Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle

Stéphane Audoin-Rouzeau
p. 336-337

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études

Lectures historiennes en anthropologie de la guerre

1Au cours de cette année, dans le cadre d’une perspective inchangée d’anthropologie historique du phénomène guerrier, c’est à l’anthropologie de la conflictualité contemporaine – très contemporaine souvent – que nous avons consacré tout le travail du séminaire. Comme les années précédentes, nous entendions porter un regard historien sur des travaux d’anthropologues (et parfois de sociologues) consacrés à la conflictualité récente. Chapitres d’ouvrages collectifs ou articles ont été ainsi mis en discussion, dans un séminaire d’autant plus intéressant qu’il mêlait à part presque égale historiens et anthropologues, ces derniers n’ayant pas été les moins intéressés par la perspective de cette interlocution des disciplines qui a pour objet, rappelons-le, d’examiner les conditions d’une importation des problématiques, des concepts, des protocoles anthropologiques dans l’historiographie du fait guerrier.

2Après avoir commencé l’année par l’analyse d’une longue interview de Wolfgang Sofsky consacrée aux « Formes de la violence. Actes et images », parue en 2004, afin de prendre la mesure des questions – d’ordre éthique notamment – qui peuvent s’attacher à un travail qui fait de la violence extrême son objet, nous avons poursuivi par l’analyse d’un texte de Christopher Taylor, Terreur et sacrifice. Une approche anthropologique du génocide rwandais (Toulouse, Octarès, 2000), afin d’analyser certaines modalités discursives du témoignage de l’anthropologue, lui-même exposé au risque de mort lors des premiers jours du génocide, avant d’analyser son interprétation des ressorts des massacres de 2004.

3Le séminaire s’est ensuite de plus en plus orienté, à travers les travaux étudiés, vers la question de l’agression entre voisins, entre proches : concernant le Rwanda, un témoignage de José Kagabo (« Après le Génocide. Notes de voyage », Les Temps modernes, 583, juillet-août 1995) a été étudié de très près, ainsi que deux articles de Claudine Vidal écrits en 1995 (ibid.) et 2006 (dans Crises extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte, 2006), dans une perspective comparative destinée à analyser l’évolution de l’interprétation chez le chercheur lui-même. Une doctorante de l’École, Hélène Dumas, est venue également exposer son travail de recherche sur les tribunaux gacaca.

4Concernant la guerre dans l’ex-Yougoslavie, un article d’Élisabeth Claverie (« Techniques de la menace », Terrain, 43, septembre 2004) a retenu tout d’abord l’attention, une autre séance ayant été organisée autour de l’auteur venue rendre compte de son cheminement, de son travail sur Medjugorje, et de ses recherches actuelles sur les milices dans la guerre des années 1990. Ce travail a pu être croisé avec celui de Mart Bax (« Barbarlzation in a Bosnian Pilgrimage Center », dans Neighbors at war. Anthropoligical perspectives on Yugoslav ethnicity, culture, and history, Pennsylvania University Press, 2000), afin de mieux saisir la configuration d’une violence non pas inter mais intracommunautaire, elle-même adossée à un rejeu des pratiques anciennes de vandetta.

5La fin de l’année a été consacrée à deux tentatives d’interprétation plus globale : celle proposée par Arjun Appadural (« Dead Certainty. Ethnic violence in the Era of Globalization », dans Genocide : an anthropoligical reader, Oxford, Blackwell, 2002) et celle de Françoise Héritier (« Les matrices de l’intolérance et de la violence », dans De la violence II, Paris, Odile Jacob, 1999).

Publication

  • « Redécouvrir la violence de guerre du XXe siècle ? », dans Les sciences sociales en mutation, sous la dir. de M. Wieviorka, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2007, p. 519-527.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 336-337.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18735

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals