Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie morale et politique

Luc Boltanski
p. 444-445

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Luc Boltanski, directeur d’études

1Sociologie des opérations critiques

2Dans la suite des travaux menés l’année précédente sur des affaires, le séminaire a été consacré, en 2006-2007, aux opérations de qualification dans leur rapport avec la critique. L’analyse d’un certain nombre d’affaires – entendues comme des processus de généralisation et de retraduction dans des langages politiques de disputes d’abord enracinées localement avant d’être transportées dans l’espace public – avait en effet mis en lumière le rôle joué par les opérations de qualification en situation d’incertitude. De ces opérations dépend en effet la possibilité, dont se saisissent les différentes parties en conflit, de présenter différentes versions de ce qui s’est « réellement passé ». Se manifestent alors des façons divergentes de mettre en rapport des états de choses et des formes symboliques, cela de manière à rendre possible le rapprochement entre des événements qui se donnent d’abord à voir dans ce qu’ils ont de singulier et, par là, leur mise en série.

3Le travail réalisé au cours de l’année a consisté à étendre l’analyse des opérations de qualification au-delà des moments critiques au cours desquels les divergences d’interprétation prennent une forme particulièrement saillante et font l’objet d’une véritable dramatisation. Nous avons cherché ainsi à symétriser deux types d’opérations sociales à la fois inverses et fortement corrélées, dans la mesure où elles entretiennent des relations dialogiques. Soit, d’un côté, des opérations critiques, largement étudiées au cours des séminaires précédents, et, de l’autre, des opérations que nous avons appelées des opérations de confirmation visant à déployer et à stabiliser une certaine modalité de la relation entre formes symboliques et états de choses. Nous avons proposé l’hypothèse selon laquelle ce travail constant de confirmation de la validité des qualifications identitaires constituerait l’une des tâches primordiales imparties à ce que l’on appelle constamment, en sociologie, des institutions. Nous avons donc envisagé ces dernières moins dans leurs dimensions organisationnelles que dans leurs dimensions cognitives.

4Ce travail de construction visant à intégrer dans un même cadre d’analyse des sociologies relevant de traditions souvent présentées dans leurs divergences, nous a conduit à nous déplacer du terrain de la critique vers des terrains de recherche où différentes façons de déployer un ordre sont susceptibles d’être mises en lumière. Plusieurs séances ont été ainsi consacrées à l’analyse de rituels et de cérémonies, dans des sociétés traditionnelles (François Berthome, doctorant) ou dans des sociétés européennes contemporaines (Jérôme Truc, doctorant ; Bruno Cousin, doctorant). D’autres séances ont porté sur les procédures de qualification mises en œuvre dans le domaine du droit (Marie-Angèle Hermitte) et dans celui du discours rhétorique (Loïc Nicolas, doctorant). Nous avons pris également pour objet des débats théoriques actuels portants sur la définition et sur la formation des connaissances dites de sens commun (Patricia Paperman, chargée de conférence à l’Université Paris-VIII ; Bernard Conein, professeur à l’Université de Nice). Enfin, avec Alain Desrosières (administrateur à l’INSEE), nous avons abordé le rôle joué par de nouvelles modalités de la description statistique (le benchmarking) dans la mise en forme des procédures d’identification et d’évaluation des institutions.

5Le séminaire a bénéficié également de l’apport de chercheurs étrangers invités par l’École. Nous avons pu ainsi poursuivre la discussion avec le professeur Moro Magati (Université catholique de Turin), sur ce qu’il analyse comme un démantèlement, au cours des trente dernières années, des institutions auxquelles revenait la charge d’encadrer les classes populaires en Italie, et avec le professeur Eva Illouz (Université de Jérusalem) sur les processus qui ont conduit, des années 1930 aux années 1970 environ, à l’enracinement de thèmes venus de la culture psychanalytique à la fois dans les connaissances de sens commun et dans les procédures de gestion de la vie quotidienne aux États-Unis.

Publications

  • Avec Е. Claverie, N. Offenstadt, S. Van Damme, dir., Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007, 457 p.
  • La souffrance à distance, suivi de La présence des absents et d’une postface inédite, Paris, Gallimard (« Folio essais »), 2007, 528 p.
  • « Prrekarität in deer schönen neuen Netzwerkweit », Polar. Pölitik, Theorie, Alltag, 2, Frühjahr 2007, p. 7-14.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Boltanski, « Sociologie morale et politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 444-445.

Référence électronique

Luc Boltanski, « Sociologie morale et politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18808

Haut de page

Auteur

Luc Boltanski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals