Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire économique

Gilles Postel-Vinay
p. 225-227

Texte intégral

Gilles Postel-Vinay, directeur d’études

Espace, discipline et relations de travail (avec Mathieu Arnoux, Alain Dewerpe, Jean-Yves Grenier, directeurs d’études, et Jérôme Bourdieu, chargé de recherche à l’INRA)

1Le séminaire sur la discipline a porté cette année sur la relation complexe entre les modalités de la discipline et la dimension spatiale des activités économiques. Comme chaque année, nous avons alterné les études de terrain, la réflexion autour de dossiers plus larges et la relecture de textes classiques.

2Après une réflexion introductive sur le lien entre pouvoir, politique et espace – en particulier le rôle disciplinaire de l’espace dans la pensée de Michel Foucault –, la variation progressive de la focale a organisé la série des séminaires.

3Un premier thème est l’organisation de l’espace de l’atelier, c’est-à-dire les formes concrètes de l’organisation du travail et du rapport de l’ouvrier à la machine. Après une discussion d’un texte de Taylor tiré des Principes du management scientifique (1911), la réflexion a concerné deux espaces très différents : la bottega fiorentina et les usines de construction d’avion durant la Seconde Guerre mondiale.

4La cellule artisanale et la dispersion des ateliers sont souvent considérées comme typiques de l’Industrie médiévale. La présentation de documents liés à la draperie florentine (mais aussi à l’exploitation de mines dans la France médiévale) permet cependant de présenter des cas de regroupement des activités productives où le travail commun, réglé par des normes générales, en particulier sur le temps de travail, va de pair avec la diversité des conditions sociales et des statuts salariaux.

5La production de masse possède, quant à elle, des modalités spatiales variées. Loin d’être uniquement homogénéisante et simplificatrice, elle porte des effets très différenciés, tenant aux caractéristiques du produit, aux formes du marché et à la structure des firmes, tout autant qu’aux conjonctures macroéconomiques dans lesquelles elle s’inscrit. Ce sont ces logiques complexes qu’éclaire un exemple révélateur : la production en masse d’avions de guerre aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, et en particulier du bombardier lourd Consolidated B-24 Liberator, considéré comme l’appareil le plus construit de son époque. Il n’impliqua pas seulement la transformation de la géographie productive de l’aéronautique américaine, il s’inscrivit dans des usines et des ateliers nouveaux, dont le design et le lay-out répondaient à une conception elle aussi nouvelle pour le produit complexe qu’est l’avion, et toute dédiée au passage de la petite série à la production de masse par transfert vers l’aéronautique du modèle fordien conçu pour l’automobile. On a ainsi particulièrement mis l’accent sur les transformations spatiales de l’usine Ford de Willow Run, avec sa ligne centrale de montage, la recherche systématique de l’interchangeabilité, les difficultés de sa mise en route, et ses éclatants succès.

6La réduction d’échelle a conduit à s’intéresser à la question des grands chantiers, comme la construction des chemins de fer en Afrique coloniale ou du métro de Moscou, mais aussi celle des cathédrales ou des châteaux du Moyen Âge. Les cas des châteaux gallois du roi Édouard Ier (vers 1290) et du dôme de Milan (après 1387) permettent ainsi d’éclairer les modes d’organisation de chantiers complexes par le nombre et la diversité de leurs ouvriers et par leurs situations. Dans le cas gallois, l’action de réseaux régionaux acheminant des travailleurs venus de toute l’Angleterre vers des chantiers éloignés et fort isolés, joua un rôle Important dans l’avancement du travail. Sur le chantier milanais, c’est une organisation hiérarchisée, dont les spécialistes de la cité lombarde formaient la partie la plus stable, qui assura la continuité du chantier, malgré les défaillances sporadiques de la maîtrise d’ouvrage.

7Poursuivant le changement de focale, nous nous sommes d’abord intéressés à la notion de district Industriel (texte de Marshall, réflexion autour de la proto-industrialisation, étude de cas : le marché de maroquinerie de Baigou, en Chine), puis aux migrations Internationales de main-d’œuvre.

8La question du contrôle de l’immigration et des flux migratoires en général est un aspect très important de la discipline spatiale du travail. Elle est très complexe parce qu’elle implique le marché du travail interne, qui peut être transformé par l’arrivée de flux de migrants, mais aussi parce qu’elle possède une dimension politique, soulevant des questions aussi fondamentales que celles de l’appartenance nationale et des conditions d’acquisition de la nationalité, et donc de l’identité nationale.

9Deux livres importants ont stimulé la réflexion du séminaire. Le premier est celui de Michael Piore, Birds of Passage. Migrants Laboron Industrial Âge (CUP, 1979) qui met en évidence trois aspects essentiels : une forte segmentation du travail entre les emplois que les nationaux refusent et ceux qu’ils acceptent ; le comportement de target earners des migrants, ce qui n’incite pas les employeurs à augmenter les salaires ; l’Importance des marchés ethniques du travail. Le second livre est celui d’Aristide Zolberg, A Nation by Design. Immigration Policy in the Fashioning of America (Harvard University Press, 2006), qui analyse la relation entretenue par la société et les pouvoirs publics américains avec les immigrants. L’intérêt de cet ouvrage est de montrer que loin d’être le produit d’un mécanisme simple et univoque de vases communicants, les mouvements migrations engagent de multiples logiques sociales, parfois apparemment éloignées mais qui ont en commun d’être à des degrés divers régulées par l’État. Cette régulation prend parfois des formes très inattendues, quand, par exemple, une surface minimale par passager est imposée aux bateaux effectuant la liaison transatlantique ce qui a pour effet de limiter le nombre de migrants et de sélectionner les moins pauvres puisque la traversée est ainsi rendue plus coûteuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Postel-Vinay, « Histoire économique », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 225-227.

Référence électronique

Gilles Postel-Vinay, « Histoire économique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18644

Haut de page

Auteur

Gilles Postel-Vinay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals