Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde musulman

Histoire du Maghreb, XIXe-XXe siècles

Alain Messaoudi
p. 309-310

Texte intégral

Alain Messaoudi, professeur agrégé

Savants, artistes, médiateurs : approches et connaissances du Maghreb

1Le séminaire a été consacré cette année à la façon dont les savants européens ont appréhendé le Maghreb, de l’Égypte au Maroc, en centrant cependant les observations sur l’Algérie et la Tunisie. L’organisation des séances a généralement suivi un déroulement chronologique qui a permis de dégager différentes périodes dans cette histoire des savoirs. Nous avons commencé par un point sur l’état des connaissances en France dans les premières années de la conquête de l’Algérie, en présentant quelques figures d’officiers savants, comme l’interprète principal Laurent-Charles Féraud, et en comparant le point de vue qu’ils adoptent à celui de l’artiste Eugène Fromentin. Nous avons aussi abordé la question du transfert des savoirs de l’Égypte vers l’Algérie, entre les années 1830 et les années 1860, en retraçant en particulier le parcours du docteur Perron, directeur de l’école de médecine du Caire puis du collège impérial à Alger. Nous avons aussi mesuré l’importance des savants allemands, comme concurrents sur le terrain ou comme modèles dans l’analyse philologique des textes. Ils annoncent une seconde période où l’approche des sociétés maghrébines prend une tournure scientifique, certains savants restant fidèles à une science des textes respectueuse des traditions (Edmond Fagnan), d’autres travaillant à intégrer l’orientalisme dans les sciences sociales en cours de constitution, au risque d’une position surplombante qui tient à l’écart les « indigènes » ne disposant pas l’outillage conceptuel requis pour y participer (René Basset à la direction de l’école des lettres d’Alger). Cet âge d’or de la science se caractérise par une attention nouvelle portée aux traditions populaires et au folklore qu’on a étudiés à travers les œuvres d’Edmond Doutté (Mission au Maroc : en tribu) et d’Arnold van Gennep (En Algérie), parues à la veille de la Grande Guerre. La production savante de l’école d’Alger a été l’objet de réutilisations politiques, en particulier pour promouvoir un tourisme culturel dont les autorités françaises attendaient qu’il symbolise une politique de valorisation de l’islam par le respect de ses monuments et qu’il enraye un processus de prolétarisation urbain (Tlemcen en est le cas exemplaire). Ces thèmes ont souvent été repris par les savants « indigènes » et reconfigurés dans les projets d’Indépendance nationale. A contrario, le cas de la Société de géographie d’Égypte, dont Emmanuelle Perrin (CHSIM/GREMMO, Lyon) a analysé le Bulletin de sa fondation en 1875 à 1918, met en évidence l’absence d’études systématiques d’un folklore égyptien qui reste en dehors des intérêts croisés des géographes et des militaires fixés sur la conquête impériale du Soudan. On a abordé le temps des contestations du paradigme scientifique positiviste à travers les travaux de religieux français et de savants catholiques engagés (Louis Massignon). Les dernières séances ont été consacrées aux approches contemporaines : après une comparaison des choix muséographiques en matière d’art et d’histoire au Maroc et en France (Francesca de Micheli), la présentation par Katia Boissevain de son travail sur les sanctuaires de la sainte Sayyda Mannûbiya à Tunis a permis de discuter à la fois les conclusions d’une recherche (l’importance de la fonction sociale de la sainte dans l’espace urbain) et ses modes d’enquête.

Publications

  • « The Teaching of Arabic in French Algeria and Contemporary France », French History (Oxford), septembre 2006, 20, p. 297-317.
  • « Associer l’érudition à une approche sensible de l’Orient arabe ? Les saint-simoniens entre Revue de l’Orient et Revue orientale (1843-1865) », dans L’orientalisme des saint-simoniens, sous la dir. de M. Levallois et S. Moussa, Paris, Maisonneuve et Larose, 2006, p. 173-193.
  • « Das Studium des Arabischen an den französichen Universitäten zwischen 1800 und 1950 vor dem Hintergrund der koloniale Expansion », dans Der Orient in akademischer Optik. Beiträge zur Genese einer Wissenchaftsdisziplin, Orientwissenschaftliche Hefte, sous la dir. de L. Hanisch, OWZ Halle (Saale), 2006, p. 133-141.
  • « Les études arabes dans l’université française en contexte colonial (1800-1950) », Ibla (Tunis), 197, janvier 2007, p. 22-40.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Messaoudi, « Histoire du Maghreb, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 309-310.

Référence électronique

Alain Messaoudi, « Histoire du Maghreb, XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18709

Haut de page

Auteur

Alain Messaoudi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals