoire » et « Précédents historiques », dans Dictionnaire de la Chine contemporaine, sous la dir. de T. Sanjuan, Paris, Armand Colin, 2006, p. 124 et 199.
  • « Sōdai kyūtei no fūkei - Rekishi chosaku to seiji kūkan no sōshutsu (1022-1040 ») [The Song court landscape: Historical writing and the making of the political space (1022-1040)), Tōhōgaku, 113, 2007, p. 119-144.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 192-194.

Référence électronique

Christian Lamouroux, « Territoire et savoirs en Chine : la formation de l’État prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18615

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals