Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes

Agnès Fine et Sylvie Sagnes
p. 365-367

Texte intégral

Agnès Fine, directrice d’études
Sylvie Sagnes, chargée de recherches au CNRS

La socialisation masculine. Transmissions et apprentissages entre père et fils, entre père et fils électifs.

1Poursuivant notre réflexion sur les formes, les modalités et le contenu de la socialisation masculine, nous nous sommes interrogés sur les apprentissages de l’enfance gouvernés par les pères de sang et/ou les pères électifs, en abordant la question par la fiction. L’analyse de deux nouvelles de romanciers américains contemporains, « Le défenseur » de Russell Banks et « Les grillons » de Robert Olen Butler, s’est révélée une riche voie d’accès sur les transmissions liées à l’apprentissage d’un sport et d’un jeu. Avec l’adolescence, les « autruis significatifs » excèdent la sphère familiale et s’incarnent souvent dans la figure de pères électifs. Nous avons analysé les relations entre I-Man et Bone, l’adolescent du roman éponyme de R. Banks (Rule of the Bone) que nous avions étudié les années précédentes. Quelles sont les conditions sociales qui, dans le roman, font de cet ouvrier noir jamaïcain le « maître de vie » du jeune adolescent à la dérive ? Que transmet-il et comment ? Plus généralement, quelle est la place des mentors dans les romans d’apprentissage depuis le XIXe siècle ? Qu’apprennent-ils aux jeunes gens qu’ils prennent sous leur aile ? Quels sont les points communs entre ces personnages et les parrains ?

2Cette interrogation a été l’occasion de comparer le statut des parrains dans la société chrétienne passée et contemporaine (Agnès Fine) à celui des parrains d’initiation évoqués par les ethnologues africanistes. Aurélie Troy, doctorante, a exposé le rôle respectif des parrains d’initiation et des pères chez les Sereer du Sénégal. Nous avons également évoqué les rôles respectifs des pères et des pères électifs dans les configurations familiales actuelles, avec Flavio Tarnovski, doctorant, à propos des familles homoparentales en France et au Brésil. Plusieurs autres exposés ont analysé les transmissions entre pères, pères électifs et fils dans les œuvres de fiction médiévales (exposé d’Agnès Echène sur le Conte du Graal de Chrétien de Troyes, de Sophie Albert sur le roman Guiron le Courtois) et dans les œuvres contemporaines (Anne-Marie Ricard sur les romans de Russell Banks).

3Puis nous avons poursuivi notre réflexion en interrogeant les parentés artistiques et intellectuelles incarnées dans la relation maître/disciple. L’analyse de dossiers, très différents les uns des autres, nous a permis de saisir la richesse d’un champ encore peu exploré sur lequel nous poursuivrons cette année nos recherches.

4Parentés artistiques tout d’abord. Sylvie Sagnes a présenté le numéro de Romantisme consacré aux relations maître/disciple chez quelques écrivains français du XIXe siècle. Marie Baltazar, doctorante, a évoqué le monde des musiciens organistes qui se présentent à elle en racontant les « rencontres » ayant jalonné leur formation. Il s’agit de s’inscrire dans un réseau de filiation, de se créer une parenté qui, par l’évocation de ses membres, fonctionne comme le passeport de sa propre identité d’organiste. À quoi correspondent ces « familles » d’organistes, qui généralement se dotent d’un grand ancêtre commun, Jean-Sébastien Bach ? Elle analyse actuellement le rôle assigné à cette figure mythique. Christiane Klapisch-Zuber nous a plongé dans le monde de la peinture, avec son analyse des Vies des artistes illustres de Giorgio Vasari (1550 et 1568) offrant une reconstruction des héritages et des filiations artistiques qui deviendra la démarche fondatrice de l’histoire de l’art. Elle s’est attachée à analyser la transmission du nom personnel d’un artiste à son disciple qui le reprend en guise de patronyme. Les filiations qui en résultent permettent à Vasari de mettre en lumière des généalogies cachées, qui lui paraissent plus convaincantes que les réelles.

5Quittant le domaine des arts, nous avons abordé la relation maître-disciple dans l’artisanat. Nicolas Adell-Gombert, auteur d’une thèse d’anthropologie sur le compagnonnage, s’est attaché à présenter la mise en place des réseaux complexes de filiations électives par lesquels s’opère la transmission des différents métiers de compagnons. Samuel Julhe, auteur d’une thèse de sociologie sur les arts martiaux japonais en France, a attiré notre attention sur les conditions sociales nécessaires pour faire d’un simple enseignant un maître. Christine Mennesson, maître de conférence en sociologie, a traité, quant à elle, de la teneur complexe des relations entre entraîneur et sportives de haut niveau, où les rapports maître/disciple se combinent avec des rapports sociaux de sexe.

6Les autobiographies des artistes ou intellectuels en formation sont une source précieuse pour notre propos. Sylvie Sagnes a analysé celle de Fabienne Verdier, La passagère du silence, dans laquelle l’artiste fait le récit de son séjour en Chine pour apprendre la peinture, puis la calligraphie auprès de vieux maîtres dont elle devient la disciple. Quant à Noël Coye, historien, il a analysé la généalogie de l’abbé Breuil telle que celui-ci la présente dans son autobiographie comme dans la mise en forme de ses archives personnelles : le préhistorien fait converger histoire de l’archéologie préhistorique et genèse de son œuvre. Enfin, Miriam Grossi, professeur d’anthropologie à Florianopolis (Brésil), a présenté le film qu’elle venait de terminer sur l’ethnologue Germaine Tillion à l’occasion des festivités organisées pour l’anniversaire des 100 ans de cette dernière. Elle a rappelé les rapports de l’ethnologue avec son maître Marcel Mauss et les pistes à suivre pour étudier l’histoire des filiations Intellectuelles des « grandes dames » de l’anthropologie française.

Publications

  • « Les fratries en Europe. Aperçu sur quelques orientations de recherche en anthropologie », dans Les fratries. Une démographie sociale de la germanité, sous la dir. de M. Oris, G. Brunet, E. Widmer et A. Alain Bideau, Bern, Peter Lang, 2006, p. 47-78.
  • Avec M. Dubesset, dir., « Musiciennes », Clio, Histoire, femmes et sociétés, 25, 2007.
  • « Éditorial », ibid., Clio, Histoire, femmes et sociétés, p. 9-25.
  • « Le parrain, son filleul, l’ici-bas et l’au-delà dans la société chrétienne », dans La mort et les au-delàs, Bulletin of death and life studies, vol. 3, 21st Century COE Program DALS, Graduate School of Humanities and Sociology, The University of Tokyo, 2007, p. 173-180.
  • « Qu’est-ce qu’un parent ? Pluriparentalités, genre et systèmes de filiation dans les sociétés occidentales », dans Familles et parentalité : rôles et fonction entre tradition et modernité, sous la dir. de M. Latchoumanin et T. Malbert, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 21-40.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine et Sylvie Sagnes, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 365-367.

Référence électronique

Agnès Fine et Sylvie Sagnes, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18755

Haut de page

Auteurs

Agnès Fine

Articles du même auteur

Sylvie Sagnes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals