Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar
p. 464-465

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

L’islam en France

1Le séminaire de cette année a été consacré à l’islam carcéral et les formes de subjectivité religieuse en relation avec la prison. Nous avons pu distinguer trois types de religiosité : celle des personnes qui ont découvert l’islam avant leur condamnation à la prison, celle des personnes qui ont renoué (ou se sont converties) en prison et enfin, ceux qui ont commencé leur islamisation avec la prison mais pour qui la prison signifie un approfondissement. Ce dernier cas peut se traduire soit par un ancrage dans une religiosité spiritualiste, soit dans une forme de subjectivité religieuse fondamentaliste, soit enfin, dans une subjectivation induisant la rupture avec la société et l’islamisme radical.

2C’est sur l’analyse du dernier cas avec sa typologie ternaire que le séminaire s’est surtout concentré, tout particulièrement sur le cas ultraminoritaire de l’Islamisme radical mais qui revêt une signification sociale importante en Europe du fait du jihadisme. Comment se construit, en prison même, une subjectivité religieuse radicale ? L’analyse de cas qui s’inspiraient en partie des interviews menées en prison en France a tenté de montrer l’imbrication d’une logique sociale et d’une individualité « écorchée » par une crise intérieure, elle-même accentuée par le racisme, l’islamophobie, un imaginaire lié à la colonisation et à la postcolonisation ainsi qu’une vision obsidionale de l’islam comme étant en danger sous les coups de boutoir d’un Occident arrogant et impie. Dans cette perspective, l’incarcération est vécue comme un signe supplémentaire de la lutte contre l’islam d’un Occident qui entend mettre en prison les musulmans conscientisés.

3La logique du fondamentalisme suit un tout autre parcours. C’est la volonté de faire « bande à part » dans une société qui ne reconnaît pas aux « musulmans » la même dignité et les mêmes droits. À cela s’ajoute une autre dimension, celle de la reconnaissance de la spécificité et du « particularisme » par une société française qui rejette « l’islam public » que prônent les néo-orthodoxes comme étant le seul légitime.

L’Iran moderne (avec Marie Ladier-Fouladi, chargée de recherche au CNRS)

4Le séminaire a été divisé en deux parties. La première a été animée par Marie-Ladier Fouladi qui a tenté de montrer l’étendue de la révolution démographique en Iran (un taux de natalité en baisse qui rejoint progressivement celui des sociétés développées), elle-même directement liée à la modernisation culturelle et sociale de la société iranienne. Ce phénomène s’est produit après la révolution islamique en Iran en tant que conséquence non prévisible des développements sociaux et politiques dus à celle-ci.

5La seconde partie a été animée par Farhad Khosrokhavar qui s’est focalisé sur les formes de religiosité dans la jeunesse iranienne dans une ville sainte du chiisme, Qom. Les jeunes, tout en demeurant dans l’ensemble profondément religieux, n’en développent pas moins une forme d’individualisme religieux qui limite singulièrement l’emprise des autorités religieuses (les marja’taqlid : pôles d’imitation chiite) sur leur vie intérieure. La sécularisation passe ici plus par une individualisation du religieux que par une rupture avec lui.

Publications

  • « Le jihadisme et la mort », dans Disposer de la vie... disposer de la mort, Les entretiens d’Auxerre, sous la dir. de M. Wieviorka, La Tour-d’Aigues, les Éditions de l’Aube, 2006, p. 139-147.
  • « L’Individu social, autres réalités, autre sociologie ? », dans Le sacré et le social, sous la dir. de m. Hirshhorn, Canada, Les Presses de l’Université Laval, 2007, p. 33-45.
  • « Iran, la nouvelle donne », dans La démocratie est-elle soluble dans l’Islam ?, sous la dir. de A. Hammoudi, D. Bauchard et R. Leveau, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 127-146.
  • « La nueva sociedad irani y el poder politico conservador », Vanguardia, dossier « Iran por dentro », 24, juillet-septembre, Barcelone, 2007, p. 8-15.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 464-465.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18821

Haut de page

Auteur

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals