Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la philosophie politique

Pierre Manent
p. 269

Texte intégral

101/04/2008s

226/05/2015

Pierre Manent, directeur d’études

La question des formes politiques : l’empire

3Après une série de séminaires consacrés à la cité, nous avons depuis l’année dernière entamé une recherche consacrée à une autre forme politique, l’empire. Plus précisément, il s’agit d’étudier le passage de la cité à l’empire, dans la seule cité qui ait éprouvé cette transformation, à savoir Rome.

4L’an dernier, nous avions étudié la question surtout « du point de vue des Grecs ». Dans quelle mesure l’expérience romaine, et d’abord le « césarisme », est-elle assimilable par la science politique grecque telle qu’elle se déploie dans la Politique d’Aristote, ou au contraire réclame-t-elle une réforme de cette science ? Apparaissait déjà la centrante du « moment cicéronien » qu’on peut définir ainsi : la politique républicaine est désormais détachée du cadre civique concret dans lequel elle s’exerçait et qui a été détruit par l’extension de la cité et l’incorporation de populations jusque-là seulement « alliées ». Le rôle du magistrat comme porteur de la persona civitatis vient au premier plan.

5Cette année, nous avons étudié la question « du point de vue des Romains », à travers une lecture des premiers livres de l’Histoire de Tite-Live et, surtout, de la République de Cicéron. Ce dernier s’emploie à la fois à resituer l’histoire romaine dans la chronologie des Lumières grecques - les Romains ne furent jamais des barbares ! - et à corriger ou compléter la science politique « idéaliste » reçue des Grecs. Le De Republica va ainsi dans deux directions qui semblent opposées : d’un côté, il met l’accent sur la sagesse collective des Romains tout au long de leur histoire, au détriment du législateur individuel tel que Lycurgue ; de l’autre, il est à la recherche d’une figure monarchique ou royale susceptible de restaurer l’ordre civique, que le régime mixte, en lui-même préférable, se montre incapable de préserver. Ainsi sont apparues les raisons politiques pour lesquelles la figure de Cicéron est centrale dans l’histoire européenne, du moins jusqu’à la constitution de l’État moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Manent, « Histoire de la philosophie politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 269.

Référence électronique

Pierre Manent, « Histoire de la philosophie politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18674

Haut de page

Auteur

Pierre Manent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals