Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Traditions iconographiques et mémoire sociale

Carlo Severi, Giovanni Careri et Denis Vidal
p. 415-416

Texte intégral

Carlo Severi, directeur d’études
Giovanni Careri, maître de conférences
Denis Vidal, directeur de recherche à l’IRD

1Cette année, le séminaire a suivi deux itinéraires parallèles. D’une part, on a continué à approfondir l’idée d’image en tant que support d’anthropomorphisme. D’autre part, on a commencé à regrouper les conditions et les perspectives d’une approche anthropologique de la tradition occidentale. Denis Vidal a présenté une contribution sur l’histoire et le mode de fonctionnement du musée de Mme Tussaud à Londres, qui a permis notamment de mettre à jour un certain nombre de relations implicites à l’image, qui en orientent la perception. Dans une perspective similaire, Carlo Severi a développé le concept d’opération mentale implicite à l’objet, en présentant, en deux séances, une critique de la théorie de l’attribution de subjectivité due à Alfred Gell, et une série d’analyses consacrées à l’idée warburghienne d’« espace de pensée » (Denkraum).

2Une série de séminaires, présentés par Jean-Claude Schmitt, Jérôme Baschet, Claude Imbert, Svetlana Alpers et Joitindra Jain ont ensuite permis d’analyser à quelles conditions un langage commun aux anthropologues et aux historiens de l’art peut s’établir. On rappellera ici les deux interventions, de Jérôme Baschet et de Jean-Claude Schmitt, consacrées à l’iconographie médiévale. Jean-Claude Schmitt a centré son attention sur les représentations visuelles du temps, en montrant comment l’analyse des images peut éclairer bien des aspects de la vie d’une société (liées notamment à la biographie), que les sources écrites ne permettent pas toujours de saisir. Après avoir esquissé le système des représentations médiévales de la parenté, qui différencie et hiérarchise parenté charnelle, parenté spirituelle et parenté divine, Jérôme Baschet a de son côté montré que l’image du sein d’Abraham – principal mode de figuration de l’idéal paradisiaque, entre le XIe et le XIIIe siècle – faisait jouer ensemble ces trois niveaux, en convoquant une figure de l’Ancêtre, en déplaçant sa paternité sur le plan spirituel et en faisant de lui un substitut tout à la fois de Dieu le Père et de la Mère-Église.

3Lors de ses contributions au séminaire, Giovanni Careri a proposé deux opérations : la première a été d’exposer une des plus connues des œuvres d’art occidentales – la chapelle Sixtine – à quelques questions fondamentales de l’anthropologie : la constitution d’un espace rituel, la captation du prestige d’une culture autre, le rôle qui y joue l’idéologie de la parenté. La seconde a été de voir comment le déplacement ainsi produit permet de revenir à l’analyse des pratiques rituelles avec des nouvelles hypothèses. Comme cela est le cas dans un nombre important d’actions rituelles, une partie des dispositifs mis en place sont destinés à placer l’officiant dans la position idoine à accomplir le rite. Dans la chapelle Sixtine, au cœur du Vatican, le pape est choisi par le Saint-Esprit à travers le vote des cardinaux. Une fois nommé, le pontife représente le Christ en terre, l’espace rituel de la chapelle doit lui assigner et réserver cette fonction. On peut considérer le pape comme le dernier d’une série de « héros fondateurs » tous représentés dans les histoires peintes dans la chapelle Sixtine : le premier homme, celui qui a reçu la loi divine, le fils de Dieu, nouvel Adam et nouveau Moïse. Giovanni Careri a ensuite abordé les questions qui surgissent d’une apparente incongruité dans le déploiement du dispositif de légitimation dans le cycle des Ancêtres du Christ La structure d’inclusion exclusive qui résulte de l’analyse de cette incongruité a ensuite été mise l’épreuve de l’analyse de deux actions rituelles le possesso et le carnaval.

4La comparaison entre la forme des représentations de l’histoire mythique et la forme donnée à l’action rituelle est une démarche heuristique classique en anthropologie, elle s’est révélée non seulement adaptée à l’analyse de la chapelle Sixtine, mais aussi susceptible de permettre une interprétation radicalement nouvelle par rapport à celles qui l’ont précédée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlo Severi, Giovanni Careri et Denis Vidal, « Traditions iconographiques et mémoire sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 415-416.

Référence électronique

Carlo Severi, Giovanni Careri et Denis Vidal, « Traditions iconographiques et mémoire sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18787

Haut de page

Auteurs

Carlo Severi

Articles du même auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Denis Vidal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals