Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des sociétés urbaines, histoire des territoires germaniques au Moyen Âge

Pierre Monnet
p. 215-217

Texte intégral

Pierre Monnet, directeur d’études

Villes, territoires et Empire à partir de la Bulle d’Or de 1356

1Pour continuer à approfondir l’enquête consistant à caractériser l’organisation des sociétés urbaines dans le Saint-Empire au Moyen Âge, en lien avec l’évolution territoriale et politique des composantes royales et princières de l’ensemble, les premières séances du séminaire ont rassemblé les matériaux et hypothèses du semestre précédent consacré à la naissance et à l’évolution des ligues urbaines, particulièrement au XIVe siècle, c’est-à-dire jusqu’à leur défaite politique et militaire des années 1380. Au-delà de l’échec de ces organisations à faire émerger un « état » urbain digne de devenir un partenaire, voire un allié de la monarchie en Allemagne, c’est l’inventivité des formes territoriales et du discours politique et idéologique de cette expérience urbaine qui a retenu l’attention. L’idée de réseaux urbains liés par la communication et l’échange s’est installée dans les esprits, et l’épisode a été placé dans une comparaison avec des expériences concomitantes dans l’Occident de l’époque : dans les Pays-Bas bourguignons avec la communication de Marc Boone (Université de Gand), en Bourgogne avec l’exposé d’Élodie Lecuppre-Desjardin (Université de Lille), mais aussi dans le contexte français à l’image des relations entre Toulouse et Paris (Xavier Nadrigny, Paris). Deux autres comparaisons devaient être établies avec le cas espagnol (Hippolito Rafael Oliva Herrer, Université de Séville) et avec l’organisation hanséatique (Simonne Abraham-Thisse, CNRS) mais seront présentées lors du premier semestre de l’année 2007-2008. L’analyse des solidarités et des identités des groupes dirigeants placés aux commandes des ensembles urbains a été parallèlement poursuivie, le cas allemand étant confronté à celui des villes italiennes présenté par Christiane Klapisch-Zuber, à celui des villes françaises (Toulouse avec Véronique Lamazou-Duplan, Université de Pau) et suisses (Mathieu Caesar, Université de Genève). En dehors des solidarités de voisinage et de parenté dont les faisceaux se projettent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la ville, donnant ainsi une consistance plus épaisse aux réseaux de villes, on est plusieurs fois retombé sur le rôle joué par l’historiographie urbaine dans ce processus, le cas de Metz, en pays d’entre-deux, fournissant un observatoire de transition propre à la comparaison franco-allemande (avec l’exposé de Damien Kempf, Göttingen).

2Parallèlement à cette observation d’histoire urbaine sur les chaînons politiques et sociaux de la domination en ville et autour de la ville, l’autre point fort du séminaire a résidé dans la lecture approfondie de la Bulle d’Or de 1356. Il s’est d’abord agi de traduire en français ce texte fondamental pour l’histoire allemande (puisqu’il règle l’élection du roi des Romains jusqu’à la disparition de l’Empire en 1806) et plus généralement pour l’histoire politique européenne comme l’indique assez la rédaction du Proemium et du préambule du texte. Les principaux aspects du document ont ensuite été commentés du point de vue des rituels, de l’organisation politique et territoriale, de l’articulation entre roi, princes, clergé et villes (conduit, vote majoritaire, prérogatives des électeurs et des principautés électorales, procession, droits régaliens...). Les acquis et performances du texte ont été détaillés : ni absence d’élection ni double élection, le jeu ouvert entre les dynasties, la combinaison de l’hérédité et du principe électif majoritaire, l’absence de lien entre bulle et réforme de l’Empire... Au-delà, la mémoire et le pouvoir légitimant du texte ont été observés à l’exemple du manuscrit (Codex Vindobonensis 338, Vienne) enluminé de quarante-six miniatures fabriquées en 1400 sur la commande de Wenceslas, le fils de Charles IV, déposé par une partie des électeurs ; mais aussi à travers les enjeux de conservation des différentes copies du texte, dont celle de Francfort parvient à s’imposer comme l’exemplaire de référence, faisant même l’objet d’une sorte de culte ou de visite obligée au temps du voyage des Lumières. L’étude sera poursuivie dans la suite du séminaire en direction du commentaire et du repérage des diverses couches interprétatives du texte du Moyen Âge à nos jours (lecture impériale, royale, dynastique, réformatrice, confessionnelle, constitutionnelle, éclairée, tyrannique, romantique, libérale, conservatrice, fédérale, nationaliste, européenne...), comme un fil directeur d’une mémoire allemande de longue durée.

Publications

  • Avec N. Fryde, O. G. Oexle, L. Zygner, dir., Die Deutung der mittelalterlichen Gesellschaft in der Moderne, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht (Veröffentlichungen des MPIG, 217), 2006, 316 p.
  • Avec F. Felten, A. Saint-Denis, dir., Empire, idée d’Empire et royauté au Moyen Âge : un regard franco-allemand sur l’œuvre de Robert Folz, Mayence, Philipp von Zabern, 2007, 152 p.
  • « Villes, ligues, princes et royauté : négociations et négociateurs dans l’Empire tardo-médiéval », dans Négocier au Moyen Âge, sous la dir. de J.-M. Moeglin et S. Péquignot, Barcelone, Consejo superior de investigaciones cientificas, 2006, p. 215-239.
  • « Eine Reichs-’Haupt’stadt ohne Hof im Spätmittelalter. Das Beispiel der Stadt Frankfurt », dans Der Hof und die Stadt. Konfrontation, Koexistenz und Integration in Spätmittelalter und Frùher Neuzeit, sous la dir. de W. Paravicini, J. Wettlaufer, Ostfildern, Thorbecke, 2006, p. 111-128.
  • « Un manuel d’histoire franco-allemand », dans Revue historique, CCCVIII/2, 2006, p. 409-422.
  • Avec P. Boucheron et D. Menjot, « Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin des capitales. Rapport introductif », dans Les capitales au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 1-43.
  • « Circonscrire l’identité. En guise de conclusion », dans Hypothèses, 2006, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 227-242.
  • « Les élites urbaines et leur espace dans les villes d’Allemagne à la fin du Moyen Âge », dans Mercado immobiliario y paisajes urbanos en el Occidente Europeo (siglos XI-XV). XXXIII Semana de Estudios Medievales de Estella, Pamplona, 2007, p. 301-346.
  • « La Mission Historique Française en Allemagne de Göttingen », dans Deutsch-Französische Kultur- und Wissenschaftsbeziehungen im 20. Jahrhundert, sous la dir. de U. Pfeil, Munich, Oldenbourg, 2007, p. 339-365.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines, histoire des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 215-217.

Référence électronique

Pierre Monnet, « Histoire des sociétés urbaines, histoire des territoires germaniques au Moyen Âge », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18633

Haut de page

Auteur

Pierre Monnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals