Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces politiques

p. 382-383

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, directeur d’études

Logiques ethniques et formes politiques : exemples du Sud-Est européen

1Depuis le XIXe siècle, l’ethnicité constitue, avec l’érection des nationalités, le principe politique censé organiser l’espace européen. En ouverture du séminaire, une évocation du foisonnement ethnonymique dans les Balkans nous a permis d’illustrer pratiquement l’aporie théorique à laquelle se heurte la définition anthropologique de l’ethnie. Cette aporie est à mettre en rapport avec les contradictions engendrées, notamment en Europe du Sud-est, par l’application d’un principe fondé sur une ethnicité essentialisée. Plusieurs séances ont été consacrées au cas paradigmatique de la Macédoine, de la fin du XIXe siècle au début du XXIe. Nous avons vu comment les « grandes puissances », négligeant le modèle de l’éphémère République de Krusevo née de l’insurrection d’Ilinden, avaient privilégié une logique essentialiste et conservatrice en décidant du partage de 1913. Nous avons vu comment, en réaction, une nationalité macédonienne s’était progressivement affirmée dans le cadre du royaume de Yougoslavie et avait été consacrée dans le cadre fédéral de la Yougoslavie socialiste. Et nous avons vu comment l’actuelle République de Macédoine, impuissante à valoriser le modèle de Krusevo à l’encontre de la conception ethnonationale, était réduite à une existence d’État virtuel sous l’égide d’une « communauté internationale » promouvant l’ethnicité au motif du droit des minorités.

2Une autre partie du séminaire a été consacrée aux deux grandes populations de tradition nomade dans les Balkans, les Valaques (Aroumains) et les Saracatsans. Si le pastoralisme nomade (ou semi-nomade) ressortit désormais au passé, il reste une référence identitaire essentielle. Il n’assure cependant plus la solidité des frontières ethniques et, face à cette situation, les uns et les autres mettent en œuvre des stratégies différentes dans la recherche ou l’élaboration de marqueurs efficaces. Les Aroumains cherchent ainsi le salut dans un travail de sauvegarde culturelle et linguistique, alors que la pratique des Karakatchani (Saracatsans de Bulgarie) se situe délibérément dans le registre politico-administratif. Mais, dans tous les cas, l’ethnicisme apparaît marqué au coin de l’opportunité politique et économique, dans ses applications infra aussi bien que transnationales.

Espaces et pouvoirs : phénomènes de transition (avec André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS et Boris Pétric, chargé de recherche au CNRS)

3Le cas des Bouriates d’Aga (Sibérie orientale), l’un des « terrains » de ce volet du séminaire, a pu être mis en écho avec celui des Valaques et Saracatsans des Balkans, dans la mesure où les uns et les autres ont au cours des dernières décennies vécu une double transition, du nomadisme à la sédentarité et du socialisme au capitalisme (voire du capitalisme au socialisme, et retour). Au-delà des différences apparaissent un certain nombre de points communs, notamment la position dominante et centrale que ces populations ex-nomades tendent à occuper par rapport à la société englobante.

4Une autre situation de transition a été étudiée, celle du Kirghizstan, qui a fait l’objet de plusieurs séances animées par Boris Pétrie. La place particulièrement importante prise dans ce pays par les institutions internationales et surtout par les ONG a fourni l’occasion d’une réflexion plus générale sur le mode d’intervention de ces organisations et sur leurs rapports avec les acteurs locaux. Cette réflexion a été enrichie par les contributions de deux invités, Steven Sampson (Université de Lund), qui s’est interrogé sur la possibilité et les conditions d’une anthropologie des ONG, et Ibrahima Sall, qui a analysé la dimension internationale des associations fulbe. Concernant le Kirghizstan, le professeur Asankanov, de l’Université Arabaev (Bichkek), a par ailleurs permis de mettre en contexte les informations relatives au système politique et aux organisations internationales, en présentant un exposé sur l’identification religieuse des Kirghizes. Enfin, en guise de retour sur un terrain africain souvent évoqué dans ce séminaire au cours des dernières années, Bettina Haasen a présenté son film La tente de l’inconnue, qui montre la préparation du mariage – et la préparation de la mariée – chez les pasteurs touaregs.

Publication

  • Avec B. Pétric, « La construction de la démocratie sous l’égide des organisations internationales. Le cas du Kirghizstan » dans Cultures et pratiques participatives. Perspectives comparatives, sous la dir. de Catherine Neveu, Paris, L’Harmattan (« Logiques politiques »), 2007, p. 193-211.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 382-383.

Référence électronique

« Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18765

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals