Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique et iconographie médiévale

Jérôme Baschet
p. 325-326

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Baschet, maître de conférences

Questions de méthode en iconographie médiévale

1Le séminaire a engagé, cette année, une recherche collective dont l’objectif est d’approfondir, à partir de l’exemple des édifices romans d’Auvergne, l’analyse des rapports entre le décor sculpté et la structuration du lieu ecclésial.

2II a fallu pour cela repartir de questions générales, relatives aux conceptions médiévales de l’espace et surtout au statut de l’édifice-église comme point de polarisation de l’espace social et comme matérialisation de l’Ecclesia, dans sa double acception institutionnelle et communautaire. Plus précisément, l’église peut être considérée comme un référent structuré de l’ordre sociocosmique, qui constitue une forme de réalisation de l’Ecclesia, comme communauté rassemblant les vivants, les morts, les anges et Dieu. Cherchant à formaliser le fonctionnement interne de l’édifice ecclésial (avec ses divisions socioliturgiques), nous avons été conduits à poser qu’il conjoint deux aspects : locus qui polarise l’espace social et draine les flux pèlerins et les obligations rituelles, l’église est elle-même traversée par un ifer, image du cheminement terrestre de l’homme, projeté sur la dynamique axiale de l’édifice. Cette conjonction locus/iter invite à attribuer un statut liminal à l’église, conçue comme « porte du ciel », et pourrait aider à rendre compte de la grande diversité des dispositifs décoratifs, chaque partie de l’édifice étant certes associée à un usage spécifique, mais pouvant être mise en scène de façons différentes selon que l’on insiste variablement sur sa haute valeur comme lieu sacré ou sur son statut transitoire de cheminement.

3S’agissant des églises romanes d’Auvergne, l’approche retenue avait pour principe de saisir la globalité de leur décor, en rejetant la séparation trop fréquemment établie entre les aspects iconographiques et les motifs dits décoratifs. Il s’agissait aussi d’échapper au faux dilemme invitant soit à qualifier la distribution des chapiteaux d’aléatoire, soit à y supposer une cohérence univoque (généralement jugée à l’aune d’une logique trop rigide pour être tenable). Amorcée par Jean-Claude Bonne, à partir de l’exemple d’Orcival, une méthode de cartographie du décor de l’édifice a permis de mettre en évidence des logiques souples de correspondances et des regroupements par zones. De telles zones ne sont jamais homogènes, mais dessinent, dans l’édifice, des secteurs de tonalités différenciées, dont la mise en rapport fait jouer et anime les tensions caractéristiques du lieu ecclésial, sans pour autant les recouvrir strictement. Tout particulièrement intéressé par la prolifération des images de l’animalité et par les figures multiples du rapport homme/animal, Pierre-Olivier Dittmar a prolongé cette démarche dans le cas de Chanteuges. Nous avons ensuite bénéficié de l’intervention de Caroline Roux (Université de Clermont-Ferrand), qui a présenté ses réflexions sur l’arc triomphal comme articulation majeure de l’espace ecclésial, et de Jean Wirth (Université de Genève), qui a amplifié les thèses fortes exposées dans ses ouvrages récents par un exposé consacré à « la romanité de l’église abbatiale de Mozat ». Le débat nous a incité à mettre en œuvre notre méthode cartographique pour cet édifice, faisant ainsi apparaître divers agencements raisonnes, notamment par paires symétriques diversement disposées selon les parties de l’édifice. Surtout, les thèmes caractéristiques d’une romanité assumée ici positivement sont alors apparus inscrits dans une tension avec une positivité d’ordre supérieur, associée aux espaces liturgiquement les plus éminents. La dynamique axiale de l’édifice, et ses expressions dans le décor sculpté (notamment en ce qu’il associe le végétal et l’humain), ont ainsi pu être analysés comme le vecteur d’un dépassement du prestige associé à la romanité et de son englobement dans le sacré chrétien.

4Enfin, le séminaire a bénéficié des interventions de deux collègues invités, Alejandro Garcia Aviles (Université de Murcia), à propos d’« Images vivantes : idolâtrie et hérésie dans la miniature de l’époque d’Alphonse X le Sage », et Simona Boscani (Université de Lugano) sur « Les peintures murales extérieures : une comparaison entre les régions alpines et la Roumanie ».

Publications

  • La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, 3e éd. corrigée et mise à jour, Paris, Flammarion (« Champs »), 2006, 865 p. (et édition brésilienne, Sâo Paulo, Globo, 2006).
  • « Os Modelos da Transição », Signum (Brésil), 8, 2006, p. 9-31.
  • « Les zapatistes : "ventriloquie indienne" ou interactions créatives ? », Problèmes d’Amérique latine, 61-62, 2006, p. 153-170.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 325-326.

Référence électronique

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18727

Haut de page

Auteur

Jérôme Baschet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals