Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

L’interprétation littéraire. Théories et pratiques

Pierre Judet de La Combe
p. 246-248

Texte intégral

Pierre Judet de La Combe, directeur d’études

Poésie et prétentions à la validité. Hésiode et Archiloque

1De manière à définir la spécificité des validités revendiquées par la composition poétique grecque archaïque dans la variété de ses formes et de manière à sortir ainsi tant des schémas évolutionnistes de l’histoire littéraire que de ses interprétations fonctionnalistes, qui, sur un mode en fait romantique, supposent une adéquation nécessaire entre le dire effectif des poèmes et les contraintes sociales d’une situation énonciative donnée, nous sommes partis de la différenciation des validités inhérentes au discours telle que l’ont explorée J. Habermas et K.-O. Appel. Cette différenciation nous intéressait dans la mesure, d’abord, où elle permet de distinguer des orientations de la parole (cognitives, normatives, expressives), puis où elle fait problème pour une culture où cette distinction, bien qu’opérante, n’est pas thématisée. Il s’agissait par là de restituer aux poèmes leur caractère historique, doublement : à un niveau général, par la description et l’articulation des types de vérité propres à une culture auxquels un poème pouvait se référer, et à un niveau individuel, par la reconstruction du travail, chaque fois renouvelé, opéré sur ces vérités (comme l’indique le terme « prétention »). Il était utile pour cela de traiter parallèlement deux poésies correspondant à des formes bien distinctes de la poétique archaïque, la poésie hymnique d’éloge, avec Hésiode, et la poésie de blâme, représentée par Archiloque. Ces traditions traitent différemment la question du rapport entre contenu du poème et moment présent de son énonciation, et donc de la pertinence du discours, et par ailleurs établissent leur opposition par des emprunts réciproques importants : Hésiode fait usage de l’injure pour définir les vérités nouvelles que sa poésie s’efforce d’atteindre ; Archiloque construit des situations « prosaïques » d’inimitié à partir du patrimoine formulaire et thématique de la poésie d’éloge qu’est l’épopée.

2Lors des séances sur Hésiode, nous sommes partis de l’hypothèse que l’exposé de contenus nouveaux dans les domaines de la théogonie, de la justice et du travail s’argumente sur la base d’une reconstruction critique de la pertinence relative de l’ensemble des formes traditionnelles de composition poétique (hymne, épopée, poésie didactique, poésie de blâme). Le critère de l’évaluation est donné par la définition du présent chaque fois nécessaire, comme milieu propice à une activité spécifique, obéissant à une logique propre. Selon la Théogonie, le fondement du pouvoir juridique des rois, qui leur est conféré par Zeus, ne peut être défini à partir des situations présentes qu’ils ont à régler, mais seulement du dehors, par un discours sur la généalogie divine qui au présent immédiat substitue le présent des « dieux qui sont toujours ». L’injure adressée aux tenants d’un discours fasciné par le présent (qui ne sont « rien que des ventres ») sert à introduire la démarcation. Le sens de ce présent éternel est dégagé à l’aide de la poésie homérique, orientée vers un passé représentable dans sa totalité parce que définitivement clos, avec le schème iliadique de la querelle violente qui, transposé dans l’ordre divin, construit progressivement un monde normatif différencié. Quand cette poésie se donne le présent immédiat comme objet, avec Les travaux et les jours, le statut de la vérité visée change et rend caduc l’emploi de ce schème. L’activité quotidienne des hommes ne se pense pas grâce à la querelle héroïque, mais dans une différence constitutive avec le monde disparu des demi-dieux. La lecture du « Mythe des âges » a montré comment la coupure entre l’âge épique des Héros et le présent (« l’âge de fer ») sert de principe à la présentation de l’ensemble des âges et situe la pertinence du patrimoine épique comme modèle des violences que rencontrera la race humaine actuelle dans son éloignement irréversible avec les dieux. La comparaison des deux versions du mythe de Pandore, dans les deux poèmes, a fait ressortir la différence des points de vue : récit téléologique pour la Théogonie, récit construit à partir du schème pratique de la maison pour Les travaux. Cette dimension critique et doxographique du discours sur l’ordre des choses a été exposée par Jean Bollack pour Parménide, héritier en cela d’Hésiode.

3Le présent a une fonction différente dans la poésie de blâme d’Archiloque. Nous sommes d’abord passés par l’analyse d’interprétations qui insistent sur l’émergence du sentiment comme catégorie poétique, chez Fr. Schlegel (lecture préphilologique), K.-O. Müller (lecture philologique), Fr. Nietzsche (lecture postphilologique), qui toutes insistent sur une évolution nécessaire des formes. Rossella Saetta-Cottone (MSH, Paris) nous a présenté une lecture critique des interprétations fonctionnalistes récentes (le blâme comme traitement de la question du rapport entre « amis » et « ennemis »). À partir de l’examen de témoignages biographiques, de plusieurs fragments, notamment du Papyrus de Cologne, nous avons tenté, face à ces réifications (en fait solidaires) philosophiques ou sociologiques du « moi » poétique, de montrer comment l’injure poétique, due à un dysfonctionnement supposé de la communauté, dans la fiction, échappe à la problématique normative d’un rétablissement de l’ordre et oppose au présent (toujours un outrage ou une catastrophe) la possibilité d’une mobilisation emphatique de la tradition épique, dans un éloge inversé, de manière à imposer la violence d’un monde contrefactuel et seulement langagier, la distance épique servant à déconstruire le présent. La filiation Archiloque-Héraclite peut ainsi être éclairée.

4Pierre Destrée (Université de Louvain) nous a présenté son interprétation nouvelle de la valeur cognitive et émotive de la katharsis tragique chez Aristote.

Publications

  • « An instance of Euripidean "modernism" : Orestes 1-3 », dans Dionysanlexandros. Essays on Aeschylus and his fellows tragedians in honour of Alexander F. Garvie, sous la dir. de D. Cairns et v. Lapis, Swansea, The Classical of Wales, 2006, p. 173-84.
  • « L’analyse comique de la tragédie dans "Les Grenouilles" », dans Comicità e riso tra Aristofane e Menandro, sous la dir. de P. Mureddu et G. F. Nieddu, Amsterdam, Hakkert, 2006, p. 43-76.
  • « Crise des langues et éducation européenne », dans Politiques et usages de la langue en Europe, sous la dir. de M. Werner, Paris, Éd. de la MSH, 2007, p. 23-50.
  • « G. Hermann/A. Boeckh », « C. Lachmann », « F. A. Wolf », dans le Dictionnaire du monde germanique, sous la dir. d’E. Décultot, M. Espagne, J. Le Rider, Paris, Bayard, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Judet de La Combe, « L’interprétation littéraire. Théories et pratiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 246-248.

Référence électronique

Pierre Judet de La Combe, « L’interprétation littéraire. Théories et pratiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18660

Haut de page

Auteur

Pierre Judet de La Combe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals