Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard
p. 337-338

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Nathan Wachtel, directeur d’études
Gilles Rivière, Jacques Poloni-Simard, maîtres de conférences

1Dans la perspective croisée de ce séminaire, anthropologie et histoire, nous avons poursuivi l’analyse des processus historiques qui ont conduit, dans les Andes, du pouvoir vertical exercé par les caciques sur leurs groupes de sujets, les ayllus, à l’affirmation des autorités municipales, avec le système de la rotation des charges, religieuses et politiques, dans lequel elles trouvent place. Soit la naissance de la communauté, au XVIIIe siècle, en rapport avec la crise du système caciqual qui précède sa remise en question par les autorités royales, elle-même conséquence de la Grande Rébellion des années 1780-1782. Sur ce thème, David Cahlll, Université de Nouvelle-Galles-du-Sud, a présenté ses travaux sur le groupe des nobles incas du Cuzco au XVIIIe siècle. Héritiers des anciennes panacas, ils furent reconnus comme une noblesse à part entière par la Couronne, avec leurs confréries, leur cabildo et leur place lors de la procession de la Fête-Dieu. Associant des signes identitaires incas et castillans pour se distinguer, ils apparaissent au XVIIIe siècle au sommet de leur gloire, quand se manifestent une renaissance et un millénarisme inca, alors même que la répression de la révolte de Tûpac Amaru va les emporter dans la débâcle postérieure du système caciqual.

2Le centre d’intérêt du séminaire s’est ensuite déplacé sur les quipus, objets faits de cordelettes à nœuds de tailles, formes et couleurs différentes, qui suscitent nombre de spéculations quant à leurs possibilités graphiques, comptables ou mémorielles : un état des recherches actuelles en a été effectué. Frank Salomon, Université du Wisconsin, a présenté les résultats de ses enquêtes ethnographiques à Tupicocha et Rapaz (Sierra de Lima, Pérou) concernant la conservation et l’usage des quipus dans ces communautés. L’apport de ses études est de mettre en évidence l’usage de quipus « patrimoniaux ». Ils sont ainsi, selon les cas, sollicités pour établir le décompte des travaux dus par les membres des ayllus, exhibés au moment de la prise de fonctions des nouvelles autorités annuelles ou honorés dans le cadre des rituels liés à la fertilité de la terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 337-338.

Référence électronique

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18736

Haut de page

Auteurs

Nathan Wachtel

Articles du même auteur

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Jacques Poloni-Simard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals