Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman

Houari Touati
p. 341-343

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Houari Touati, directeur d’études

1Linsertion du Coran dans la vie collective des premiers musulmans a engendré de remarquables modifications socioculturelles dans leur communauté. L’un de ces changements est à l’origine de la constitution à la fin du premier siècle de l’hégire – le VIIe siècle de notre ère – d’un corps de spécialistes dont la tâche a consisté à entourer le Coran (colligé un demi-siècle plus tôt en la forme d’un corpus officiel) de toutes sortes d’intérêts allant de sa mémorisation à son interprétation, en passant par sa transmission dans un cadre scolaire institutionnalisé par eux dans les villes un peu après 650. Ces experts portent nom de qurrâ’.

2Vers l’an 700, le terme qurrâ’, qui recouvre une réalité socioculturelle plus large que ne le laisse penser la philologie, est en passe de céder la place à un nouveau vocable : celui d’ulémas – le nom qui désigne le corps de lettré tirant son statut et sa légitimité du ’ilm, le « savoir islamique » en voie de structuration en différents domaines de connaissance : exégèse coranique, hadith, droit, grammaire, critique poétique.

3Cet aboutissement est la conséquence d’un phénomène historique qui remonte aux deux premières décades de l’islam. Il montre que, derrière le vocable qurrâ’, se profilent différents phénomènes sociologiques. D’abord, les sources traditionnelles parlent de qurrâ’ à propos d’un certain nombre de fidèles de Muhammad morts au combat en défendant sa cause. Ensuite, à la création de la ville-garnison de Basra, elles évoquent le rôle – cette fois-ci politique -joué par un groupe d’activistes auquel est également donné le nom de qurrâ’. Et enfin, elles font copieusement référence, pour ce qui concerne la première guerre civile (651-660), à une catégorie de combattants portant eux aussi le même nom. Dans un cas, il s’est agi d’un groupe de convertis plus zélé que d’autres ; dans un autre, d’un groupe d’activistes politique ; et dans le troisième, d’un parti politico-religieux en voie de constitution – les Kharidjites. Le tableau se complique lorsqu’on sait qu’une quatrième catégorie de protagonistes, puis une cinquième ont ainsi été désignées : ce sont d’une part les premiers ascètes de l’islam, et d’autre part les premiers lettrés coraniques, dont le refus de l’engagement politique et guerrier a résolument orienté vers l’étude – paisible – du Coran.

4Ces multiples significations ont rendu malaisée la compréhension de tous ceux qui prétendaient être des qurrâ’ ou qui ont été qualifiés comme tels par nos sources. La conception orientaliste classique a consisté à en faire des « récitants du Coran ». Le séminaire en a discuté les arguments en particulier à travers les travaux de Martin Hinds. En contraste, une conception révisionniste, développée notamment par M. A. Shaban, a fait dériver leur nom non pas de la racine Q.R. Hamza mais de la racine Q.R.Y. Dans ces conditions, les premiers qurrâ’ n’ont pas été des « récitants du Coran » mais des « villageois » (mais ahl-qurâ veut également dire « citadins »). Cette thèse est peut-être valable pour l’époque du prophète de l’islam. Elle semble néanmoins, et en dépit des efforts de G.H.A. Juynboll, ne pas trouver matière à corroboration pour l’époque de ’Uthmân (le deuxième calife de l’islam et l’« éditeur » du codex coranique officiel dont l’entreprise est, rappelons-le, invoquée comme l’une des raisons pour lesquelles il a été assassiné en 656 par des extrémistes s’affublant comme il se doit du qualificatif de qurrâ’).

5Le séminaire a été l’occasion de développer un point de vue plus nuancé selon lequel le terme qurrâ’a désigné des réalités multiples et toutes ont un lien plus ou moins direct avec le Coran combien même ce dernier – en tant qu’objet d’étude et de réflexion – est resté l’œuvre d’une minorité, à l’exclusion de la majorité qui, pour des raisons politiques et religieuses particulières, s’est réclamée du texte fondateur de l’islam, dans le seul but de légitimer son existence mais aussi de justifier son action en lui donnant un contenu transcendant.

6En mai de cette année, le séminaire a accueilli le professeur Hugh Kennedy de l’Université de Saint-Andrews pour un cycle de conférences sur la transition de la ville antique à la ville islamique. Par ailleurs, du 24 mai au 1er juin 2007, le responsable du séminaire a animé l’atelier doctoral de l’IFEAD de Damas. De même qu’il a donné cours à la Faculté de sciences sociales de l’Université de Mostaganem (Algérie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houari Touati, « Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 341-343.

Référence électronique

Houari Touati, « Histoire et anthropologie de la culture lettrée du Moyen Âge musulman », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18739

Haut de page

Auteur

Houari Touati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals