Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carle, Mary Louise Nagata et Mario Boleda
p. 232-234

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maître de conférences
Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carle et Mary Louise Nagata avec Mario Boleda, professeur à l’Université nationale de Salta (Argentine)

Pouvoirs et dépendances au sein de la famille : perspectives comparatives (XVIe-XXe siècle)

1Nous avons abordé les modèles de corésidence dans le cadre de la famille, la transmission du patrimoine, la condition des veuves et des personnes âgées, l’avenir des cadets et cadettes et les systèmes migratoires liés à l’inégalité des chances. Dans une optique comparative, nous avons cherché à mettre en évidence les interactions entre, d’une part, le changement social et, d’autre part, les stratégies individuelles et collectives en termes de comportement de reproduction socio-économique et de choix de vie ultérieure.

2Antoinette Fauve-Chamoux a donné un aperçu des orientations du projet européen COST A34 dont elle est vice-présidente, sur « Genre et bien être : les interactions entre les sphères du travail, de la famille et les politiques publiques ». Le réseau de travail, dont le secrétariat est à l’Université de Barcelone, intitulé « Travail, institutions et traitement différentié des sexes » regroupe historiens de la famille, sociologues, économistes et spécialistes des sciences politiques. Chaque équipe nationale se concentre sur un objectif commun dans chacun des vingt-trois pays membres de cette action scientifique : la production du bien-être. Par quelles voies individuelles ou collectives y accède-t-on ? Comment le bien-être se distribue-t-il ? Une attention particulière à la différence entre les sexes s’impose, en matière d’activité professionnelle, de promotion sociale, de part d’héritage.

3Dans cet esprit, Béatrice Moring, de l’Université de Cambridge, professeur invitée, a présenté les résultats d’un autre projet européen qu’elle dirige sur l’histoire du veuvage en Europe du Nord (XVIe-XXe siècle). Beryl Nicholson, chercheur à Newcastle (Royaume-Uni), a fait aussi le bilan de ses recherches menées à partir d’un recensement austro-hongrois en Albanie (1918) et de son enquête de terrain sur la polygynie. Elle a montré comment ce système matrimonial ancien est destiné essentiellement à protéger de la misère les épouses sans enfants, en leur permettant de rester dans leur maison, tout en profitant, dans leur grand âge, du respect et de la protection des descendants de l’autre épouse, une fois le chef de famille disparu. Quant à Constanta Vintila-Ghitulescu, chercheur à l’Institut Nicolas Iorga de Bucarest, elle a exposé les pratiques maritales et les stratégies patrimoniales dans la société roumaine du XVIIIe siècle, où le clergé orthodoxe contrôlait les ruptures d’union. Béatrice Craig a démontré de son côté, à partir de son étude fine des familles de la ville de Lille, toute la part jouée par les femmes, surtout les veuves dans le succès des entreprises de ce milieu urbain catholique au cours du XIXe siècle.

4Lucia Carle, professeur à l’Université de Florence, nous a fait découvrir le journal intime inédit d’une femme de province : une série exceptionnelle de vingt-six carnets (collection particulière) permet de retracer, au jour le jour, jusqu’à sa mort en 1977, la vie quotidienne d’une institutrice de la ville d’Empoli, née en 1878 et mariée en 1917. Cette femme sans enfant a noté quotidiennement son état de santé, celui de ses proches, ses activités familiales et professionnelles, son budget, ses loisirs, ses déplacements et ses relations avec ses amis et membres de sa famille proche et lointaine. Les années de guerre et de fascisme sont particulièrement intéressantes.

5Hervé Nolland a analysé la mission de la Justice des mineurs en France d’aujourd’hui et nous a fait bénéficier de son expérience de travailleur social en présentant les éléments principaux de sa recherche en cours sur la législation et la pratique actuelle en matière de protection des enfants et adolescents. Il considère que la situation française constitue une exception au sein de l’Europe.

6Mario Boleda a expliqué les méthodes d’estimation démographique agrégée, l’usage des outils statistiques permettant des analyses multidimensionnelles et l’intérêt des résultats qu’il a obtenus pour comprendre le fonctionnement de la dynamique démographique des populations aborigènes des Andes au XVIIIe siècle (région Chayanta). Maria Cecilia Mercado Herrera a ensuite exposé, pour les populations de la puna du nord-ouest de l’Argentine, les modèles de résidences familiales qui sont majoritairement de type nucléaire. Furent ainsi ouvertes de nouvelles perspectives comparatives entre l’Europe de l’Ouest et les populations andines. C’est pourquoi une table ronde fut organisée pour fonder un réseau international réunissant les chercheurs intéressés à poursuivre ces comparaisons transatlantiques. À cette démarche, encouragée par nombre de collègues américanistes de l’École, s’associèrent, entre autres, Hernán Otero et Blanca Zeberio (Université de Tandil, Argentine), Alessandro

7Tortolero (Université de Mexico) et Philippe Perot (Paris-IV). Ce dernier exposa à cette occasion le résultat de son enquête sur expression et formes des dépendances familiales et péninsulaires dans les testaments en Nouvelle-Espagne au XVIIe siècle, à travers les Bienes de difuntos de Puebla et Veracruz. Il mit en évidence les liens familiaux entre Espagne et Nouvelle-Espagne, et les modalités de l’implantation au Mexique des familles espagnoles aux XVIIe et XVIIIe siècles, qui gardaient le contact avec leur milieu d’origine.

8Antoinette Fauve-Chamoux a ensuite comparé le système successoral des Pyrénées centrales et du nord-est du Japon et montré comment les maisons rurales se transmettaient sur plusieurs générations, tout en laissant leurs cadets tenter, comme ailleurs, l’aventure migratoire. Deux sociétés rurales régies par un système « à maison » furent observées, l’une en France méridionale, dans les Pyrénées centrales, l’autre dans le nord-est du Japon toutes deux en zone de montagne. Mary Louise Nagata, professeur à l’Université Francis Marion (États-Unis) et chercheur associée, a expliqué que les communautés urbaines de la ville de Kyoto, qui accueillaient de nombreux immigrants, étaient traditionnellement en mesure de fournir une aide financière et morale aux familles en difficulté. Elle fit apparaître la complexité des stratégies familiales qui visent à la continuité du lignage et à la prospérité de la maison - « ie » - japonaise. Avec Mary Picone se sont poursuivies nos comparaisons. Elle a résumé les connaissances sur l’infanticide et l’avortement au Japon, et mis en parallèle les approches complémentaires des historiens et des anthropologues. Ses recherches sur les pratiques et mentalités populaires embrassent la très longue durée et permettent d’évaluer à la fois les changements de mentalité et la permanence de pratiques symboliques et cultuelles depuis la fin du XVIIe siècle.

Publications

  • « Transmettre une maison : le système successoral des Pyrénées centrales et du Nord-Est du Japon », Ebisu, 36, automne-hiver 2006, Maison française de Tokyo, 2006, p. 139-164.
  • « Family reproduction and stem-family system : From Pyrenean valleys to Norwegian farms », The History of the Family : an International Quarterly, Special issue in memoriam Tamara Hareven, 11, 3, 2006, p. 171-184.
  • Avec J. Fauve, « Renata di Francia, duchessa di Ferrara : vivere la propria indipendenza nel Cinquecento », Iter, 3, 10, Aqui Terme, 2007, p. 28-43.
  • « Comment transmettre les biens de famille aux enfants », dans Mélanges offerts à Jean-Pierre Bardet, sous la dir. de J.-P. Poussou et al., Paris, Presses de la Sorbonne, 2007, p. 445-456.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carle, Mary Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 232-234.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Lucia Carle, Mary Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18649

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Articles du même auteur

Lucia Carle

Articles du même auteur

Mary Louise Nagata

Mario Boleda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals