Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Mondes naturels et mondes culturels. Sociologie historique des configurations de savoir

Jean-Louis Fabiani
p. 438-439

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Louis Fabiani, directeur d’études

1Le séminaire s’est déroulé cette année en deux parties et sur deux sites. Du 24 octobre 2006 au 23 février 2007, j’ai enseigné dans le cadre de la chaire Marc-Bloch de l’Université Humboldt à Berlin (Institut für Europaïsche Ethnologie). Mon enseignement principal, donné chaque semaine en anglais, a porté sur le thème « Anthropology of intellectual life ». J’y ai repris des thématiques croisées développées au cours des dernières années autour du traitement à la fois multisite et multiméthodologique du travail intellectuel et de son inscription sociale. J’ai commencé par analyser la constitution du monde intellectuel en objet de connaissance pour la sociologie (à partir de l’ouvrage de Karl Mannheim, Idéologie et utopie), aussi bien que pour l’anthropologie (l’ouvrage qui constitue cette question étant le séminal Primitive man as philosopher de Paul Radin1927), moins connu des étudiants allemands. Un véritable intérêt ethnographique pour le sujet s’est développé récemment, principalement dans l’anthropologie américaine avec les ouvrages de Dominic Boyer, Spirit and System, Claudio Lomnitz, Deep Mexico, silent Mexico et Paul Rabinow’s French DNA. L’objectif de ce séminaire était double : partir d’études de cas envisagées par des ouvrages récents (j’ai ainsi profité de la riche historiographie de l’affaire Dreyfus et notamment les travaux de Vincent Duclert sur le sujet) et à partir de ma recherche en cours sur les philosophes français. J’ai pris également plusieurs travaux historiques (Robert Darnton, Antoine Lilti notamment) quand ils permettaient des vues originales sur les formes de sociabilité et d’interactions (salons, sociétés savantes ou société de cour). Je me suis efforcé de prendre en compte la dimension cognitive des Interactions en insistant sur les possibles contributions de l’ethnographie à une anthropologie et une sociologie de la connaissance. Au cours de mon séjour à Berlin, j’ai présenté mon travail en cours de publication sur la dimension intercontinentale de l’ethnométhodologie à l’Institut et mon article sur les enjeux de la généralisation en sciences sociales au Centre Marc-Bloch où j’ai été chercheur associé.

2À partir du 1er mars 2007, j’ai repris mon séminaire de l’École consacré cette année à une sociologie historique de la vision en m’appuyant sur la question controversée de l’attribution des œuvres d’art. Après une introduction, j’ai analysé successivement diverses méthodologies, inégalement objectivées, portant sur les conditions de possibilité d’une science attributive dans l’histoire de l’art, en étudiant les travaux de Karl Friedrich von Ruhmor et de Giovanni Morelli principalement, mais aussi les pratiques de connoisseurship au XXe siècle (Berenson, Friedländer, etc.). Pour terminer, j’ai fait une présentation critique du Rembrandt Project, qui constitue la plus importante entreprise réattributive des quarante dernières années : commencée en 1969, le projet collectif développé en Hollande a réduit d’un tiers le corpus rembrandtien et a suscité de très nombreuses controverses. Ce séminaire sera prolongé en 2007-2008.

3Enfin, j’ai prononcé en novembre 2006 la William Douglass distinguished lecture au congrès de l’American Anthropological Association à San José (Californie), sous le titre : « Marseilles, a City beyond distinction ». J’ai fait une série de conférences dans diverses universités allemandes (Saarbrücken, Bonn, Stuttgart, Berlin, Dresde) sur le thème : « Intellectuels publics, intellectuels républicains ». J’ai présenté une communication au colloque de Lille (Cultural poli-tics and policies) sur le thème : « The participatory public. Popular education and theatre in contemporary France ».

Publications

  • Beautés du Sud. La Provence à l’épreuve des jugements de goût, Paris, L’Harmattan, 2005, 146 p.
  • Avec F. Pourcel, La petite mer des oubliés, Manosque, Le Bec en l’air, 2006, 202 p.
  • Avec E. Ethis, « Figures du corps au cinéma », Culture et musées, Arles, Actes Sud, 2006, 224 p.
  • « Should the sociological analysis of art festivals be Neo-Durkheimian ? », Durkheimian Studies, 11, 2005, p. 49-66.
  • « Pourquoi certains intellectuels ont-ils tant aimé le music-hall ? », dans Énonciation artistique et socialité, sous la dir. de S. Fagot et J.-P. Uzel, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 183-193.
  • « À quoi sert la notion de discipline ? », dans Qu’est-ce qu’une discipline ?, sous la dir. de J. Boutier, J.-C. Passeron et J. Revel, Paris, Éditions de l’EHESS (« Enquête »), 2006, p. 11-34.
  • « La généralisation dans les sciences historiques : obstacle épistémologique ou ambition légitime ? », Annales. HSS, 2007, 1, p. 9-28.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Fabiani, « Mondes naturels et mondes culturels. Sociologie historique des configurations de savoir », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 438-439.

Référence électronique

Jean-Louis Fabiani, « Mondes naturels et mondes culturels. Sociologie historique des configurations de savoir », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18803

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fabiani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals