Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

L’empire et les politiques des langues dans l’empire de Russie et en URSS, 1860-1990

Juliette Cadiot
p. 314-315

Texte intégral

Juliette Cadiot, maître de conférences

1Le séminaire de cette année a prolongé la réflexion de l’an passé sur les formes d’administration des différences ethniques, confessionnelles, régionales dans l’empire de Russie, en URSS et dans les pays issus de l’ex-URSS. En nous penchant plus particulièrement sur les modalités par lesquelles l’État russe et soviétique a tenté de façonner les parlers et les écrits, nous avons mis en évidence une série de cycles historiques visant à organiser le multilinguisme de la population. Que ce soit en imposant la langue russe comme langue dominante, en reconnaissant leurs pleins droits linguistiques aux diverses minorités, en hiérarchisant par une politique juridique et d’allocation des ressources étatiques les langues et les dialectes, les pouvoirs russes et soviétiques n’ont jamais tenté de promouvoir un monolinguisme. Dans le séminaire, à l’aide d’exposés aux cadres chronologiques et géographiques variés, nous avons tenté de construire une histoire sociale des politiques des langues en soulignant combien savoir comment les gens communiquaient est essentiel à notre compréhension de la période. Aussi nous avons lié les problématiques propres aux politiques des langues à d’autres enjeux très contemporains de la recherche historique sur l’empire de Russie et l’URSS. Parallèlement, nous avons soulevé une série de problèmes de méthodologie, notamment quant à l’existence et à la conservation de sources permettant d’attester des régulations sur les langues, mais aussi éclairant les difficultés de communication quotidienne au sein d’institutions aussi essentielles que l’école, l’armée, la justice, la police.

2Visant, au moins à certaines périodes, la production d’un ensemble culturel unifié autour du russe, les régimes impérial et soviétique ont aussi tenté d’organiser, de préserver et de remodeler la grande diversité linguistique de leur espace. Ce séminaire a étudié en détail les processus d’institutionnalisation des langues, en examinant les réactions des sujets russes et des Soviétiques (allant de la résistance à l’appropriation) et la manière dont ces derniers influencèrent les politiques. Nous nous sommes intéressés à la manière dont dans les tribunaux, à l’école, dans les administrations à divers échelons, le multilinguisme a été pris en compte et a été régulé. Nous avons par ailleurs étudié la dimension pratique et symbolique des constructions de langue(s) nationale(s) en interrogeant les utopies que toute tentative de régulation linguistique a pour horizon. Surtout, nous avons montré combien cette étude renvoie à des questions essentielles de l’histoire impériale et soviétique : les constructions nationales et le modèle impérial, l’intégration sociale et territoriale (« des paysans », « des périphéries »), le développement de l’instruction et la course à la modernisation, la constitution d’une sphère publique et d’une société civile, la reconnaissance du droit des peuples, le fonctionnement de la propagande d’État, la place accordée aux nationalismes, russes et non russes. Elle demeure d’actualité aujourd’hui aussi bien dans une Fédération de Russie qui promeut une politique russophone active que dans les anciens pays de l’URSS, dans lesquels la défense de la langue nationale a été un enjeu politique majeur au moment des indépendances. Les exposés ont donc concerné aussi bien la politique de l’État central à divers moments clés, l’implication des savants (ethnographes, linguistes) tant russes que des minorités, la place accordée aux droits linguistiques dans le discours des droits civils, les mesures prises localement pour garantir le bilinguisme ou le multilinguisme dans l’administration, les ambiguïtés des politiques scolaires vis-à-vis des écoles dites nationales, la place symbolique accordée à la défense des langues nationales dans les années 1970, etc. Nous avons plus particulièrement travaillé, en plus de la politique du russe, les cas du tatar, du yiddish, du bachkir, du moldave, du carélien, du géorgien et de l’ukrainien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Juliette Cadiot, « L’empire et les politiques des langues dans l’empire de Russie et en URSS, 1860-1990 », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 314-315.

Référence électronique

Juliette Cadiot, « L’empire et les politiques des langues dans l’empire de Russie et en URSS, 1860-1990 », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18720

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals