Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin
p. 288-290

Texte intégral

Mathieu Arnoux, directeur d’études
Jacques Bottin, directeur de recherche au CNRS

1Consacré, pour l’essentiel, à l’étude des réseaux commerciaux et financiers italiens, en Europe, à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, le séminaire a fait alterner, comme les autres années, présentations générales et études de cas. L’Italie n’était pas en tant que telle l’objet de l’enquête, qui se proposait plutôt d’utiliser les sources commerciales italiennes et les attestations de la présence et de l’activité des banquiers et marchands italiens dans les pays européens, voire, à partir du XVIe siècle, dans le Nouveau Monde, comme autant de marqueurs d’un certain type d’organisation et d’intégration des activités économiques. Divers champs d’actions ont été explorés à partir d’une bibliographie souvent ancienne. Les îles Britanniques et la péninsule Ibérique, terrains d’action traditionnels des marchands-banquiers italiens depuis le XIIIe siècle, ont fait l’objet de présentations spécifiques, qui ont illustré l’importance des choix historiographiques, les recherches menées dans les cadres « nationaux » ou les monographies d’entreprises mettant en évidence des phénomènes très différents. Les liens de la finance et du négoce italiens avec les appareils d’État anglais ou espagnol apparaissent clairement dans le premier cas, tandis que les études centrées sur les acteurs, dont R. de Roover, W. Brulez ou plus récemment R. Mueller ont donné les exemples classiques, font apparaître un espace européen largement intégré, où les frontières politiques ne jouent qu’un rôle secondaire. Le commerce des textiles, drap de laine en particulier, dans lequel le rôle des Italiens a été essentiel, qu’il s’agisse des laines et draps de laines anglais ou des soieries toscanes, a fait l’objet d’une attention particulière. Une séance animée par Claudio Zanier (Université de Pise) a été consacrée aux origines de la sériciculture européenne et aux problèmes économiques et agronomiques soulevés par le développement de l’élevage du vers à soie dans l’Europe méditerranéenne. Le sucre, acteur essentiel de l’histoire économique européenne, a fait l’objet d’une séance animée par Mohamed Ouerfelli (docteur Université Paris-I), consacrée en particulier à l’évolution des régions de production sucrières et à la reconfiguration des réseaux commerciaux liés à ces régions et aux bassins de consommation, particulièrement en Europe du Nord-Ouest. Comme les années précédentes, des présentations de documents ont systématiquement accompagné les études de cas. Si les documents comptables sont restés à l’honneur, les correspondances ont été également utilisées pour mettre en lumière les raisons et anticipations des négociants, que les comptabilités ne dévoilent qu’exceptionnellement. Des séances ont été ainsi consacrées à l’étude de documents commerciaux spécifiques. Jérôme Hayez (CNRS-IHMC) a présenté une série de lettres parisiennes de la correspondance Datini de la fin du XIVe siècle, montrant d’une part l’importance des séries épistolaires pour la connaissance des réseaux et des pratiques marchandes et d’autre part les problèmes spécifiques d’édition de tels documents. La présentation par Agnès Pallini-Martin (doctorante) du Grand livre de la banque Gagliano de Lyon (1489-1494) a permis, par-delà la difficulté d’exploitation des comptes courants (ceux des marchands allemands Vohlin), de mettre en lumière le fonctionnement du réseau bancaire qui assure à Lyon, la permanence d’un courant d’affaire par la succession des compagnies (Médicis, des Gagliano et des Salviati). La présentation, par Daniel Velinov (doctorant Université Paris-I), des affaires de la maison de négoce Lallemand de Valencienne, à partir de la comptabilité de la firme anversoise La Bistrate (1666-1688), a illustré la nécessité d’une lecture des réseaux et des espaces qui soit attentive aux différences régionales et aux organisations multipolaires.

Publications

  • Avec L. Renault, « Enguerran Martel et ses clients. Quelques remarques sur crédit et justice en Normandie à la fin du Moyen Âge », dans La dette et la juge. Juridiction gracieuse et juridiction contentieuse du XIIIe au XVe siècle (France, Italie, Espagne, Angleterre, Empire), sous la dir. de J. Claustre, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 151-167.
  • « Nacscità di un’economia del consumo ? » dans Il rinascimento italiano e l’Europa, vol. 3, Produzione e tecniche, sous la dir. de P. Braunstein et L. Molà, Trévise-Costabissara (Vicenza), Cassamarca-Angelo Colla Editore, 2007, p. 35-57.
  • « L’événement et la conjoncture. Hypothèses sur les conditions économiques de la conquête de 1204 » dans 1204, La Normandie entre Capétiens et Plantagenets, sous la dir. de A.-M. Flambard et V. Gazeau, Caen, Publications du CRAHM, 2007, p. 227-238.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 288-290.

Référence électronique

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18691

Haut de page

Auteurs

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Jacques Bottin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals