Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire comparée de la gestion sociale, Angleterre-France, XXe siècle

Laura Lee Downs
p. 217-219

Texte intégral

Laura Lee Downs, directrice d’études

Enfance et guerre au XXe siècle

1Cette année, nous avons poursuivi l’enquête sur l’impact des guerres sur les enfants, en mettant l’accent sur les nouvelles politiques sociales et éducatives conçues dans l’optique d’une mobilisation sociale totale. À travers l’enfant, denrée précieuse qui se raréfie et se trouve fragilisée suite à la destruction des classes d’âge entières aux tranchées, nous avons pu constater qu’il n’y avait pas de véritable démobilisation sociale en Europe ni à partir de 1919, ni à partir de 1944-1945, au moins en ce qui concerne l’enfance. Bien au contraire ; hantées par le spectre de leur propre disparition, les diverses sociétés européennes mettaient sur pieds une série de nouvelles structures d’encadrement psychopédagogique et d’assistance sociale, construites à partir d’une nouvelle vision de l’enfant victime de la guerre, endommagé autant sur le plan psychique que sur le plan physique.

2Cette année, nous nous sommes intéressés plus particulièrement aux initiatives locales, lancées dans le cadre associatif ou municipal, cadre mi-public/mi-privé qui servait de vivier d’expériences dans le domaine de la prise en charge de l’enfance nécessiteuse/endommagée/délinquante au sortir des guerres dites « totales » du XXe siècle. Dans un premier temps, nous avons prêté une attention particulière aux initiatives prises par un groupe de catholiques sociaux de droite en France, organisé sous le sceau du mouvement Croix de feu autour des années 1934-1935. En organisant en « zone rouge » parisienne des centres sociaux et des colonies de vacances, ces militantes d’action sociale (il s’agissait d’une œuvre organisée essentiellement par des femmes) rentraient en concurrence directe avec d’autres organismes locaux déjà actifs sur le terrain : les municipalités socialistes et communistes, bien sûr, mais aussi les œuvres paroissiales, le mouvement scout et les Jocistes. La comparaison en détail des pratiques sociales des Croix de feu avec celles des municipalités socialistes à l’époque nous a permis en plus d’examiner de près les pratiques diverses qui se construisirent autour de l’enfant comme cible privilégiée des politiques sociales informées par des principes eugénistes.

3Plusieurs intervenants ont apporté les fruits de leurs recherches au séminaire cette année. Comment comprendre les diverses significations sociales et culturelles de l’enfant, être qui, dans sa filiation, fait le pont entre le passé, le présent et l’avenir d’une société donnée ? April Brayfield (Université Tulane) et Dror Wahrman (Université Indiana) ont essayé de répondre à cette question, la première dans une présentation de ses recherches en cours sur la prise en charge collective de l’enfance populaire en Hongrie contemporaine, le second en traitant la question du rôle de nouvelles conceptions de l’enfance dans la confection d’une nouvelle vision du soi en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle. Puis la question de l’identité sexuelle des enfants fut abordée par Lionel Le Corré (Paris-VII) dans un exposé sur l’enfance des homosexuels et l’enfant d’homosexuels, et ensuite par André Burguière dans une intervention sur la construction de la masculinité en milieu populaire au XVIIIe siècle.

4Or, la question de l’éducation civique et sociale a également trouvé sa place cette année, sujet notamment des interventions de Rebecca Rogers (Paris-V) sur le long chemin frayé par la question de la mixité à l’école (républicaine et privée) en France, de Caroline Boyd (Université de Californie, Irvine) sur les manuels scolaires en histoire pendant la guerre civile en Espagne, et de Catherine Rollet (Paris-I) sur l’éducation sexuelle des filles pendant l’entre-deux-guerres. Mais nous n’avons pas négligé le problème de la délinquance juvénile, traité par Gabrielle Houbre (Paris-VII) dans un exposé sur la prostitution sous le Second Empire, par Garthine Walker (Université de Cardiff), qui nous a présenté ses recherches comparatives sur l’infanticide en Angleterre et en Pays de Galles au XVIIe siècle, et par Dominique Messineo (Paris-X) dans une intervention sur la construction du sujet de mineurs délinquants au XIXe siècle. Enfin, nous avons discuté aussi de la question du travail des mères, question qui fut étroitement liée à la prise en charge des enfants, autour d’une intervention de Céline Schoeni et Nora Natchokva (toutes les deux de l’Université de Lausanne) sur les diverses campagnes contre le travail des mères en Europe, dans les années 1930.

5L’année prochaine, le travail du séminaire se déroulera autour de deux axes principaux : d’abord, nous approfondirons l’enquête sur l’eugénisme français dit « positif » à travers l’étude comparée des diverses pratiques sociohygiéniques adoptées par les militant(e)s d’action sociale autour de l’enfance en milieu socialiste ou communiste, catholique, laïque, etc. Dans un second temps, nous élargirons la focale vers un certain nombre de comparaisons nationales de politiques sociales de l’enfance populaire, notamment la comparaison franco-britannique, afin de mieux préciser la place de telles politiques dans la configuration sociopolitique plus large. Ainsi, nous aborderons une comparaison des relations entre l’État et la société civile en Grande-Bretagne libérale et en France républicaine, relations qui sont structurés par des soubassements sociaux, politiques, économiques et culturels profonds saisissable à travers l’évolution st leur politiques de l’enfance.

Publications

  • Avec S. Gerson, dir., Pourquoi la France ? Des historiens américains racontent leur passion pour l’Hexagone (trad de l’anglais par S. Taussig), Paris, Le Seuil, 2007, 384p.
  • « Justice et développement humain », entretien avec Martha Nussbaun, Travail, genre et sociétés, avril 2007, p. 5-20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, « Histoire comparée de la gestion sociale, Angleterre-France, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 217-219.

Référence électronique

Laura Lee Downs, « Histoire comparée de la gestion sociale, Angleterre-France, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18634

Haut de page

Auteur

Laura Lee Downs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals