Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire et philosophie du politique

Pierre Rosanvallon
p. 271-272

Texte intégral

Pierre Rosanvallon, directeur d’études

1Le séminaire a pris comme objet le thème suivant : « Comparer les expériences démocratiques : problèmes et méthode ». Il s’est notamment organisé autour d’une série d’exposés qui se sont interrogés sur la possibilité de penser la pluralité des histoires démocratiques sans les soumettre à un modèle normatif fermé. Florent Guénard (maître de conférences au Collège de France) est Intervenu sur l’idéologie de la démocratisation, montrant que le projet de promotion de la démocratie dans les années 1990 partait du désir d’exporter le modèle occidental de la démocratie. Véronique Hébrard (ingénieur d’études à l’Université Paris-I) s’est arrêtée sur le « Chavisme » au Venezuela. Elle a montré qu’un tel phénomène ne pouvait se comprendre qu’à partir de la culture politique qui s’y est construite au XIXe siècle. Geneviève Verdo (maître de conférences à l’Université Paris-I) a réfléchi sur l’implantation du régime démocratique en Amérique Latine. Dans ce sous-continent, on peut considérer à la fois que l’idée de souveraineté du peuple s’est précocement Implantée, et en même temps que l’archaïsme des sociétés très inégalitaires les rend inaptes à la démocratie. François Durpaire (historien au Centre des recherches d’histoire nord-américaine) est intervenu sur la question post-coloniale. Il a montré comment les post-colonial studies s’étaient attaché à déconstruire l’universalisme occidental ; il a également montré l’influence de cette entreprise théorique sur les études américaines. Romain Bertrand (chargé de recherches au CNRS) est intervenu sur les Subaltern studies, montrant les questions autour desquelles ces études s’étaient structurées : faire la critique de l’histoire coloniale euro-centrée et de l’histoire nationaliste asiatique. Silyane Larcher (doctorante) a présenté une réflexion sur la constitution de la citoyenneté des anciens esclaves dans les « vieilles colonies » françaises. Elle a montré qu’on devait interroger les théories modernes de la citoyenneté à l’aune de l’expérience de l’esclavage.

Publications

  • La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil (« Les livres du nouveau monde »), 2006, 346 p.
  • « La Contro-democrazia. La democrazia nell’era della diffidenza », Ricerche di Storia Politica, 3, novembre 2006, p. 289-301.
  • « Democracia y desconfianza », Revista de Estudios Políticos (Madrid), 134, décembre 2006, p. 219-237.
  • « La democrazia molteplice », Lettera internazionale, 1er trimestre 2007, p. 12-16.
  • « Relégitimer l’impôt », Regards Croisés sur l’économie, 1, mars 2007, p. 16-26.
  • « Le laboratoire argentin », préface à Geneviève Verdo, L’Indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.
  • « Repenser la solidarité entre générations », Diagonales, 5, octobre 2006, p. 16-25.
  • « Eléments pour une histoire de la demande sociale de sciences sociales », actes des 3e journées scientifiques du LATTS, Cité Descartes, Marne-la-Vallée, p. 208-214.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Rosanvallon, « Histoire et philosophie du politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 271-272.

Référence électronique

Pierre Rosanvallon, « Histoire et philosophie du politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18676

Haut de page

Auteur

Pierre Rosanvallon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals