Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Internationalisation des mouvements sociaux

Françoise Gaspard
p. 466-467

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Gaspard, maîtresse de conférences

Mouvements sociaux et internationalisation, l’exemple des mouvements de femmes

1Sommes-nous en présence de la constitution d’un « féminisme global » ? La mondialisation conduit-elle, notamment à travers les conférences mondiales sur les droits des femmes, sinon à une unification des mouvements nationaux en faveur de l’égalité, à l’élaboration de revendications et d’actions communes ? Tel était un de nos questionnements à l’ouverture de ce séminaire.

2Nous avons, à la suite des années précédentes, exploré les mouvements en faveur de l’égalité des sexes dans différents pays (Inde, Japon, pays de l’Europe de l’Est et d’Amérique latine et des Caraïbes, Maghreb). Et, à travers des études de cas, nous avons tenté de mesurer les convergences et les spécificités des demandes portées par ces mouvements. Il apparaît que si, depuis la conférence mondiale de Nairobi, en 1985, les tensions entre les organisations féministes se sont réduites, les urgences auxquelles les femmes sont confrontées varient d’un continent à l’autre et que des débats difficiles continuent d’alimenter les mouvements nationaux comme les forums internationaux qui se tiennent en marge des conférences mondiales, qu’il s’agisse de celles concernant les droits des femmes ou d’autres grandes conférences (sur la population, le racisme, l’environnement par exemple). Les violences faites aux femmes (violences intrafamiliales, mutilations génitales féminines, harcèlement, violences dans le cadre des conflits armés) sont désormais le fond commun des organisations féminines et féministes, comme le sont aussi l’exigence de suppression de discriminations dans le droit civil et pénal, les revendications, en matière de droits procréatifs, la dénonciation de la rareté des femmes dans les sphères décisionnelles. Ces mouvements demeurent en revanche profondément divisés sur la prostitution entre réglementaristes et abolitionnistes. Elles le sont aussi sur les législations concernant l’interdiction du port du foulard dit islamique.

3Il apparaît que, partout ou presque dans le monde, ces mouvements, de plus en plus spécialisés, se démarquent des débats qui se déroulent entre États sur la scène internationale où les droits des femmes sont instrumentalisés, utilisés comme marqueurs culturels. À cet égard, les organisations féminines et féministes, partout ou presque dans le monde, témoignent du rôle de la société civile – et particulièrement des organisations de femmes en faveur des droits humains. On le constate, en particulier, à travers la lecture des rapports alternatifs que ces organisations non gouvernementales soumettent au Comité d’experts de l’ONU chargé de la surveillance de la mise en œuvre de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes.

4Sont notamment intervenues dans le séminaire au cours de cette année universitaire : Jacqueline Heinen, professeure à l’Université de Saint-Quentin en Yvelines, Helena Hirata, directrice de recherche au CNRS, Cecile Laborde, Senior Lecturer, University College de Londres, Wassila Tamzali, ancienne responsable du secteur « femmes » de l’Unesco, Danielle Hass-Dubosc, responsable de la Columbia University à Paris, Carole Mann, sociologue et responsable associative, Bénédicte Manier, journaliste à l’Agence France-Presse, Danielle Charest, écrivaine.

Publications

  • Le choix de l’homosexualité, Recherches inédites sur la question gay et lesbienne, sous la dir. de B. Perreau avec la collaboration de M.-E. Handmann et F. Gaspard, Paris, Epel, 2007, 277 p.
  • « L’action des femmes et la ”question“ femme sur la scène internationale », dans Femmes et pouvoirs, Pensées féministes, S. Stoffel, Bruxelles, 2007, p. 181-186.
  • « L’ONU et les droits des femmes », L’observateur des Nations unies, Revue de l’Association française des Nations unies, Section Aix-en-Provence, 20 et 21- 2006, p. 286-297.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Gaspard, « Internationalisation des mouvements sociaux », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 466-467.

Référence électronique

Françoise Gaspard, « Internationalisation des mouvements sociaux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18822

Haut de page

Auteur

Françoise Gaspard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals