Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Langues, cultures et arts, la question du relativisme

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel
p. 359-360

Texte intégral

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, directeurs d’études

1La complémentarité de ce séminaire avec celui dit « propre » de l’un d’entre nous (« Figures perdues, figures retrouvées du primitivisme, suite ») s’est accentuée cette année, dans la mesure où notre propos s’est plus que jamais centré sur la spécificité de l’Amérique, et en retour sur la façon dont l’anthropologie et la linguistique ont, depuis deux siècles environ, perçu, ou non cette altérité radicale. Il en ressort que les discussions concernant la constitution d’une tradition américaine en contraste relatif avec une tradition européenne - résumées dans le compte rendu précédent - ont pris alors une dimension supplémentaire en intégrant la question linguistique. Il apparaît en effet que les anthropologues et linguistes américains, peut-être tributaires en cela de leur propre formation intellectuelle très liée à l’étude de la Bible, ont d’emblée donné une importance considérable à la notion de texte et plus généralement à l’étude des langues dans leur contexte. En bref, nous avons étroitement noué les problématiques de nos deux séminaires sur ces thèmes. Cette partie de notre enseignement nous a permis d’évoquer la dynamique très particulière de la recherche américaine sur la diversité des langues amérindiennes, qui va d’un mouvement de consolidation d’un nombre réduit de familles linguistiques (Gallatin, Powell, Boas, Sapir, Voegelin) à un mouvement inverse de remise en cause des travaux antérieurs, autrement dit de déconstruction, sans pour autant qu’il y ait proposition d’un modèle alternatif de différentiation (Campbell, Mithun, Goddard).

2Reprenant notre travail de comparaison entre l’ojibwa et le dakota, nous avons tenté de proposer un tel modèle, à savoir celui d’une transformationnalité des langues amérindiennes, parallèle à celles des mythes du Nouveau Monde, révélée par Lévi-Strauss dans les Mythologiques. Nous avons également commencé à élargir le spectre de la démonstration en introduisant dans la discussion le phénomène de la multiplication des pronominaux en iroquois ou encore celui de la neutralisation relative de l’opposition nom/verbe en salish. Dans un cas, on assiste à une sorte d’emballement du principe algonquin qui met l’accent sur la personne en tant qu’auditeur, dans l’autre une maximalisation de cette même personne comme entité ontologique potentiellement coextensive au monde (donc englobant littéralement le faire et le subir dans l’être).

3Deux conférences, données dans le cadre du séminaire par deux professeurs de l’Université de l’Indiana à Bloomington, ont permis de poursuivre et d’amplifier la discussion. Celle de Douglas Parks portait sur le pawnee, langue caddo caractérisée par un système de préfixes et de suffixes d’une extension exceptionnelle (plus d’une vingtaine de positions sont en effet possibles !), ce qui suggère une transformation par rapport au système polysynthétique en général que l’on considère être, depuis Humboldt, la principale caractéristique commune des langues amérindiennes. La conférence de Raymond DeMallie était consacrée aux fameux winter-counts des Sioux. L’orateur constata en conclusion que, bien que ces œuvres aient en apparence pour fonction de retracer le passé, aucune d’entre elles ne retient les mêmes événements comme marquants. Dans la passionnante discussion qui s’en est suivie, nous avons été portés à conclure que le winter-count parle non pas d’une chronologie en soi, telle celle de l’historien, mais des relations passées du corps de chaque individu, ce qui renvoie effectivement à cette ontologie particulière de la personne sioux que nous avions décrite sous le terme de diexis. Enfin, Thomas Beaufils, de l’Université de Marc-Bloch à Strasbourg, spécialiste de l’école anthropologique néerlandaise, est intervenu sur Josselin de Jong en portrait de nord-américaniste (on s’est souvenu en effet que le célèbre anthropologue fut l’élève d’Uhlenbeck et que ses premiers textes publiés traitaient des Blackfeet et des Ojibwa). Enfin, les trois dernières séances des deux séminaires confondus ont été consacrées aux travaux des étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, « Langues, cultures et arts, la question du relativisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 359-360.

Référence électronique

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, « Langues, cultures et arts, la question du relativisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18751

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Désveaux

Articles du même auteur

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals