Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés

Nancy L. Green
p. 240-241

Texte intégral

Nancy L. Green, directrice d’études

L’histoire comparée et les migrations contemporaines

1Limpact différentiel des expériences et des représentations des migrations selon le sexe s’est avéré un des points aveugles des premières recherches sur les migrations. Penser les femmes et les rapports des sexes en lien avec les migrations permet de repenser tous les thèmes liés à l’installation et l’intégration : comment les migrations affectent-elles les rapports entre les sexes et comment le genre influe-t-il sur les migrations, en amont comme en aval ? Quelles sont les stratégies migratoires et comment les structures familiales incitent-elles les migrations, puis sont restructurées par la suite ? Mirjana Morokvosic (CNRS) insiste sur la mobilité comme une ressource mais aussi un risque pour les migrantes. À partir du cas des Chinoises au Pérou, Isabelle Lausent-Herrera (CNRS) étudie comment les migrations de travail ont, elles aussi, un impact important sur les ratios et les relations hommes/femmes/ enfants dans l’ém/immigration.

2Trois autres exposés ont interrogé les catégories de la mobilité : les hu kou en Chine et la grande variété de statuts derrière cette catégorie institutionnelle (Isabelle Thireau) ; les rapatriés, Français d’Algérie « devenus métropolitains », et le rôle de l’État français en construisant cette catégorie (Yann Scioldo-Zürcher) ; les réfugiés, à travers les réseaux des exilés germanophones au Canada depuis 1933 (Patrick Farges, Université Paris-VIII).

3Une analyse comparative de l’historiographie américaine et française montre qu’au moins trois pistes s’opèrent actuellement dans le champ de l’histoire des migrations : les études sur l’État (particulièrement en France) ; l’accent mis plutôt sur l’agency des individus ou des groupes (plus fréquent aux États-Unis) ; et, enfin, le développement récent d’analyses centrées sur la notion du transnationalisme. Or, le transnationalisme, qui remet en cause l’importance de l’État-nation dans le phénomène migratoire, est à son tour débattu. Roger Waldinger (UCLA) a montré comment les immigrés aux États-Unis sont à la fois liés à leurs pays d’origine tout en étant ancrés dans le pays d’accueil. La grande variété de formes d’associations (aux buts sociaux, sportifs, religieux, d’aide à l’insertion, d’aide au pays, sans parler des disputes internes ou des brouilles avec le village au pays) montre à la fois les formes diverses du transnationalisme et ses limites. En montrant les usages multiples du terme « diaspora » chez les Éthiopiens dans leur pays comme aux États-Unis, Abye Tasse (Université d’Addis-Abeba) s’interroge également sur les rapports des émigrants avec leur pays d’origine, notamment à travers les retours, sujet trop peu étudié.

4Les représentations de l’immigration sont elles-mêmes complexes. Marianne Amar (CNHI) nous a commenté le film du site web de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration tout en réfléchissant sur l’usage de la photographie dans l’identification et l’autoreprésentation. Patrick Weil (CNRS), en présentant le film De Père en fils, auquel il a participé, a également nourri nos réflexions concernant les possibilités de raconter l’histoire de l’immigration en France et le rapport des immigrés avec leurs identités multiples.

5J’ai été invité à ouvrir l’université d’été d’Andorre (août 2006) et le colloque « Accelerating Mobility » à l’Amsterdam School of Social Research (janvier 2007), pour examiner, dans le premier cas, l’histoire des migrations de et vers l’Europe depuis deux siècles et, dans le second, l’interaction entre classes sociales et mobilité. D’autres colloques, sur « La liberté de circuler de l’Antiquité à nos jours » (ENS, mars 2007) et les « Institutions et immigrations » (Valence, février 2007) ont été l’occasion d’explorer les thèmes d’« Émigration/Immigration, deux droits asymétriques » et de « Citoyenneté à l’étranger : Les Américains en France et le consulat de Paris, 1920-1940 ». Enfin, j’ai organisé, pour la CNHI, un colloque international « Histoire et immigration : la question coloniale » (septembre 2006 à la BnF), qui a permis d’explorer les rapports complexes entre Immigration et dé/colonisation depuis un siècle.

Publications

  • Avec F. Weil, dir, Citoyenneté et émigration : Les politiques du départ, Paris, Éd. de l’EHESS, 2006, 288 p.. Éd. américaine : Citizenship and Those Who Leave, Urbana, Universlty of Illinois, 2007, 336 p.
  • « L’immigration en Europe, une perspective historique », La immigració : une oportunitat ? Andorre, Ministeri d’Habitatge, Joventut, Ensenyament Superior i Recerca, 2006, p. 25-49.
  • « À French Ellis Island ? Museums, Memory and History in France and the United States », History Workshop Journal, 63, 1, printemps 2007, p. 239-253.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy L. Green, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 240-241.

Référence électronique

Nancy L. Green, « Histoire sociale comparée : migrations, travail, sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18657

Haut de page

Auteur

Nancy L. Green

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals