Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Atelier « Actualité de l’anthropologie »

Alban Bensa, François Pouillon, Jean Schmitz, Élisabeth Allès et Thierry Bonnot
p. 391-393

Texte intégral

Alban Bensa et François Pouillon, directeurs d’études
Jean Schmitz, directeur de recherche à l’IRD
Élisabeth Allès et Thierry Bonnot, chargés de recherche au CNRS

1Dans cet atelier, où l’on se soucie d’associer largement les étudiants aux débats actuels de l’anthropologie, à partir de l’actualité éditoriale et de l’actualité tout court, nous avons continué, pour la troisième année, à proposer une démarche d’anthropologie critique (sous-titre de l’ouvrage d’Alban Bensa, La fin de l’exotisme (Anacharsis, 2006), qui s’est organisée cette année autour de plusieurs axes.

2Placé sous le signe de Max Weber et de son ouvrage éponyme, inventé par Raymond Aron, Le savant et le politique, nous avons fait un inventaire des traductions (et des lectures) disponibles aujourd’hui qui remettent en cause les idées les mieux installées sur ce père fondateur de la sociologie contemporaine. Ce cycle a commencé par la présentation par Isabelle Kalinowski (CNRS) de sa traduction du texte (intitulé désormais La Science, profession et vocation, Agone, 2005) où elle remet en cause la notion de « neutralité axiologique » (Wertfreiheit) de Julien Freud. Dans le registre des aires culturelles, Joël Thoraval a analysé Confucianisme et Taoïsme (Gallimard, 2000) en fonction de la place du confucianisme dans l’histoire récente chinoise ; Roland Lardinois (CNRS) a mis en évidence les réticences de l’Indianisme français (en la personne de Louis Dumont) à traduire Hindouisme et bouddhisme (Flammarion, 2003), œuvre majeure de Weber sur le système des castes.

3La publication de la traduction de l’ouvrage de Johannes Fabian Le temps et les autres (Anacharsis, 2006), fut l’occasion d’une série de conférences à Paris, où il s’est prêté à un retour réflexif sur la postérité de la notion de déni de cotem-poralité (coevalness) en anthropologie. Ce rapport au temps, et aux Autres, fut au centre de plusieurs controverses : celle, ancienne, d’Edward Saïd et de son Orientalism (1978) revisité par l’histoire des sciences la plus récente, notamment par Kapil Raj (EHESS) qui, dans Relocating modem science (Palgrave-Macmillan, 2006), insiste sur la coproduction des savoirs dans une perspective subalterniste modérée ; celle, actuelle, sur le postcolonialisme présentée par Emmanuelle Sibeud (Université Paris-VIII et Institut de France) ; celle encore, sur la concurrence des victimes de l’esclavage, du colonialisme, de la Shoah, etc. par Emmanuel Terray, qui a présenté son livre, Face aux abus de mémoire (Actes Sud, 2006). Dans cette ligne, Mariam Abu Zahab (INaLCO) s’est interrogée sur les événements du 11 septembre comme rupture d’intelligibilité à travers l’exemple des martyrs du Pakistan dans Figure d’Islam après le 11 septembre (Karthala, 2006) et Alban Bensa a présenté le dossier des relations houleuses entre relativisme et universalisme en anthropologie à partir d’une lecture de quelques passages de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme (1948).

4Un troisième axe de travail a pris pour objet la fabrication des musées et des patrimoines, à partir de la réflexion de Camille Mazé sur la réorganisation des musées ethnographiques nationaux, en France aussi bien qu’en Allemagne, et leur transformation en musée d’anthropologie européenne où la figure du paysan, icône du peuple et de la nation fait place à celle de l’Immigré. La controverse autour du musée du quai Branly permettait de souligner à nouveau un déni de cotemporalité assumé avec la vue esthétique qui pratique la « mise hors du temps » et valorise l’anachronisme. Poursuivant la démarche de Fabian, Bogumil Jewsiewicki (Université Laval) a montré, à partir de l’exemple de Lubumbashi dans un Congo marqué par une épuration ethnique récente, comment transformer un musée en lieu d’appropriation interactive du patrimoine et de la mémoire.

5Un autre axe s’est attaché au croisement d’une ethnographie multisite qui se combine ou s’adosse à des travaux historiques dans trois aires culturelles : L’Afrique des Soninké à partir de l’œuvre de l’historien François Manchuelle (1997-2004) ; la diaspora des Sindhis à partir des travaux de Claude Markowitz (2002) et de Mark Antony Falzon (2006) ; enfin des Hazaras d’Afghanistan qui nous avait été présenté par Alessandro Monsutti (Université de Neuchâtel). Poursuivant le débat sur les violences des banlieues des années précédentes où étaient intervenus Stéphane Beaud et Hughes Lagrange, la pertinence de la notion de ghetto a été critiquée à partir des travaux de Loïc Wacquant (Parias urbains, 2006) et de Robert Castel. Plus largement, le déni de la discrimination raciale dans les sciences sociales a été également analysé par Éric et Didier Fassin, les auteurs de De la question sociale à la question raciale (La Découverte, 2006).

6Pour terminer, une séance a été consacrée aux images, à propos de la mise en scène des reportages sur la guerre d’Irak et, dans la perspective ouverte par Louis Marin, à partir des usages du portrait du chef Ataï par le mouvement nationaliste kanak de Nouvelle-Calédonie (Amanda Jane Macdonald, Université de Melbourne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alban Bensa, François Pouillon, Jean Schmitz, Élisabeth Allès et Thierry Bonnot, « Atelier « Actualité de l’anthropologie » », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 391-393.

Référence électronique

Alban Bensa, François Pouillon, Jean Schmitz, Élisabeth Allès et Thierry Bonnot, « Atelier « Actualité de l’anthropologie » », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18772

Haut de page

Auteurs

Alban Bensa

Articles du même auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Jean Schmitz

Articles du même auteur

Élisabeth Allès

Articles du même auteur

Thierry Bonnot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals