Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Philosophie et épistémologie

Philosophie de l’action

Vincent Descombes
p. 491-493

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Vincent Descombes, directeur d’études

1Identité personnelle et identité collective

2Le séminaire a porté sur un usage récent du mot « identité », celui qu’on trouve dans des expressions telles que : une « crise d’identité », la « construction de son identité », le « maintien de son identité », etc. Cet usage est souvent présenté comme une extension de la notion d’état civil (« Qui es-tu ? »), mais c’est à tort, car la notion d’identité au sens de l’état civil correspond à la possibilité d’une identification au sens d’un jugement cognitif, alors que l’identité au sens anthropologique est définie comme une identification active, comme le processus d’une construction de soi.

3Nous avons étudié les sources de la notion de « crise d’identité » chez son auteur, le psychanalyste Erik Erikson. Ce dernier renvoie, pour son concept d’ego identity, à la théorie freudienne des identifications et à la psychologie associationniste de la personnalité (William James). Toutefois, ces références qui font le lien avec la notion empiriste de l’identité personnelle (John Locke) ne suffisent pas à expliquer pourquoi on parle d’identité plutôt que de personnalité. Ce que Erikson a appelé « crise d’identité » n’est pas un conflit interne à un individu, car elle résulte d’un désaccord entre le sujet et son milieu ambiant (Umwelt). Ainsi, il y a un motif expressiviste (Charles Taylor) à l’œuvre dans la théorie eriksonienne des « crises » correspondant aux divers « âges de la vie ». La notion d’identité de soi telle qu’Erikson l’utilise suppose qu’il y ait une dépendance de l’individu à l’égard de son Umwelt et une nécessité pour lui de construire un juste rapport entre soi et le milieu ambiant par un travail de perfectionnement de soi (Bildung).

4Il apparaît donc que la notion anthropologique d’identité appartient au genre des représentations hybrides (Louis Dumont), puisqu’elle Impose de définir l’individualité humaine par des éléments biographiques d’ordre généalogique et collectif, alors que la notion de self-identity, elle, est empruntée à la tradition philosophique de la psychologie réflexive. Dans cette philosophie, le mot « identité » en était venu à désigner la conscience de soi, laquelle était alors comprise comme une perception intime qui permet au sujet de former un jugement d’identité sur l’être qu’il lui est donné d’apercevoir de l’intérieur (moi = moi).

5Il fallait donc remonter jusqu’à Locke pour éclaircir le discours contemporain sur l’identité. Nous avons abordé la question de l’identité personnelle d’abord sous l’angle de la logique de l’identité, ensuite sous celui de la définition de la personne. Du point de vue logique, le point capital est qu’un individu ne peut pas maintenir son identité sans plus, il doit se maintenir comme le même individu de la même sorte d’être (thèse lockienne de l’identité relative), ce qui veut dire que l’opération d’identification présuppose une caractérisation essentialiste (au moins « nominale ») de l’individu. On croit parfois pouvoir échapper à cet essentialisme en qualifiant l’identité à reconnaître de « plurielle » ou de « mouvante », mais ce sont là des phraséologies contradictoires. Du point de vue d’une philosophie de l’être personnel, la notion pertinente d’identification est celle qui fait dépendre l’individualité d’une personne de son statut dans le monde. L’identification au sens actif est dès lors à concevoir comme une appropriation. Nous avons étudié cette notion d’appropriation en commentant divers textes sur le moi (W. James, Locke, Pascal). L’appropriation de soi, qui prend chez Locke le sens juridique d’une possession, s’entend d’abord dans le sens spirituel d’une délimitation de ce qui est la condition extérieure à soi d’un être soi-même. Chez Pascal, on retrouve le schéma spirituel opposant les appropriations abusives et la désappropriation libératrice. Il est alors apparu nécessaire de distinguer deux manières de penser à soi : celle de la tradition morale et littéraire de l’enquête sur soi (égotisme) ; celle de la tradition spéculative d’une redéfinition de la personne à partir d’une donation expérientielle de soi à soi (égologie).

6La dernière séance du séminaire a permis d’accueillir Étienne Balibar (Paris-X) qui a traité de la relation entre le soi (the self) et le propre (the own) dans la pensée de Locke.

Publications

  • « A Philosophy of the first-person singular », Communication theory, 17, 1, 2007, p. 4-15.
  • « Grandeur de l’homme moyen », dans Éthique, littérature et vie humaine, sous la dir. S. Laugier, Paris, PUF, 2006, p. 291-308.
  • « Louis Dumont », « Hiérarchie », « Intentionnalité et socialite humaine », dans Le Dictionnaire des sciences humaines, sous la dir. de S. Mesure et P. Savidan, Paris, PUF, 2006.
  • « Une version grammaticale de la notion d’esprit subjectif », dans Von der Logik der Sprache, sous la dir. de R. Bubner et G. Hindrichs, Stuttgart, Klett-Cotta, 2007, p. 450-473.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS,  | 2008, 491-493.

Référence électronique

Vincent Descombes, « Philosophie de l’action », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2008, mis en ligne le 02 mai 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/18842

Haut de page

Auteur

Vincent Descombes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals