Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Ruralités contemporaines

Joseph Goy, Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Bernadette Lizet, Martyne Perrot, Martin de La Soudière et Pierre Alphandéry
p. 204-205

Texte intégral

Joseph Goy, directeur d’études
Rolande Bonnain-Dulon et Jacques Cloarec, maîtres de conférences
Bernadette Lizet, directrice de recherche au CNRS
Martyne Perrot et Martin de La Soudière, chargés de recherche au CNRS
Pierre Alphandéry, chargé de recherche à l’INRA

1La première séance du séminaire a été centrée sur la notion de filière pour des productions nouvelles et conduite par deux ethnologues, A. M. Brisebarre et P. Pellegrini. Ne trouvant pas leur place dans les circuits de commercialisation classique, des éleveurs d’autruches ont construit intégralement leur filière. Côté bisons, on ne peut pas parler d’organisation en filière : il s’agit d’un élevage extensif resté marginal, du fait d’un coût trop élevé au regard des conditions de production sur le continent américain. Le trait commun entre les deux systèmes est l’importance des produits dérivés (accueil de classes et de touristes).

2Revisitant, 27 ans après une première recherche, la même commune de Bourgogne, Pascal Dibie a montré comment la culture rurale est désormais éclatée et traversée - à sa façon néanmoins - par les mêmes tendances, modes et valeurs que le reste de la société. Observateur participant (il est originaire de cette commune), il nous fait cette démonstration en une succession de tableaux ethnographiques, de l’église au bistrot, de la mairie aux étables, etc.

3La séance du 15 février 2007 a été consacrée à la question des crises hydrauliques et à la perception du risque en Méditerranée. Alia Gana et Jean-Paul Billaud, sociologues au laboratoire LADYSS, ont présenté les résultats d’une recherche comparative internationale menée en France, en Espagne, en Tunisie et au Maroc et portant sur la gestion conflictuelle de la ressource en eau dans le cadre de programmes d’irrigation. Ont été envisagés successivement la vulnérabilité technique, la dépendance réciproque et l’angle du bien commun.

4Peut-on utiliser certains modèles alimentaires et leur diffusion hors de leur culture d’origine comme des analyseurs d’une « transculturalité » ? C’est la thèse qu’a présentée Sylvie Sanchez, anthropologue, sur l’exemple de la pizza, dont la recette est réinventée dans chaque pays du monde qu’elle conquiert. Teresa Subtil, doctorante, étudie comment les migrants portugais de l’Alentejo du Nord, ont rapporté au village l’usage quotidien du beurre de table, inconnu auparavant. Elle compare ce nouvel usage alimentaire à ceux qui se perpétuent dans un village français en Bretagne.

5Les produits du terroir nous renvoient aux relations entre mondialisation et territoire. Ce dernier est-il nié ou renforcé lors de ce processus ? Il devient en tous les cas une marchandise que l’on vend par la consommation sur place ou à distance. Peut-on parler de déterritorialisation ou de reterritorialisation du monde, en parallèle avec la perte de souveraineté de l’État-nation sur son territoire ? Le succès des appellations d’origine contrôlée montre bien la revendication d’appartenance face à la diffusion d’une conception du monde. Dans cette concurrence, sont favorisés les pays bien situés dans les axes et réseaux de circulation. Les exemples de la France avec Jean Pilleboue, géographe et du Niger avec Anne Luxereau, ethnologue appuient cette démonstration.

6Sur le thème du « potager entre ville et campagne », Ronan Hervouet a montré le rôle compensatoire du jardin de datcha pour les gens qui habitent et travaillent à Minsk dans des conditions difficiles, et Alessandra Celesia, réalisatrice, a présenté son film Orti (pluriel de orto, potager en italien) tourné dans le Val d’Aoste. On y voit des ouvriers retraités, venus de Sicile, des Pouilles ou de la campagne napolitaine pour travailler dans les mines et les aciéries, parler tout en jardinant de leur terre natale et de leur expérience du déracinement. Les datchas de Biélorussie ont en commun avec les jardins collectifs du Val d’Aoste d’être des lotissements de lopins de terre gratuitement distribués aux citadins pour leur permettre de cultiver un potager. Dans les deux cas, on cultive des légumes, mais cette culture a bien d’autres raisons que des motifs purement utilitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Goy, Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Bernadette Lizet, Martyne Perrot, Martin de La Soudière et Pierre Alphandéry, « Ruralités contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 204-205.

Référence électronique

Joseph Goy, Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Bernadette Lizet, Martyne Perrot, Martin de La Soudière et Pierre Alphandéry, « Ruralités contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18626

Haut de page

Auteurs

Joseph Goy

Articles du même auteur

Rolande Bonnain-Dulon

Articles du même auteur

Jacques Cloarec

Articles du même auteur

Bernadette Lizet

Articles du même auteur

Martyne Perrot

Articles du même auteur

Martin de La Soudière

Articles du même auteur

Pierre Alphandéry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals