Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques contemporaines

Michel Tibon-Cornillot
p. 375-376

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

La numérisation générale et son avatar biométrique. 1re partie : le panoptique universel

1Nous avons introduit le concept de biométrie en nous référant à une définition simple qui la décrit comme « l’ensemble des processus qui consistent à transformer les caractéristiques physiques d’une personne (iris ou rétine, voix, empreintes digitales, forme de la main ou du visage) en une empreinte numérique ». Cette expression « empreinte numérique » permet de distinguer l’ancienne anthropométrie de la biométrie contemporaine, dont l’existence s’appuie sur sa matrice fondamentale, la cohorte immense du milliard d’ordinateurs actuel (Computer Industry Almanac, 2006), chiffre impressionnant si l’on considère que la mise en place de ce maillage s’est faite en une trentaine d’années. La biométrie rejoint alors les systèmes parents numérisés, ceux des systèmes de télésurveillance, de télécommunication, de santé, etc., c’est-à-dire, tous les maillages et/ou réseaux pouvant être numérisés et mis en interconnexions avec d’autres dossiers et fichiers au sein des ordinateurs et des systèmes d’ordinateurs. En ce sens, les procédures biométriques ne constituent pas un domaine autonome mais sont autant d’émanations, de projections des traitements informatiques-numériques automatisés. C’est précisément la raison pour laquelle nous avons inséré dans l’intitulé de ce séminaire le concept « d’avatar biométrique », marquant par là le peu de consistance « ontologique » de ce domaine.

2Dans les séances suivantes, nous avons montré aux étudiants que la reconnaissance de cette proximité immédiate unissant l’efficacité croissante des procédures biométriques et le développement indéfini des performances numériques des ordinateurs faisait surgir des questions incontournables. L’une d’entre elles surplombe l’ensemble des développements de la biométrie appliquée aux organismes humains en ce qu’elle concerne l’engagement « ontologique » des procédures informatiques-numériques dans le projet d’identification identitaire de tous les objets et de tous les organismes du monde.

3Nous leur avons présenté en détail ces horizons stratégiques de la « numérisation générale » automatisée qui concernent l’immense projet du « panopticon » universel et de son corollaire, les premières réalisations ubiquistes. Cet extraordinaire projet vise l’assignation de tout ce qui existe, tous les objets, tous les organismes, la terre entière et tout ce qu’elle contient, à des signes et des structures mathématiques.

4Par-delà les performances actuelles de l’Internet des signes, sons et images, s’est mis en place un autre projet, celui de l’Internet des objets et des organismes vivants. Dans ces nouveaux types de réseaux Internet, il s’agit en premier lieu de rassembler et repérer tous les objets et organismes vivants du monde « réel » qui, un par un, se voient attribuer d’une part une adresse ID spécifique à chacun d’entre, eux et qui ont d’autre part vocation à supporter, dans le monde des choses et des êtres, des étiquettes, de type puce RFID (Radio Frequency IDentification) par exemple. C’est au prix de cette convergence entre le destin « réel » de chaque objet, de chaque organisme et de la trace Informatisée de chacun d’entre eux dans l’ensemble des ordinateurs interconnectés que se situe la nouvelle manifestation de la puissance numérisante ; c’est aussi dans ce contexte que s’interprète le concept d’ubiquité, ce statut où la trace de l’objet « réel » se retrouve simultanément sur les écrans de nombreux ordinateurs. Le développement de nouveaux codes par des entreprises japonaises au sein de « l’ubiquitous ID center » permet d’envisager la mise au point d’un étiquetage universel.

5Dans les dernières séances, nous avons rappelé aux auditeurs que la mise en place de l’Internet de tous les organismes et de tous les objets suppose une ontologie unifiée selon laquelle l’émission de chacune des entités, qu’elle soit minérale, animale, végétale et aussi humaine, a exactement la même valeur et apparaît sur un récepteur comme une trace électronique de valeur égale. La dématérialisation réduite par le collage d’une puce RFID s’accompagne d’une réduction radicale de toute hiérarchisation qualitative, ce qui est très précisément un des effets majeurs de la numérisation des phénomènes du monde. Entre la trace informatique d’une bouteille d’eau minérale et/ou celle d’un corps humain et sa description, il n’y a aucune différence essentielle. C’est pourquoi le cloisonnement, la mise en place de contre-feux, ou toutes autres tentatives pour contenir l’érosion identitaire mise en place dans les procédures biométriques, me paraissent des tentatives vouées à l’échec face à un projet aussi « prodigieux » dont les sources sont à l’évidence religieuses et mystiques.

6C’est aussi au cours de ces séances que nous avons voulu faire apparaître un dernier point essentiel, celui de la reconstruction du « monde réel ». Il constitue l’autre versant du panoptique universel, sans lequel ce projet ne pourrait exister. Le « panopticon » ne peut advenir qu’au sein de sociétés préalablement transformées de façon que soient introduits en leur sein des phénomènes « rationalisés, formatés », formant ainsi de nouveaux territoires prêts à recevoir la bonne nouvelle des progrès de la numérisation.

7Lors de la dernière réunion, nous avons esquissé les grandes lignes des développements de l’an prochain. Ils porteront sur le statut des ordinateurs et de leur destin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 375-376.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18760

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals