Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours

Henriette Asséo
p. 238-240

Texte intégral

Henriette Asséo, professeur agrégée

1Nous avons conduit, cette année, une réflexion critique sur les outils des sciences sociales appliqués à l’histoire des Tsiganes d’Europe. Le déficit d’études théoriques sur le sujet s’explique par la dépendance des auteurs à l’égard de deux visions contradictoires. L’une, de nature essentialiste, accorde au monde polyphonique des Tsiganes un destin uniforme sur un modèle emprunté à la jewish narrative. L’autre, purement constructiviste, ne leur concède aucune existence en dehors du labelling imposé par les autorités. Nous avons, par ailleurs, constaté que les usages de la transnationalité ou de la global history ne s’accordaient pas avec les matériaux historiques disponibles. Pour tenter de contourner les problèmes posés par une identification historique aussi labile, nous avons suivi quelques pistes.

2Nous avons réfléchi au concept administratif de la famille « nomade ». L’enjeu démographique transcende les clivages politiques pour donner une coloration homogène au régime de surveillance de la famille bohémienne. Le constat d’une capacité de résistance physiologique surprenante mettait à mal la théorie du darwinisme social et induisait un repérage généalogique dont les méthodes constituent un des aspects méconnus de la révolution de l’identification. La montée de l’intolérance dans l’entre-deux-guerres ne dépend pas uniquement des séductions autoritaires. Les Tsiganes ont été progressivement soumis par leurs propres administrations nationales dans tous les pays européens à ces régimes d’exception sous des formulations différentes.

3Ce processus de « dénationalisation administrative » éclaire le dossier de la construction politique de l’« asocialité » sous le double angle de la révolution de l’identification et de la reformulation biologique des enjeux sociaux. Le primat accordé au politique dans la genèse des totalitarismes explique la faible réception dans les sciences sociales de travaux qui ouvrent pourtant la voie à une compréhension nouvelle des mécanismes du tri social moderne. Dans l’entre-deux-guerres, le Service des étrangers de la préfecture de Paris (Ilsen About, Institut européen de Florence) fournit un bon exemple de la méthode française par un mélange d’activisme et d’indécision.

4Une autre voie concerne les usages de l’enquête archivistique. Pavel Himl (Université Charles) nous a montré la richesse des fonds d’Ancien Régime de la cour d’appel de Prague sur les « Bohèmes de nation ». L’enracinement local, la surveillance constante et les privilèges de l’extraterritorialité mentale ne concernent pas uniquement les périodes anciennes. Alain Reyniers (Louvain-La-Neuve) a retracé son itinéraire d’anthropologue confronté à l’historicité. Elizabeth Clanet (Cned) sur les Tsiganes du Brésil, la manouche Menika sur la fête foraine ancienne et Dimitri Galitzine (INaLCO) sur le cosmopolitisme des Dimitrievitch ont permis d’établir comment le système tsigane utilisait le « principe de circulation européen ». Ici, l’extension mondiale ne dénature pas les documents qui, retravaillés en micro-histoire, rappellent que les conjonctures, « heureuse » ou non, règnent toujours sur les destins humains.

5Parmi les activités de cette année, j’ai tiré, avec Pierre Hassner et Étienne Balibar, les conclusions du colloque international « La liberté de circulation, concepts et pratiques » qui a clos le programme pluriannuel sur la « Mobilité des personnes en Méditerranée » dirigée par Claudia Moatti et Wolfgang Kaiser. Je suis intervenue à l’atelier de l’EHESS à Budapest, et j’ai aussi participé à l’Université de Vérone au colloque international « Alle radici dell’Europa, Mori, giudei e zingari nei paesi del Mediterraneo occidentale (secoli XV-XVII) » et au « Norwegian Holocaust Center à la journée d’études sur Historical and Current Perspectives on Persecution of Sinti & Roma in Europe ».

Publications

  • « L’invention des Nomades en Europe au XXe siècle et la nationalisation impossible des Tsiganes », dans L’identification des personnes, Genèse d’un travail d’État, sous la dir. de G. Noiriel, Paris, Belin (« Socio-histoires »), 2007, chap. VI, p. 161-180.
  • « L’extermination individuelle et collective des Tsiganes », dans Histoire et conscience, il y a soixante ans l’ouverture des camps d’extermination, sous la dir. de D. Delmaire et al., Lille, Éd. de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2007, p. 35-53.
  • « Pourquoi tant de haine ? L’intolérance administrative à l’égard des Tsiganes de la fin du XIXe siècle à la veille de la Deuxième Guerre mondiale », Diasporas, Histoire et Sociétés, « Haines », 10, 1er trimestre 2007, p. 50-67.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 238-240.

Référence électronique

Henriette Asséo, « Histoire des minorités migrantes en Europe de l’Ancien Régime à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18656

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals