Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien

Jean-Claude Galey
p. 401-402

Texte intégral

Jean-Claude Galey, directeur d’études

Protection, solidarités et dépendance : dynamiques locales d’un imaginaire social

1La réflexion s’est déroulée en trois étapes, toutes consacrées à l’analyse des déplacements, des reformulations et des continuités d’un système de castes à configurations multiples fort éloigné des réformismes officiels comme des nomologies culturelles que lui assignent ses revivalismes religieux. La première s’est attachée au thème des égalités distribuées par une politique de réservations et de discrimination positive circonscrivant ses effets à la démocratisation d’une société introuvable. La deuxième a consacré son attention sur le rapport de l’autorité et de l’espace, pour y montrer comment les emprises locales travaillent un espace social où les aires de maîtrise territoriale des dominants et les solidarités réglées par les unités de culte commandent encore des relations ordonnées autour des clientélismes de la dette, des tenures et de la parenté. Point de vue inverse et situationnellement différent des effets introduits par la bureaucratie et par les élections. Nous les avons tous deux plaidés à la lumière de travaux universitaires récents, croisés chaque fois par des témoignages moins académiques et par un matériel ethnographique original. La troisième, enfin, a développé les thèmes de l’infortune, de la maladie, de la sorcellerie et des rancunes en les étendant plus largement aux questions que soulèvent les communautés villageoises lorsqu’elles interrogent l’événement. Plusieurs études de cas, empruntées à la littérature et au terrain ont révélé l’importance et la spécificité de ce que révèlent ces « consultations de causalité », tant par les spécialistes et les savoir-faire qu’elles impliquent que par le traitement et les interprétations qu’elles reçoivent, les décisions s’inscrivant invariablement dans une cosmologie commune mobilisant à la fois la royauté et les dieux pour ordonner des inégalités solidaires et socialement recherchées. Ces trois moments ont ensuite engagé la discussion sur l’agencement de ces différentes configurations relationnelles et Institutionnelles. Nous y avons marqué l’importance du contexte, la part prépondérante de la relativisation, la mise en perspective de situations conflictuelles par l’arbitrage, le caractère encore abstrait de l’uniformisation des conditions, la préférence personnalisée sur les relations formelles et anonymes. Tout cela conduisait à repérer et reconnaître la présence d’un même imaginaire, travaillé et incarné chaque fois sous des formes locales singulières. L’année s’est donc conclue par une discussion de ce concept d’imaginaire, mettant à contribution la réflexion que lui avaient consacré C. Castoriadis et J.-F. Billeter, pour l’opposer aux « imaginations » et aux « images » qu’E. Hobsbawm et B. Anderson cherchaient à lui assigner dans leurs analyses du discours nationaliste. Nous nous sommes alors efforcés de le reconnaître ici comme le lieu même, de niveau supérieur et non révocable, où la société cherche le complément nécessaire à son ordre et tient sa capacité à lui donner forme, plutôt que cette faculté qu’elle aurait au contraire, comme l’ont les idéologies, de se soustraire à l’expérience et au réel.

2Le séminaire a en outre entendu plusieurs exposés de conférenciers extérieurs : le professeur G. Obeyesekere (Princeton) sur le jeûne et les formes culturelles d’anorexie au Moyen Âge et à Ceylan ; S. Ramaswami (Ann Arbor) sur l’image maternelle et la figure du martyr dans l’iconographie nationaliste ; R. Freeman (Ann Arbor) sur les cérémonies du Teyyam au Kérala ; G. de Graverai sur la relation Caste-Tribu dans le royaume de Jaipur.

3J’ai participé aux enseignements collectifs du master en en dirigeant la mention Asie. À l’invitation du conseil norvégien de la recherche, j’ai prononcé une série de conférences à Bergen et Oslo et suis intervenu dans plusieurs ateliers, à l’École des beaux-arts, au musée de l’Homme, aux Universités d’Heidelberg et d’Agadir, dans différents séminaires de l’École et dans le colloque organisé par Claude Calame sur l’individu.

Publication

  • « L’Inde démocratique dans un imaginaire de caste. La jaune et la rouge », Revue de l’École polytechnique, 624, avril 2007, p. 30-32.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 401-402.

Référence électronique

Jean-Claude Galey, « Anthropologie sociale de l’Inde et du monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18779

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Galey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals