Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire politique de l’administration

Marc Olivier Baruch
p. 263-265

Texte intégral

Marc Olivier Baruch, directeur d’études

1. Servir l’État en France, XIXe-XIXe siècles (avec Alain Chatriot, chargé de recherche au CNRS)

1Le séminaire, pour cette dernière année d’existence dans la configuration qui est la sienne depuis une dizaine d’années, s’est donné un double champ d’investigations. Il s’est agi d’une part de faire le point, à partir de quelques exemples, sur la fécondité confirmée d’une histoire de l’administration s’enrichissant de l’apport des sciences sociales, et d’autre part de proposer un panorama partiel du renouvellement historiographique en cours - dû pour l’essentiel à de jeunes chercheurs, docteurs récents ou doctorants - autour de la question de l’État au XIXe siècle.

2Sur ce second point, on ne peut en effet que souligner la richesse et la diversité des apports d’une recherche historique qui a enfin assimilé que comprendre le fonctionnement politique d’une société impliquait au moins autant d’en interroger les pratiques de pouvoir quotidien que de se focaliser sur les grands événements structurant la « vie politique », quelque essentiels pussent-ils paraître (changements brutaux de titulaire du pouvoir exécutif, affirmation du principe de la représentation parlementaire, acclimatation, à la fois lente et brusquée, du suffrage universel, etc.). Les travaux, issus de leurs thèses, présentés par Claire Lemercier (« Des administrations économiques, vers 1800-vers 1870 »), Igor Moullier (« Entre archivistique et sociologie des organisations : l’administration napoléonienne au travail ») ou Pierre Karila-Cohen (« Surveiller l’opinion : les serviteurs de l’État et l’enquête politique sous la monarchie constitutionnelle, 1814-1848 ») constituent des approches plus neuves de la construction de la société française par l’État impérial et les monarchies constitutionnelles.

3Changeant de niveau d’observation, de terrain géographique ou d’objet d’analyse, trois autres séances ont permis de mesurer d’une part la généralisation des modes d’organisation administrative tant dans les États nouveaux (Geneviève Verdo, « Création étatique et personnel politique dans l’indépendance argentine, 1808-1829 ») que dans le gouvernement des villes (Steve Sawyer, « Une municipalité capitale ; l’administration de Paris dans la première moitié du XIXe siècle »), d’autre part la tentative de penser un problème social comme ce que l’on pourrait nommer, non sans quelque anachronisme une politique publique (Aude Fauvel, « L’État et la folie ; politiques et gestion des malades mentaux sous la IIIe République »).

4Il était normal qu’en point d’orgue d’une réflexion collective qui s’est précisément donné comme ligne de conduite de poser qu’une histoire des institutions publiques ne peut se satisfaire d’une approche seulement descriptive des moments, des structures ou des acteurs, des collègues issus de disciplines voisines soient invités à présenter des travaux de synthèse, qu’il s’agisse de science politique (Françoise Dreyfus et Jean-Michel Eymeri, « Pour une science politique de l’administration ») ou de théorie économique (David Martimort, « Théorie des incitations et histoire de l’administration »). Autour de la question de la biographie, le séminaire a d’autre part eu l’occasion de comparer deux types d’approches : celles qu’Olivier Feiertag a consacrées à un haut fonctionnaire omniprésent dans la politique financière française du deuxième tiers du XXe siècle, Wilfrid Baumgartner, et le parallèle dressé par Pascale Gonod entre deux vice-présidents du Conseil d’État ayant marqué l’institution à des moments charnières, Édouard Laferrière et René Cassin.

2. Administration et dictature

5Cette année, le séminaire s’est posé trois ensembles de questions. D’abord, dans la poursuite des réflexions nées, en 2005 et 2006, des incursions désordonnées et maladroites des instances politiques dans l’écriture de l’histoire -c’était avant l’apparition d’un ministre chargé à la fois, grande première en République, de l’immigration, de l’identité nationale et de la politique de la mémoire (décret n° 2007-999 du 31 mai 2007, Journal officiel du 1er juin 2007) -deux séances ont porté sur les « lois mémorielles » (Nathalie Mallet-Poujol, « Les lois mémorielles : un regard juridique » et Philippe Lazar, ancien directeur général de l’INSERM, « Éthique de l’historien, éthique du chercheur »).

6Il s’est ensuite agi d’interroger les liens entre archives, guerre et violence d’État. Accompagnée d’Anne Pérotin-Dumon, assesseur pour les questions d’archives de la Commission chilienne sur la torture, Perrine Canavaggio a présenté les positions prises en la matière par le Conseil international des archives (ICA), dont elle est secrétaire générale adjointe. Le séminaire a également entendu Sophie Cœuré (« Les archives comme butin ») et Bogdan Murgescu (« L’écriture de l’histoire et les archives dans la Roumanie communiste et postcommuniste »).

7Enfin, l’implication des appareils d’État dans les formes de violence et de domination, notamment dans le contexte impérial et colonial, a été analysée par Gilles Favarel-Garrigues (« Administrer la police dans l’URSS post-stalinienne »), Sylvie Thénault (« L’usage des pouvoirs exceptionnels pendant la guerre d’Algérie »), Romain Bertrand (« À propos de l’État colonial : l’exemple des Indes néerlandaises »).

8On ne saurait clore cette présentation, qui est aussi celle d’une première phase de ce séminaire, sans citer l’intervention, qui avait pour nous forme d’hommage, de Michel Troper, subsumant ses travaux sous le titre « Structuration du système juridique et naissance du concept d’État ». Le mot de la fin revint à Jean-Yves Dormagen, qui coanima si longtemps ces travaux de recherche, autour de la question de l’abstentionnisme électoral en régime démocratique, objet de ses interrogations actuelles.

9À compter de l’année universitaire 2007-2008, nos enseignements seront répartis de manière plus nette entre séminaires à visée d’abord pédagogique et méthodologique, destinés en priorité aux étudiants de master, et séminaire de recherche. Sous l’intitulé « États et administrations à l’époque contemporaine : histoire et sociologie, regards croisés », ce dernier, désormais bimensuel, sera conduit avec trois chercheurs membres du Centre d’études et de recherches de science administrative (UMR CNRS et Université Paris-II), Philippe Bezes, Patrick Le Lidec et Frédéric Ocqueteau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Olivier Baruch, « Histoire politique de l’administration », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 263-265.

Référence électronique

Marc Olivier Baruch, « Histoire politique de l’administration », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18669

Haut de page

Auteur

Marc Olivier Baruch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals