Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de la défense et études stratégiques

Alain Joxe
p. 472-474

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Alain Joxe, directeur d’études

Guerres nouvelles et guerres anciennes : consultations régionales transhistoriques sur l’Empire

1L’année, a vu la problématique de la transformation des guerres et des identités stratégiques dominer le séminaire. Sous le nom de transformation, les « stratèges » aux États-Unis pensent une remise en forme du monde grâce aux instruments de domination nouveaux fournis par la révolution électronique et l’observation ou la communication aérosatellitaire, tant dans le domaine économique que dans le domaine militaire. Loin de créer des types de conflits totalement nouveaux cette révolution technologique suscite partout des identités, des représentations, des stratégies, des « visons » divines, qui rappellent les hybris impériales du passé, et les formes classiques de résistance à l’Empire universel – politiques, militaires terroristes ou religieuse. Comment situer, à cette occasion, l’effet des cultures sur les formes de domination et de révolte ? Comment interpréter l’apparence actuelle d’une régression médiévale ? La distance culturelle de l’Europe avec la pensée stratégique américaine

2Dans l’école Rumsfeld qui domine encore, prévaut l’idée qu’on ne peut savoir d’avance quelles cristallisations politiques produiront l’ennemi prioritaire ; cet attentisme induit une stratégie capacitaire semi-aléatoire et la représentation d’un monde extérieur complètement étranger, s’opposant à monde intérieur complètement autiste ; l’interaction paraît pouvoir être niée, au quotidien, par effet de la « dominance tactique en temps réel », dans le court terme de l’observation-ciblage-décision ultrarapide, permis par l’électronique. L’uni-latéralisme est une option préemptive qui a pour but de donner forme aux comportements des autres, en amont même de toute décision hostile. Le maître du court terme se proclame donc en même temps prêt à la « guerre longue » contre tous les risques. Dans la culture stratégique européenne, l’« ennemi prioritaire », ne peut surgir que d’une désignation stratégique à la suite d’un conflit d’intérêt réel. Plutôt que de recourir, même de façon nuancée, à la notion d’environnement et de comportement, on continuera d’adopter les termes de voisinage et de responsabilité. La stratégie des moyens en dépend. Approche globale par des thèmes transversaux

3Un premier thème transversal s’impose : la comparaison des divers types de guerres actuelles avec ceux d’autres configurations historiques. L’outil théorique de l’émergence temporelle de l’État sert aussi pour suivre sa mise au tombeau néolibérale. Dante-Machiavel-Hobbes : aller-et-retour ; Hobbes théorisant la naissance de l’état nation unitaire rationnel protecteur (Léviathan), contemporain des traités de Westphalie, pense sa possible destruction (Behemoth) figurant le retour à la guerre de tous contre tous à toutes les échelles et le retour aux guerres de religion. La privatisation des guerres, comprend l’emploi d’unités mercenaires et la complicité avec des maffias locales ou globales. L’éthique du guerrier remplace celle du soldat. Une réapparition des théostratégies médiévales du salut paraît liée à la précarisation de toutes les échelles rationnelles de souveraineté, depuis l’Empire jusqu’au libre arbitre personnel.

4Deuxième thème transversal : quelques problèmes d’échelles, sur l’interface disciplinaire principale de la globalisation, qui reste le rapport entre économie et violence politique. En désignant, quatre objets transdisciplinaires militaro-économiques on observe qu’ils sont aussi transscalaires et transhistoriques : 1) la prédation simple (cueillette, chasse, prédation massive) ; 2) les flux de profits intenses, localisés ou délocalisés, liés à la rareté ou à l’illégalité et à la répression violente ; 3) le couple addiction/marchés captifs dans lequel la captivité est toujours associée à la violence (incluant drogue, prostitution, jeux, etc.) ; 4) la branche production des moyens de destruction, visant aujourd’hui toutes les échelles de destruction massive, à destructions ponctuelles (panoptique, et assassinat ciblé).

5L’approche centrale par le régional

6Un premier constat c’est la centrante du Grand Moyen-Orient dans la configuration globale. L’Empire américain cherche à y prévenir l’apparition d’un peer competitor, à s’insérer entre l’Europe et la Russie, entre l’Europe et la Chine entre l’Europe et le monde arabo-islamique par des accords et des bases, et à camper sur toutes ces frontières entre les blocs virtuels que l’on tient à maintenir divisés. Dans cette zone immense, les États-Unis pratiquent « à l’essai » diverses stratégies de contrôle permanent (certaines, expéditionnaires) balisant tous les cas d’échelle et tous les types de glacis ou de frontières. À l’échelle micro- : une division en deux communautés, créant une structure urbaine d’apartheid (Israël-Palestine) ; à l’échelle méso- de la destruction de l’État westphalien iraquien en trois composantes communautaires hétéroclites (Kurdes, Chiites, Sunnites). Également méso- : l’Afghanistan-Pakistan ; une intervention contre une zone narco-économique et islamiste. Enfin l’échelle « macro », celle du risque nucléaire virtuel (Iran) permet de préoccuper tout le continent et l’OTAN. L’importance centrale de la région fut vérifiée toute l’année par les quatre guerres : d’Iraq, d’Afghanistan du Liban et d’Israël-Palestine. L’échec de la puissance militaire impériale en acte a été constamment accompagné par des critiques militaires publiques, dénonçant l’échec politique, fait assez rare, qui ne prouve pas forcément l’échec politique, si le Zweck réel n’était pas la « démocratisation » mais la destruction des quatre États. On a défini également la centrante de l’Amérique latine, avec son mur mexicain, sa zone narco (non islamiste) paramilitarisée, qui se trouve être le voisinage sud des États-Unis ce qui situe les deux Amériques dans une posture géopolitique comparable à celle de l’Europe face au glacis Maghreb-Machrek. Théologie de la guerre juste et stratégie

7Au cours de l’année une coopération s’est amorcée avec l’Institut catholique de Paris sur une approche interdisciplinaire de la paix et du renouveau de l’éthique militaire dans la globalisation. L’analyse de la relation matériel/logiciel dans la révolution électronique, et la problématique de la « continuation » entre Zweck et Ziel menant ou non à la Paix dans un espace dissymétrique, a fait l’objet d’exposés dans un groupe de travail et d’une participation au colloque de l’association AIDOP.

Publications

  • « Israël en Palestine et au Liban et guerre d’Iraq : l’unilatéralisme impérial et les guerres asymétriques », Le Débat stratégique, 87, septembre 2006, p. 2-4.
  • « Trois guerres punitives contre des électorats communautarisés », Le Débat stratégique, 88, novembre 2006, p. 1.
  • « Une énigme stratégique : le Rapport Baker-Hamilton », ibid., p. 2.
  • « Le sursaut (surge) de la guerre d’Iraq selon Kissinger ; une dégradation du réalisme », Le Débat stratégique, 89, janvier 2007, p. 2.
  • « L’OTAN à la conquête du monde ? » [Violation de l’Acte Fondateur OTAN-Russie par le déploiement américain en Tchéquie et Pologne d’éléments d’un bouclier antimissile], Le Débat stratégique, 90, avril 2007, p. 2-3.
  • « La divergence euroaméricaine devient un conflit stratégique », Le Débat stratégique, 91, mai 2007, p. 1-2.
  • « Le ghetto palestinien vers la solution finale, ou la fin du sionisme ? », Le Débat stratégique, 92, juillet 2007, p. 2-3.
  • « Guerre et violence de la précarité vs paix et développement durable », Encyclopédie du développement durable, Paris, éditions des Recollets, 2007 (en ligne).
  • [« La sixième guerre du Liban »], (en arabe), Madarat Gharbiya (Beyrouth), 11, hiver-printemps 2007, p. 8-15.
  • « La mondialisation de l’Otan et les guerres expérimentales », dans État du monde 2008, sous la dir. de B. Badie et S. Tolotti, Paris, La Découverte, 2007, p. 32-36.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Joxe, « Sociologie de la défense et études stratégiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 472-474.

Référence électronique

Alain Joxe, « Sociologie de la défense et études stratégiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18827

Haut de page

Auteur

Alain Joxe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals