Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales

Jacques Chiffoleau
p. 321-323

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jacques Chiffoleau, directeur d’études

1. Piété flamboyante et désenchantement du monde (à Lyon)

1Commencé l’an dernier, en liaison étroite avec l’enquête collective de l’UMR 5648 sur l’économie concrète des couvents des ordres mendiants en Europe à la fin du Moyen Âge (dont les résultats devraient paraître sous la forme d’un livre au début de 2008), le séminaire a tenté cette année de développer une analyse plus spécifiquement économique des pratiques rituelles et des formes dévotionnelles entre le XIIIe et le XVe siècle et surtout des échanges très nombreux induits par la célébration des messes pour les morts pendant ces trois siècles. Cela impliquait, bien entendu, des retours fréquents sur l’histoire théologique, dogmatique et pastorale du sacrement eucharistique lui-même tout au long de cette période. Après une analyse critique de l’historiographie - centrée principalement sur le développement des pratiques mémorielles pendant le Haut Moyen Âge et rendant mal compte de la croissance exponentielle des demandes de suffrages à partir du XIIIe siècle -, nous avons d’abord repris l’analyse de l’économie des messes perpétuelles (chapellenies, anniversaires), fondées le plus souvent sur des rentes, et cela à partir surtout des actes de la pratique (Tadao Inde, maître de conférences à l’Université du Sacré-Cœur de Tokyo, en résidence à Lyon, a présenté par exemple un exposé sur le développement des chapellenies à Avignon au XIIIe et au XIVe siècle). Puis nous avons examiné les demandes de suffrages dans un cadre temporel différent, n’impliquant aucune réitération régulière ou perpétuelle mais en échange d’une somme d’argent déterminée. La question du stipendium missae, du prix des messes, du rôle matériel des messes dans l’économie bénéficiale et plus largement encore dans l’économie ecclésiale, celle de la forme éventuelle du marché auquel elles participent (ou non) nous ont alors retenus. Enfin, nous sommes revenus sur le problème de la valeur spécifique de l’accumulation des suffrages pour les morts et, en partant des analyses de Jacques Le Goff dans sa Naissance du Purgatoire, sur celui de la proportionnalité des peines et des suffrages. Par conséquent, aussi sur celui de leur « calculabilité » potentielle : y a-t-il vraiment, à la fin du Moyen Âge, une « mathématique du salut » ou une « comptabilité de l’au-delà » ? Ont alterné des relectures d’œuvres doctrinales bien connues (Alexandre de Halès, Bonaventure, Thomas d’Aquin) et l’exploration des actes de la pratique témoignant de ces choix dévotionnels marqués par l’évaluation et le calcul (testaments, comptabilités, etc.) mais souvent très difficiles à interpréter. Les premiers résultats de cette enquête sur la quantification des messes et des peines dans l’au-delà ont été présentés lors du colloque « Le Purgatoire. Fortune historique et historiographique d’un dogme », organisé conjointement par l’Université d’Avignon et l’École, à Avignon, du 8 au 10 mars 2007.

2. Procès et procédure, du XIIe au XVe siècle (à Paris)

2Depuis plusieurs années, le séminaire, qui repose sur la participation régulière d’un certain nombre de collègues et de doctorants travaillant dans le même champ d’études, s’est fixé comme tâche principale de décrire les transformations procédurales des derniers siècles du Moyen Âge et d’en mieux comprendre les enjeux politiques, au sens très large du terme (rapports de pouvoir, types de domination, modes de gouvernement). À cet égard, le rôle du droit canonique et des justices d’Église (auxquelles a été consacrée une rencontre à Fanjeaux, en juillet 2006, dont les actes viennent d’être publiés) nous est apparu toujours aussi important, quoique souvent mal évalué par les historiens des justices princières ou urbaines. C’est pourquoi, après l’enquête lancée en 2005-2006 sur les textes ayant constitué peu à peu ce qu’Antoine Dondaine appelait le « manuel de l’inquisiteur » et nos analyses sur la qualification du factum hereticale dans cette littérature normative, nous avons d’abord exploré, à titre quasi expérimental, les pratiques des inquisiteurs franciscains en Provence, Comtat Venaissin et Dauphiné, entre 1260 et 1330. Comparées à celles des Dominicains, elles ont révélé les difficultés spécifiques des Mineurs à exercer cet office, si lié à la plénitude de puissance pontificale, à qualifier et réprimer l’hérésie (notamment vaudoise), puis les déplacements de qualification qu’ils ont opérés en direction des juifs apostats (pour des raisons que l’on a commencé aussi d’éclaircir) et, sous la pression des papes - notamment Jean XXII -, à l’intérieur même de leur ordre, en direction des Spirituels. Sylvain Piron, maître de conférences, grâce à des travaux qui renouvellent nos connaissances sur ce mouvement et sur le rôle qu’y joue Pierre de Jean Olivi, était le mieux placé pour nous présenter à nouveau frais les débats et procédures sur l’usage pauvre, avant et après le concile de Vienne, sur le rôle de Bonagrazia da Bergamo et sur la procédure lancée contre la Lectura super Apocalipsim. David Sbiral, doctorant de l’Université de Brno, en reprenant le dossier ferrarais d’Armanno Pungilupo (entre 1269 et 1302), et Sara McDougall, doctorante de l’Université de Yale, en présentant l’activité de l’officialité de Troyes au XVe siècle, ont aussi enrichi notre approche des justices ecclésiastiques, ordinaires ou d’exception, où l’on peut souvent trouver la matrice des pratiques séculières. Enfin, dans le cadre de notre enquête collective sur les grands procès politiques de la fin du Moyen Âge, qui se poursuit activement et devrait déboucher sur une publication en 2009, plusieurs séances ont été consacrées à des causes majeures : Julien Théry, maître de conférences à l’Université Montpellier-III, est revenu en détail sur une partie des qualifications du procès des templiers pour montrer leur étroite dépendance avec la construction du Royaume comme corps mystique. Sylvain Gougueheim, professeur à l’ENS-Lettres et sciences humaines de Lyon, a présenté le procès pontifical intenté contre l’ordre teutonique à la demande du roi de Pologne (1339), où l’on a vu une frontière construite par une enquête en fama.

Publications

  • Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes d’Occident à la fin du Moyen Âge, sous la dir. F. Bougard, J. Chiffoleau, Cl. Gauvard et A. Zorzi, actes du colloque d’Avignon (29 novembre-1" décembre 2001), Rome, Collection de l’École française de Rome, 2007, 752 p.
  • Avec J. Théry, dir., « Les justices d’Église dans le Midi (XIe-XVe siècles) », Cahiers de Fanjeaux, 42, Toulouse, Privat, 2007, 552 p.
  • Avec Cl. Gauvard, « Conclusions », dans Pratiques sociales..., op. cit., p. 713-729.
  • Avec J. Théry, « Introduction », dans Les justices d’Église. ...op. cit., p. 7-18.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 321-323.

Référence électronique

Jacques Chiffoleau, « Histoire de la religion, du droit et des institutions médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18724

Haut de page

Auteur

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals